Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTangerine Dream › Chandra - The Phantom Ferry - Part 1

Tangerine Dream › Chandra - The Phantom Ferry - Part 1

  • 2009 - Eastgate, Eastgate 037 CD (1 cd digipack)

cd | 9 titres | 58:39 min

  • 1 1 Approaching Greenland At 7 pm 7:49
  • 2 2 The Moondog Connection 3:59
  • 3 3 Screaming Of The Dreamless Sleeper 6:56
  • 4 4 The Unknown Is The Truth 7:31
  • 5 5 The Dance Without Dancers 5:41
  • 6 6 Child Lost In Wilderness 7:07
  • 7 7 Sailor Of The Lost Arch 7:53
  • 8 8 Verses Of A Sisong 7:37
  • 9 9 Silence On A Crawler Lane 4:05

line up

Edgar Froese (keyboards, e-guitar, FX)

chronique

C’est de façon frénétique et hyper ventilée que s’ouvre cette étrange histoire musicale basée sur un manuscrit trouvé dans un camp militaire de Greenland, près de Thule. Une histoire fictive où le personnage Carlos rencontre une étrange entité qui semble en connaître plus que lui sur lui-même. Une belle idée de base qui s’échelonne sur 9 titres bien distincts d’où l’improbabilité de créer une histoire musicale aux détournements surprenants. Seul Edgar Froese semble avoir peur de créer. Il manque d’audace et d’originalité. Devenant par le fait même prévisible et ennuyeux, voire ennuyant. Pourtant l’histoire de Chandra The Phantom Ferry Part 1semble avoir une portée musicale assez intéressante pour la MÉ qui est un bel outil pour créer de la musique d’ambiances, une musique théâtrale et une musique de film avec une pléiade d’instruments aux possibilités infinies pour concocter le rêve sonore…mais Edgar n’y arrive pas. Il est terne l’argentier. Il est pâle de créativité. Remarquez que Chandra n’est pas si ennuyeux loin de là. C’est un bel opus. Mais il y manque l’audace de son histoire. Avec Approaching Greenland At 7 pm, il est clair qu’il s’agit d’une course effrénée. Le rythme est nerveux, saccadé et roule sur une ligne de basse qui épouse l’ombrage des séquences étalées comme de frénétiques frappes de percussions. Un bon titre avec des passes de funk et des variances dans le mouvement des séquences qui sont enrobées de fines strates tangenisées. Trop court The Moondog Connection crache une sombre sensibilité avec un beau jeu de synthé qui ondule en boucle et d’un mellotron discret qui filtre ses harmonies au travers une brume réverbérante. Edgar saupoudre le tout de beaux accords épars qui agrémentent cette douce mélodie d’une obscure grisaille qui se poursuit sur Screaming of the Dreamless Sleeper; un titre noir mais sans âmes avec ces vocalises teintées de fausses émotions qui glanent ici et là sur une progression rythmique qui manque de créativité. C’est un titre qui fait dans le répertoire des années Melrose et qui se détache d’une quelconque œuvre de fiction, tout comme Child Lost In Wilderness et ses vocalises obscurisées par une approche poétique. Pas mauvais! Mais on parle de Froese et TD ici. The Unknown is the Truth démarre avec une noire onde linéaire soufflée d’arcs sonores de aux teintes de sarbacanes. Une intro vaporeusement originale qui permute en une cadence nerveuse assaisonnée de délicieux arpèges limpides qui flottent dans cet univers plus près du chaos que de l’harmonie. Le rythme y est stagnant et trébuche dans des limbes psychotroniques hallucinogènes qui rappellent les premiers écarts artistiques du Dream. Un très beau titre qui dégage une atmosphère abyssale où le remords se pointe à tous les recoins. Synthé aux striures intrigantes, mellotron flûté et discret aux arrangements d’une tristesse à écorcher l’âme; The Dance Without Dancers est un baroque ballet noir qui tournoie dans une amertume irisée d’un fragile espoir. Un très beau titre qui rappelle la période de Legend. Sailor of the Lost Arch est une belle ballade tout droit sortie d’un terroir New Age. Ça coule bien, mais nous sommes loin d’une MÉ bien structurée, même si Edgar y ajoute des sonorités hétéroclites. Et plus on progresse et plus nous tombons dans la facilité créatrice. Des thèmes mélancoliques qui se répètent et qui n’ont que de petites striures synthétisées qui glanent ici et là, faisant croire à une quelconque évolution émotive alors que ça sonne le réchauffé. Chandra The Phantom Ferry Part 1est un bon album mais je m’attendais à plus. Un album inégal où de très beaux titres se perdent dans des titres très moyens. Des titres ordinaires qui témoignent de la carence d’Edgar à se surpasser. Edgar se fait vieux et devient très morose. Et cette morosité transpire sur cet album où les rythmes et ambiances peinent à trouver des formes originales. C’est bon. Ça s’écoute bien, mais il y manque quelque chose.

note       Publiée le lundi 9 novembre 2009

partagez 'Chandra - The Phantom Ferry - Part 1' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Chandra - The Phantom Ferry - Part 1"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Chandra - The Phantom Ferry - Part 1".

ajoutez une note sur : "Chandra - The Phantom Ferry - Part 1"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Chandra - The Phantom Ferry - Part 1".

ajoutez un commentaire sur : "Chandra - The Phantom Ferry - Part 1"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Chandra - The Phantom Ferry - Part 1".

Traummadawn › lundi 9 juillet 2012 - 20:03  message privé !

"The Gate", je te le recommande surtout pour le morceau "Vernal Rapture". Dans les musiques de film, j'aime aussi "Firestarter" et, comme Phaedream, j'affectionne particulièrement "Legend"; mais il y en a beaucoup qui n'aiment pas trop cet album, alors je ne sais pas de quel côté tu te rangeras. "Mars Polaris", peut-être tu l'aimeras mieux que moi-même ou non... et à propos de cet artiste je le testerai mais en ce moment je replonge dans Mike Oldfield et je risque ne pas être très réactif. :S

Note donnée au disque :       
snooky › lundi 9 juillet 2012 - 18:39  message privé !

Ben oui plouf ! Mais bon ! Reste "The Park..." "Gates of..." et " Mars Polaris" ! :-)) Et "Legend" , ca vaut le détour ou pas !

Chandra est vraiment trop uniforme, trop plat pour me convaincre !

J'aimerais soumettre à vos oreilles , un artiste que j'ai découvert récemment et qui s'appelle Creix ! C'est un ami et il vient de sortir un album que je trouve très bien fichu ! C'est pas vraiment de l'électronique pure mais plutôt de l'electro ambient très atmosphèrique . J'aurais nien aimé avoir votre avis ...

"Liquor of forgiveness" ca s'appelle ! http://hu-creix.restorm.com/albums

D'avance merci !

Note donnée au disque :       
Traummadawn › lundi 9 juillet 2012 - 00:56  message privé !

Bon ben plouf alors, c'est marrant car j'aime beaucoup la première demi heure, je la trouve très évocatrice. Au moins je t'aurai fais découvrir "The Island...", "Purple...", "Summer..." et "The Keep" et je pense que tu aimeras "The Park..." aussi. :)

Note donnée au disque :       
snooky › dimanche 8 juillet 2012 - 10:01  message privé !

Le pire de ce que le Dream "new generation" peut faire ! Creux, vide , insipide , fadasse sur toute la ligne.... Nullissime ! Une boule parce que je suis gentil et en souvenir du passé !

Note donnée au disque :       
etiennefroes › mardi 10 novembre 2009 - 08:23  message privé !

Je suis surpris de ce commentaire : je m'attendais à ce que ce cd soit complétement descendu.