Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTangerine Dream › Hyperborea 2008

Tangerine Dream › Hyperborea 2008

5 titres - 41:43 min

  • 1 No Man's Land (9:43)
  • 2 Hyperborea part 1 (4:07)
  • 3 Hyperborea part 2 (4:48)
  • 4 Cinnamon Road (3:52)
  • 5 Sphinx Lightning (19:12)

enregistrement

Originalement composé en 1983 par Edgar Froese, Johannes Schmoelling et Christopher Franke. Réenregistré et joué par Edgar Froese au studios Eastgate à Vienne en 2008

line up

Edgar Froese (synthés, claviers, guitares et FX)

chronique

Ouf…Maman va chercher le fusil! Peut-être que j’aimais trop Hyperborea (l’original) pour me laisser tenter par un ‘’soundlift’’. Hyperborea 1983 est dur. Très métallique, son atmosphère s’écoule dans une sphère aussi mélodieuse que froide. C’était l’ère des découvertes et des recherches sonores du Dream, avec Chris Franke en tête et ses percussions tout simplement géniales. C’est ce qui fait défaut sur cette réédition de Hyperborea. Edgar Froese n’arrive tout simplement pas à nous faire oublier la folie et l’audace créative de Franke sur l’original de 1983. D’entrée de jeu No Man’s Land est anémique. Une version revampirisée avec un résultat étiolé. Pas de percussions extrat-errestribales. Non, une voix éthérée sur des accords solitaires qui fractionne un rythme aussi nul que terne. Tout est aseptisé. La structure de basse, les séquences tambourinées, le crescendo rythmique et l’invraisemblance harmonieuse sont introuvables dans cette faible reconstitution. Et croyez-moi, j’ai eu tout le temps de m’y faire. Hyperborea était une superbe ballade sombre aux harmonies patibulaires. Ici, elle est juste une belle ballade assaisonnée de sonorités éclectiques qui n’ajoutent vraiment rien de spécial. C’est aussi beau, mais ça n’explique pas une réédition. Cinnemon Road et vraiment de la pure‘’tangérinisation’. Initialement cette pièce était lourde et entraînante. Aujourd’hui elle est légèrement éthérée mais toujours aussi enjouée. Des percussions sourdes, aux effets sonores teintées d’un monde sous-marin, tentent de revamper son élan, mais les chœurs mellotronnés nous rappellent une aseptisation de masse. Sphinx Lightning? Pièce maîtresse de l’œuvre originale elle maintient son équivalence sur cette édition 2008. Plus de percussions, plus d’effets sonores et un tempo légèrement rehaussé ajoutent une dimension qui s’écoute fort bien. Un peu comme si c’était Redshift qui reprenait cette longue odyssée aux ambivalences attrayantes. Plus lourde, voire plus violente, Sphinx Lightning conserve néanmoins ses douceurs éparpillés qui en font une superbe pièce qui a modulée les structures du géant Poland. J’adore écouté les deux versions en rafale, ainsi que la pièce titre. Donc j’ai un avis assez mitigé de Hyperborea. C’est beau. En fait tout ce qu’Edgar fait est beau. Edgar Froese est indéniablement un artiste de talent, un révolutionnaire de l’art. Il en fait beaucoup trop et des fois il se met les pieds dans les oreilles…comme sur Hyperborea. Mais jeune public de TD et de Froese père, j’espère juste que toutes ses rééditions du vieux renard ‘’argentier’’ feront en sorte que l’intérêt pour découvrir les racines de TD s’en trouvera qu’augmenter. Après tout Edgar peut bien faire 3 pierres d’un coup….

note       Publiée le lundi 27 octobre 2008

partagez 'Hyperborea 2008' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Hyperborea 2008"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Hyperborea 2008".

ajoutez une note sur : "Hyperborea 2008"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hyperborea 2008".

ajoutez un commentaire sur : "Hyperborea 2008"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hyperborea 2008".

gkar02300 › samedi 14 novembre 2009 - 17:16  message privé !

Je me demande après un tel CD si Chris et Johannes ont encore un droit de regard sur ces oeuvres car leur silence me stupéfait devant un tel massacre de l'oeuvre original.

Note donnée au disque :       
le mourm › samedi 27 décembre 2008 - 21:53  message privé !

Cette nouvelle version est affligeante de nullité.Heureusement,grâce à la distribution microscopique des productions Eastgate,personne ne tombera dessus.

Note donnée au disque :       
Phaedream › dimanche 16 novembre 2008 - 15:48  message privé !
avatar

Hummm...Bonne question geddylee5150. J'en ai fait la déduction lorsque j'ai vu un documentaire à la TV Australienne où Franke expliquait sa conception des séquences de No Man's Land et autres titres. Je suis d'accord sur le point que Schmoelling est la clé de Sphinx, mais le coté séquentiel est la conception de Frankle sur cet album

ForceMajeure › vendredi 7 novembre 2008 - 16:45  message privé !

"Mais on ne peut pas se fier à Froese au sujet du travail fait par Franke, car selon lui, il n'a jamais rien fait..." @geddylee5150 : eh oui, Edgar n'a pas supporté le départ de Chris et côté rancune, il est très fort l'edgar...

geddylee5150 › vendredi 7 novembre 2008 - 04:20  message privé !

J'oubliais, Phaedream, dis-moi, qu'est-ce qui te dit que Franke était le magicien de cet album ? Curieusement, mon impression est que c'était Schmoelling qui avant travaillé plus fort que les autres sur cet album. La pièce titre sonne, pour moi, du Schmoelling et pour ce qui de la recherche sonore pour No man's land, il me semble avoir vu ou lu en quelque part que c'est plutôt Froese et Schmoelling qui avait travaillé sur ça. Mais on ne peut pas se fier à Froese au sujet du travail fait par Franke, car selon lui, il n'a jamais rien fait...