Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTangerine Dream › Green Desert

Tangerine Dream › Green Desert

4 titres - 38:29 min

  • 1. Green Desert (19:31)
  • 2. White Clouds (5:03)
  • 3. Astral Voyager (7:05)
  • 4. Indian Summer (6:50)

line up

Christopher Franke (percussion, synthé VCS 3 et contrpo^leur rythmique PRX), Edgar Froese (mellotron, guitare, solina strings & mini-moog)

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique berlin school

Que d’histoires et d’anecdotes autour de la parution de Green Desert en 1986. De quoi alimenter les longs débats sur la légende de Tangerine Dream. Selon des nébuleux bouts d’histoires, Green Desert était sensé voir le jour à la place de Phaedra en 1973. D’ailleurs, les enregistrements se seraient réalisés en août 1973. Pour des raisons obscures, certains parlent des contextes musicaux alors que Virgin aurait souhaité une sonorité plus commerciale que le space rock d’Ohr Music des années 70, les enregistrements se sauraient perdus et c’est Phaedra qui est sorti plutôt que Green Desert. Plus de 12 ans plus tard, les enregistrements refont surface sur Zomba Music. Même là, les fans et les historiens sont sceptiques quand aux origines de Green Desert. Les purs, les durs sont outrés, car Edgar Froese (ce cher Edgar) n’aurait pas pu s’empêcher de rajouter des lignes et des ‘’overdubs’’ sur les pistes originales, avec des équipements qui n’existaient même pas en 73, avant la parution finale de Green Desert en 1986, créant encore plus de confusion autour de Green Desert et de sa provenance. Oui, mais la musique! La musique? Tout simplement sublime. À elle seule, la pièce titre traverse tous les courants musicaux de cette faste période; longue intro ambiante sur synthé flottant à laquelle se joint une fine ligne séquentielle basse, la batterie de Chris Franke (il était bon le petit) et la bonne guitare space blues rock d’Edgar. Le rythme est fuyant et couvre les limites du planant au plus hard des psychédélique space rock de l’époque. C’est comme mettre en boîte les spasmes séquentiels et les cris analogues de Body Love, de maître Klaus Schulze. Un titre grandiose dont je doute qu’il soit totalement écrit en 73, tant les effluves de Sorcerer et Stratosfear sont présentes. Parlant Sorcerer, White Clouds a tout des apparences d’un restant. Souffles analogues sur synthé suave et un roulement de batterie superbe qui coiffe une très belle mélodie. Astral Voyager (c’est là que le débat s’amplifie) est une formidable pièce sur un séquenceur ultra nerveux qui roule à fond de train. Le genre de séquences qui n’existait pas à l’époque, mais c’était aussi à l’époque où Franke et Froese s’enfermaient en studio pour produire une multitude d’iris sonores qui plus tard seront les jalons musicaux de cette fièvre expérimentale. Donc, rythme rond sur une séquence solide parfumé de belles couches d’un synthé fluide aux essences mellotronnées des œuvres solitaires de Froese (Pinnacles). Un excellent titre. Indian Summer est un passage ambiant où les notes tombent avec intensité dans une mer sonore calme, bercée par un doux synthé rêveur. Le genre de titre qui a fait les délices des amateurs de planant dans les années 70, mais dont on retrouve aussi l’atmosphère sur Wavelenght. Green Desert produit en 73? J’en suis sceptique. Je suis convaincu qu’il fut écrit dans les années 70. Mais je pencherais plus à la période post Phaedra, soit 76-77. Quoiqu’il en soit, ça demeure un excellent cd. Le meilleur produit offert par TD dans les années 80. C’est un must, ne serait-ce que pour comprendre la féerie des grandeurs de cet étrange duo qu’était Franke et Froese. Du grand art électronique contemporain qui devrait trouver sa place dans toutes les collections d’amateurs de Tangerine Dream. Et même plus…

note       Publiée le samedi 29 juillet 2006

partagez 'Green Desert' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Green Desert"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Green Desert".

ajoutez une note sur : "Green Desert"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Green Desert".

ajoutez un commentaire sur : "Green Desert"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Green Desert".

Aladdin_Sane › jeudi 12 juillet 2012 - 16:09  message privé !

Trés bon album. J'aime particulièrement "Astral Voyager" avec ses percussions électroniques trés prenantes.

Note donnée au disque :       
snooky › dimanche 18 janvier 2009 - 19:46  message privé !

Je ne connaissais pas ce "Green Desert" et je l'ai découvert il a peu de temps.Peu importe les anecdotes même s'il me semble y en entendre des réminiscences d'Atem...Cela dit dans le titre éponyme, je suis pas certain que la guitare soit d'époque tout comme "Astral Voyager"( sublime)qui me semble beaucoup plus récent. Mais tout cela reste anecdotique parce que "Green Desert" est un "putain" de bon disque.Les percussions de Franke y sont vraiment flamboyantes. Le reste, c'est l'histoire. A découvrir ou redécouvrir de toute urgence.

Note donnée au disque :       
ForceMajeure › lundi 28 août 2006 - 16:58  message privé !
Au risque d’ajouter un peu de confusion sur la date d’enregistrement de Green Desert, voici une anecdote que j’ai lu (je ne sais plus où) sur le net. Green Desert aurait été enregistré en 1973 après Atem, mais avant Phaedra par Edgar Froese et Chris France, en l’absence de Peter Baumann (le 3ème comparse du moment) parti sur les routes de Katmandou (eh oui, c’était l’époque). Lors du retour de Baumann, ils auraient laissé tomber l’album quasi terminé pour attaquer l’enregistrement de ce qui deviendra Phaedra. Puis en 1984, Edgar aurait « miraculeusement » « retrouvé » les bandes originales et ajouté des sons numériques dessus. Et l’album est sorti pour la 1ère fois en 86. Vrai ? Faux ? Cela me semble plausible pour plusieurs raisons : 1) sur le morceau titre on entend la batterie de Chris (et effectivement il joue très bien !) or TD s’est débarrassé des batteries avant Phaedra… 2) tous les morceaux sauf Astral Voyager n’ont pas de séquences. Et on sait qu’à partir de Phaedra les séquences vont devenir la « signature » de TD… 3) les séquences d’Astral Voyager sont « assez simples » ce qui tendrait à prouver que ce sont parmi les premières sinon les premières. Côté musique : le morceau titre est superbe et justifie à lui seul l’achat du CD. La musique n’a pas grand-chose à voir avec ce qu’ils feront par la suite. C’est plutôt très psyché et très planant comme un vieux Floyd. La guitare d’Edgar et la batterie de Chris sont magnifiques.
Note donnée au disque :       
bubble › dimanche 30 juillet 2006 - 23:12  message privé !
oui exellent cet album