Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTangerine Dream › Plays Tangerine Dream

Tangerine Dream › Plays Tangerine Dream

14 titres - 63:37 min

  • 1 Southpole Crossing 4:08
  • 2 Logos Blue 5:57
  • 3 Alchemy Of The Heart II 4:27
  • 4 Beach Theme 3:34
  • 5 Phaedra 2005 5:47
  • 6 Desert T. Dream 4:59
  • 7 Convention Of The 24 9:22
  • 8 The Blue Bridge 3:30
  • 9 Ride On A Ray 8:41
  • 10 Logos Velvet 5:07
  • 11 Challengers Arrival 4:04
  • 12 Sphinx Red Lightning 4:54
  • 13 Pergamon Sphere 4:58
  • 14 Loved By The Sun 3:35

line up

Edgar Froese (keyboards, synthétiseurs & FX), Paul Haslinger, Ralf Wadephul, Zlatco Perica, Thorsten Quaeschning, Johannes Schmoelling : Keyboards, synthétiseurs, & FX.

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique new berlin school

Tangerine Dream ne dérougit pas. Malgré les problèmes internes, l’imperturbable Edgar Froese reste de marbre et continue d’activer les presses dollars. La fin 2006 de TD est démentielle; 2 EP, 2 DVD, 1CD de compilation, 3 albums en concert de la série Bootmoon et l’arrêt, par procédure légale de la distribution des Tangerines Trees. Une fin d’année à l’image de la houleuse carrière d’Edgar Froese, qui a vue son fils, Jerome, quitté Tangerine Dream durant l’été. Tangerine Dream Plays Tangerine Dream est une compilation. Une compil nouveau genre visant à attirer les inconditionnels de TD à engraisser les coffres de TDI. Ce corporatif de TD a une appétit vorace et commence à se bouffer par en dedans. Pas que ce ne soit pas bon. Non! J’ai adoré cette anthology. Une idée géniale qui risqué de faire des petits. Le but est de refaire des titres de TD, par des artistes qui ont déjà joué pour TD. Simple? Et pour ce premier recueil, si ça marche bien il y en aura d’autres, les artistes invités sont; Paul Haslinger, Ralf Wadephul, Zlatco Perica, Thorsten Quaeschning, Johannes Schmoelling et Edgar Froese. Southpole Crossing ouvre cette compilation et c’est Paul Haslinger qui l’interprète. Nouveau titre, est-ce une nouveauté? Hélas non! C’est le nouveau titre de la pièce Mandala que l’on peut entendre sur le site de TDI depuis plus d’un an. Une excellente pièce, bien rythmée, avec un puissant séquenceur et des arrangements superbes. Logos Blue semble être cette version qui est sur la vidéo de Three Phase Live. Beau, mais fluide. En contrepartie, Logos Velvet est totalement jouissive. Lenteur, pesanteur, synthé lancinant sur des percussions martelantes. Une superbe reprise par Thorsten Quaeschning qui participe à 4 rééditions. La guitare de Zlatco insuffle un ton rock pesant à Beach Theme. Si on remarque le talent inné de Perica, Beach Theme sort plus pauvre de ce remixage. Même chose pour Alchemy Of The Heart II, où Edgar et Paul Haslinger ont enlevé tout mouvement séquentiel et livrer une version alternative que je trouve très vide. Phaedrea 2005 est revue, encore une fois, avec plus de lourdeur et des percussions plus vivantes. D’ailleurs les titres qu’Edgar a choisis sont étonnements plus lourd avec de superbes solos de guitares, donnant un look plus rock à des titres comme Sphinx Red Lightning, Challengers Arrival (The Keep) et sur l’époustouflante version de Ride On A Ray. Je dis pas que j’en mangerais à tous les jours, mais mon côté amateur de Heavy Rock ressort en écoutant ces versions nettement plus dynamitées. Mais on est très loin de la subtilité des TD de l’époque. En contrepartie des titres comme Desert T Dream, Pergamon Sphere et Loved by the Sun, conserve l’atmosphère intimiste et nostalgique de leurs époques. Le piano de Schmoelling est superbe sur Pergamon Sphere, malheureusement trop courte. Remarquez que Schmoelling pourrait faire un concerto avec Pergamon que je trouverais ça encore court. Court, trop court est Loved by the Sun et Desert T. Dream. Globalement, Tangerine Dream Plays Tangerine Dream est une belle réussite. C’est une belle compilation de remix bien travaillé. Ça renoue avec une nostalgie. C’est aussi un excellent moyen de partir à la découverte du répertoire de TD. Je sais que plusieurs en ont ras le bol, moi le premier, de l’appétit gargantuesque de TDI ou de la corporation Tangerine Dream. Sauf que lorsque c’est bien fait, et que cette période de l’année est propice à toute compilation, je me dis ‘’why not? ‘’Une superbe compilation que je recommande à ceux qui veulent s’initier à la musique de Tangerine Dream.

note       Publiée le jeudi 28 décembre 2006

partagez 'Plays Tangerine Dream' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Plays Tangerine Dream"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Plays Tangerine Dream".

ajoutez une note sur : "Plays Tangerine Dream"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Plays Tangerine Dream".

ajoutez un commentaire sur : "Plays Tangerine Dream"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Plays Tangerine Dream".

Logosman › jeudi 12 avril 2007 - 12:11  message privé !
Voila un album sympathique quoique un brin mercantile. Je pensais retomber que sur des nouvelles versions mais il s'avère que la plupart des morceaux de l'ère Virgin (Sphinx Lighting, Pergamon...) existait déja sur la compilation Tangents (drôle de compil' aussi). Bon faut connaître ce coffert vieux de 10 ans pour savoir que ces versions existaient. Au delà de ce fait, l'album est sympathique et les morceaux choisis couvrent plusieurs périodes intéressantes du groupe. Bon, il est clair qu'un morceau comme Loved By The Sun souffre du passage en mode instrumental (j'adore le Dream mais Jon Anderson cannibalisait tout dans ce morceau) mais des relectures comme Ride on The Ray sont crédibles et même plus efficaces. Après c'est un pur album commercial pour rameuter des nouveaux fans mais comme disais Phaedream, pourquoi pas quand c'est bien fait.
Note donnée au disque :       
etiennefroes › vendredi 19 janvier 2007 - 11:41  message privé !
Des auteurs classiques comme Stravinski ont refait par périodes des oeuvres passés. On peut aussi comprendre qu'un créateur ait envie de revenir sur ce qu'il a précédemement fait. Le principe de la création est d'estimer que son travail n'est jamais fini. dernière suite Dire que tangerine dream est mort à une certaine époque me paraît faux. Moi-même j’aime des productions de différentes époques et certaines m’ont déçues. On peut dire que l’on peut s’attendre à tout avec tangerine dream.
etiennefroes › vendredi 19 janvier 2007 - 11:38  message privé !
suite Pourquoi Edgar Froese ressort-il des resucées des productions du groupe ou certaines des siennes ? Tout simplement parce qu’il n’a pas les droits qui sont détenu par virgin ou autres. Ces compagnies pour ces productions passées ne font pas de pub et celles-ci restent donc relativement méconnues. Edgar Froese a bien sûr envie que son travail passé ne passe pas aux oubliettes, la seule solution qu’il a est donc de réarranger ses disques passés puisque c’est la seule solution que lui offrent les maisons de disque. On ne peut pas nier qu’il y a un côté mercantile dans son attitude. Mais dire que seul l’argent le motive est un peu réducteur Je pense que si seul l’argent importait, il n’aurait pas fait en sorte d’avoir sa liberté totale de création et de production : l’auto-production c’est plutôt l’attitude des groupes qui débutent. De plus, il ne changerait pas en permanence de style (il serait plus simple d’utiliser de vieilles recettes). Pourquoi faire des disques avec grand orchestre et chanteur d’opéra et bientôt un disque de chansons ? Avoir cette attitude est plutôt risquée.
etiennefroes › vendredi 19 janvier 2007 - 11:35  message privé !
Le problème avec Tangerine Dream c’est que son évolution n’a jamais été rectiligne. Elle a dépendu de choix du groupe ; de la composition de celui-ci et dans une plus faible mesure du matériel mis à sa disposition. Ce groupe et ce qu’il en reste en nombre aujourd’hui, a toujours fait en sorte par période, de changer ses productions. Cette évolution fait que les amateurs de krautrock n’aiment que les tous premiers disques ; que ceux qui ont connu tangerine dream dans les années 70 (qui ont à peu près la cinquantaine aujourd’hui) ont apprécié ceux de cette époque et ceux du début des années 80 alors que les plus jeunes qui connaissent tangerine dream depuis les années 90 aiment bien ceux de leur période et méconnaissent les productions plus anciennes. L’observation des compositions du groupe montrent qu’à chacune d’entre elle a correspondu un style particulier. En ce sens on peut dire qu’il y a des tangerine dream et pas un tangerine dream. Il ne faut pas oublier que le son électronique qui avait un côté novateur dans les années 70 est aujourd’hui bien banal. SUITE
ForceMajeure › lundi 8 janvier 2007 - 09:05  message privé !
D'accord avec toi gkar02300... Edgar a besoin de sous...