Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTangerine Dream › The Seven Letters from Tibet

Tangerine Dream › The Seven Letters from Tibet

7 titres - 49:33 min

  • 1 The Red Blood Connection 4:49
  • 2 The Orange Breath 6:15
  • 3 The Golden Heart 5:48
  • 4 The Green Land 7:28
  • 5 The Blue Pearl 14:08
  • 6 The Indigo Clouds 7:07
  • 7 The Purple Of All Curtains 3:59

enregistrement

Enregistré au Eastgate Studios de Vienne, Autriche entre 1998 et 2000

line up

Edgar et Jerome Froese: Claviers, synthés, processeurs et FX

chronique

Une autre re-visitation, avec un titre en plus et un en moins. Edgar et ses fantasmes??? Par contre The Seven Letters From Tibet demeure l’une des œuvres les plus obscures et mésestimées du Dream. Un opus distinct, avec une texture sonore différente de ce que le Rêve Mandarin nous a présenté à date. Il y a peu de pulsations ni de percussions séquentielles, excepté pour le tendre et harmonieux Golden Heart. Sept titres, sept odes d’une douceur différente, qui laissent ses traces. Froese et fils nagent en plein New Age cosmique en présentant un album linéaire, bourré d’une tendresse poétique qui s’incruste dans d’épaisses vapes de nostalgie ou d’amertume. Telle une ombre fuyante, The Red Blood Connection se déplace sur un synthé délicat, aux ondes symphoniques. Les mouvements sont austères et coulent avec une doléance qui s’amplifie aux grées des souffles ambivalents entre effluves occidentaux et orientaux. The Orange Breath coule sur une tonalité souple. Atonique, le titre laisse échapper de belles lamentations synthétiques aux essences très orientales, se rapprochant de la musique du Grand Bleu d’Eric Serra. Un beau moment de tendresse. The Green Land échappe une belle mélodie segmentaire sur un beau mouvement de piano. Un titre aux émanations troubles, qui peut rappeler Marakesh sur Optical Race, guidé par de belles orchestrations qui sont aussi douces que nostalgiques. The Blue Pearl présente un TD teinté d’un mysticisme rosé. Très ambiAnt, les mouvements sont cloîtrés d’une ambiance auguste et s’entrecroise avec un faible débit harmonieux. Quoique très affine, la musique touche avec de belles intensités mellotronnées…pastiche 2000! The Indigo Clouds présente une approche plus complexe avec une sonorité multipliée de couleurs vives et incisives. Une nature, un environnement sonore (soundscape) en suspension, qui colle au titre, sans vraiment déboulé sur une texture mélodieuse. The Purple Of All Curtains termine sur une belle flûte, qui vibre parmi des arrangements orchestraux d’une intense amertume, conforme à l’ambiance de tristesse qui prévaut sur The Seven Letters from Tibet.

note       Publiée le vendredi 5 octobre 2007

partagez 'The Seven Letters from Tibet' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The Seven Letters from Tibet"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Seven Letters from Tibet".

ajoutez une note sur : "The Seven Letters from Tibet"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Seven Letters from Tibet".

ajoutez un commentaire sur : "The Seven Letters from Tibet"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Seven Letters from Tibet".

snooky › vendredi 17 septembre 2010 - 20:13  message privé !

Le commentaire que je m'étais fait pour "Jeanne d'Arc"( voir commentaire) est également valable pour ces Sept Lettres Tibétaines.Mais içi, la musique est radicalement différente.Complétement arythmique, l'ambiance se veut lente, progressive, très flottante, voire mystique.C'est très prenant et n'y cherchez pas des effusions percussives car il n'y en a pas.Un style plutôt inhabituel chez le Dream mais franchement très réussi.En ce sens, Blue Pearl est somptueux.Et si, dans l'immense cave de Picsou Edgar , rongé par la médiocrité et l'ordinaire ,il existe encore des crus de ce tonneau là, alors je suis preneur.

Note donnée au disque :       
Traummadawn › vendredi 28 août 2009 - 08:44  message privé !

En effet, cet album a une certaine magie, il a de l'âme, je l'aime bien. Sinon, suis-je le seul à avoir remarqué que "The Blue Pearl" contient le morceau "Lhasa" (Quinoa) ? Ecoutez bien à partir de 4:17...

Note donnée au disque :       
le mourm › lundi 8 octobre 2007 - 16:16  message privé !
Cet album sonne bien différent de ses prédecesseurs et ça le rend d'autant plus agréable. Une très belle surprise, comme le dit Logosman, qui avec Mars Polaris donne un peu d'éclat au TD de ce début de siècle.
Logosman › vendredi 5 octobre 2007 - 16:08  message privé !
Voila un album vraiment sympathique de ce début de siècle. Car au côté de Mars Polaris ou encore de Ambient Monkeys, il fait office de petite révolution dans le paysage bien morne du TD 95-01. On revient à un album aux strates ambiantes très agréables, loin des oripeaux dance de DM. TD surprend sur cet album que je qualifierais de petite perle à découvrir.
Note donnée au disque :