Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTangerine Dream › The Park Is Mine

Tangerine Dream › The Park Is Mine

cd | 12 titres | 50:20 min

  • 1 1 The Park Is Mine Main Title 1:16
  • 2 2 Fatal Fall/Funeral 2:16
  • 3 3 The Letter (Parts One & Two) 5:18
  • 4 4 Taking The Park (Parts One & Two) 8:28
  • 5 5 Swatting S.W.A.T. 7:23
  • 6 6 Love Theme 3:23
  • 7 7 The Helicopter Attack 4:40
  • 8 8 Morning 1:20
  • 9 9 We're Running Out Of Time 1:01
  • 10 10 The Claymore Mine/Stalking 5:22
  • 11 11 The Final Confrontation/"The Park Is Yours!" 3:34
  • 12 12 Finale/End Credits 6:19

enregistrement

Enregistré en 1985

line up

Christopher Franke (keyboards, synthétiseurs, séquenceur et percussions), Edgar Froese (keyboards, synthétiseur, mellotron et guitares), Johannes Schmoelling: Keyboards, synthétiseur & piano

chronique

Initialement composée et enregistrée en 1985, la musique de The Park is Mine est lourde et fortement inspirée des torrents séquentiels qui animaient Poland et The Keep. Sans doute le dernier vestige d’un groupe en transition, cette bande sonore est un véritable fouillis de petits chefs d’œuvres qui soulignent tant bien que mal l’apogée d’un grand groupe. Tout d’abord Chris Franke et sa structure rythmique; The Park is Mine est lourd. Très lourd et dès les premières séquences qui roulent à train d’enfer sur The Park Is Mine Main on plonge dans la période Poland, The Keep et Near Dark. The Park Is Mine semble être l’album de Franke avec une structure rythmique très lourde, arrimée à de pesantes et intrigantes pulsations et des séquences qui driblent et sur dimensionnent des tempos arrosés par les approches mélodieuses de Schmoelling et les riffs et élan synthétisés de Froese. Un peu comme sur Near Dark et beaucoup comme sur The Keep, l’ambiance est ténébreuse, voire intrigante, à la grandeur du jeu de Tommy Lee Jones qui incarne un soldat très fragilisé. Si les titres courts nous mettent dans l’ambiance avec des directions hybrides où le rythme côtoie de douces harmonies, les longs titres sont finement fignolés. The Letter (Parts One & Two) est une superbe mélodie oubliée dans les sessions de Le Parc, mais avec un côté sombre qui lie l’univers ténébreux, et expérimental, de Legend à celui plus noir, mais fortement atmosphérique de The Keep. Derrière ce canevas cauchemardesque se cache une superbe mélodie mollotronnée qui est d’une rareté, et une trouvaille, dans le répertoire du Dream. Lourd riffs de guitares mordants, séquenceurs aux doublons échotiques et approche rock décapante Taking The Park (Parts One & Two) est subdivisé par de multiples approches rythmiques, un peu comme si il y aurait plusieurs titres. Mais l’approche séquentielle est superbe avec ses accords qui se dédoublent et forgent un tempo surréel sur les vapes d’une guitare criante de Froese et les frappes de Franke à la batterie. Le tout est finement arrosé des beaux accords de clavier de Schmoelling. Un gros titre qui étonne de par sa diversité, tant cadencé, tout comme le superbe The Helicopter Attack qui nous plonge dans l’ultime univers des séquences de Franke. Des séquences à perdre d’oreille qui s’entrecroisent et se subdivisent, créant l’unique sonorité de TD des années 80.Rythme indécis sur percussions lourdes et strates caustiques, Swatting S.W.A.T. nage en plein dans les mystères de The Keep et Near Dark avec une approche très pré TD (genre The One et Froese) avec sa guitare psychédélique qui est confronté aux lourdeurs et vapeurs technologiques d’aujourd’hui. Sombre et sans rythme précis, on a l’impression que le tout va nous péter dans la figure, exactement comme la paranoïa croissante de TL Jones. The Park Is Mine n’est pas juste une histoire de séquences qui s’entrechoquent afin de créer des tempos multidirectionnels. Il y a des moments doux et très mélodieux comme Love Theme, le court Morning et le très beau Finale/End Credits qui est précédé d’une intro rythmique mielleuse. Mais la force de l’album réside dans ses rythmes lourds et étonnamment imprévisible qui sont tissés dans des ambiances sombres frisant une douce folie progressive comme sur The Claymore Mine/Stalking et The Final Confrontation/"The Park Is Yours!" qui décrivent fort bien l’atmosphère de la confrontation et de suspense sur de superbes séquences, des envolées de synth qui se fondent dans un écho artificiel la Poland. Grandiose! En ce qui me concerne, The Park Is Mine est une trouvaille et un album oublié dans ce torrent d’inepties sonores que le Dream pondait dans les années 90. Un superbe album lourd et entouré d’un aura de mystère qui a autant sa place que The Keep, Legend et Near Dark dans la discographie des bandes sonores anarchiques où les tempos dérivent dans une torpeur nocturne. Du grand Tangerine Dream et du grand Chris Franke qui a du s’ennuyer à mourir après le départ de Schmoelling. Le seul qui savait vraiment comment anoblir, de par son sens de la mélodie, l’approche séquentiel du percussionniste Allemand!

note       Publiée le vendredi 6 août 2010

partagez 'The Park Is Mine' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The Park Is Mine"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Park Is Mine".

ajoutez une note sur : "The Park Is Mine"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Park Is Mine".

ajoutez un commentaire sur : "The Park Is Mine"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Park Is Mine".

Misquamacus › mardi 21 juillet 2015 - 23:43  message privé !

Film sympa porté par un Tommy Lee Jones inspiré. La BO l'est aussi.

snooky › jeudi 12 juillet 2012 - 06:44  message privé !

J(ignorais complètement l’existence de ce film et encore plus la bande sonore associée. L"ambiance générale y est pesante , lourde assez épique , un poil mystérieuse et inquiétante , sans temps morts, presque de la veine de "Thief". Très intéressant !

Note donnée au disque :       
Traummadawn › jeudi 5 juillet 2012 - 15:13  message privé !

Quant à The Park is Mine, c'est vraiment dommage pour la qualité du son car la musique est très intéressante. Il faudrait presque essayer d'imaginer que l'on écoute l'un des Tangerine Tree pour que cela passe mieux...

Note donnée au disque :       
Traummadawn › jeudi 5 juillet 2012 - 15:10  message privé !

Haha, merci ! Pour les lecteurs confus, il faut aller voir mes recommandations à snooky sur Machu Picchu pour comprendre ce compliment de Phaedream. ;-)

Note donnée au disque :       
Phaedream › vendredi 29 juin 2012 - 12:46  message privé !
avatar

You got great taste Traumm :-)