Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTangerine Dream › Live Cleveland 1986

Tangerine Dream › Live Cleveland 1986

16 titres - 94:33 min

  • CD 1 - 1 Pilots Of Purple Twilight 7:44 - 2 Stratosfear 4:40 - 3 Akash Deep 13:14 - 4 Beneath The Waves 3:14 - 5 Zen Garden (Ryoanji Temple Kyoto) 5:19 - 6 Scuba Scuba 4:39 - 7 Coloured Rain 4:10 - - CD 2 - 8 Piano Medley 4:33 - 9 Dolphin Dance 7:27 - 10 The Velvet Garden 2:02 - 11 Ride On The Ray 11:06 - 12 Going West 5:28 - 13 Yellowstone Park (Rocky Mountains) 6:05 - 14 Underwater Twilight 4:27 - 15 Legend Leftover 3:58 - 16 Unicorn Theme 6:20

enregistrement

Live Cleveland 24 Juin 1986

line up

Christopher Franke (keyboards, synthétiseurs et séquenceurs), Edgar Froese (keyboards, synthétiseurs, mellotron, basse, guitare), Paul Haslinger: Keyboards, synthetiseur et piano

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique berlin school

Fort de sa première partie Européenne, TD entreprend la seconde portion de sa tournée mondiale à Vancouver. La tournée Nord Américaine s’arrête à Montréal, le 19 Juin 1986. Sur une scène, en avant d’un lac artificiel, Haslinger, Franke et Froese donneront un concert bouillant qui restera gravé dans bien des mémoires pour encore un bon bout de temps. Quel bel évènement, tout un spectacle. Lors de cette tournée, il y avait de la magie dans l’air et beaucoup d’électricité, comme si le Dream était conscient que sa musique virait sur une structure très froide. Quelques années plus tard, je me suis procuré Sonambulistic Imagery qui était le bootleg le plus complet, avec la meilleure sonorité, le Tangerine Tree Volume 24 et finalement cette édition du Bootmoon. La source de ce concert est Cleveland, que j’ai en bootleg. Un enregistrement incomplet d’une qualité médiocre provenant de l’audience. Quand j’ai su qu’une version plus complète serait remixé et vendue par Tangerine Dream, j’étais inquiet parce quand TD remastique ses vieilles choses, il ne reste que bien souvent la structure, on y reconnaît plus rien (Sohoman 82 et Soundmill Navigator). Alors que je m’attendais à l’aseptisation systématique de la méthode Edgar Froese, nous avons droit à 2 sublimes concerts aux atmosphères explosives. C’est Jerome qui en a fait le remastering, et il a pesé fort sur les percussions et effets sonores. Si Parisian Dreams était rempli de ses percussions tablas claires et limpides, je n’en n’avait pas remarqué une si forte présence sur Sonambulistic Imagery. Même si TD à laisser tomber les improvisations depuis la fin des années 70, les concerts des années 80 sont authentiques et sont plus pesants, plus rock. C’est ce qu’on ressent en ouverture avec Pilots Of Purple Twilight où les 3 claviers sont synchronisés au quart de tour, tout en respectant les structures sur un titre plus étiré qu’en studio. Stratosfear 86 ne jouit pas de l’accueil que le public Anglais et Français lui a réservé, ce faisant on y entend toute les nuances et les effets sonores ajoutés par Froese fils, donnant une superbe intonation à ce classique. Akash Deep et Beneath the Waves sont 2 pièces inédites aux sonorités très 86. Une belle flûte progresse sur des chœurs et une ligne séquentielle basse. Le titre monte en cadence sous une nuée de percussions assourdissantes et de grosses riffs synthétiques. Une folie concentrée qui se poursuit sur Beneath the Waves, et le tempo baisse lourdement pour faire place à un synthé plaintif qui ouvre les portes à la superbe version de Zen Garden. Cette 1ière partie ce termine sur une autre inédite, Coloured Rain qui plonge le public dans l’ambiance romanesque du piano de Paul Haslinger, qui joue quelques lignes de Logos, de l’improvisation pour introduire Dolphin Dance et les fougueux solos de synthés. Une superbe interprétation, avec une excellente sonorité qui découpe le morceau avec la précision d’un chirurgien. The Velvet Garden est une autre pièce inédite, aux beaux effets sonores, qui se moule bien entre Dolphin Dance et Ride on the Ray qui est plus rock, avec ses percussions martelantes et le gros solo d’Edgar Froese. Going West, Yellowstone Park, Underwater Twilight et Legend Leftover sont quasiment identiques à la version de Brighton, mais la finale est assume par Unicorn Theme, une remarquable interprétation, sans le coté vocal, qui est assumé par un superbe synthé aux strates rêveuses et mélancoliques. La tournée de 1986 est un grand moment de l’histoire de Tangerine Dream. Une tournée exceptionnelle qui est à la portée de tous, grâce à un superbe travail de restauration et de remastering par Jerome Froese, qui est semble plus à l’aise aux consoles que sur scène ou que comme auteur compositeur d’un ex-monument comme Tangerine Dream

note       Publiée le mardi 9 janvier 2007

partagez 'Live Cleveland 1986' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Live Cleveland 1986"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Live Cleveland 1986".

ajoutez une note sur : "Live Cleveland 1986"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Live Cleveland 1986".

ajoutez un commentaire sur : "Live Cleveland 1986"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Live Cleveland 1986".

snooky › dimanche 11 juillet 2010 - 20:24  message privé !

Dans la même série, j'ai écouté Paris 2 Février 1981.Il est franchement d'un ennui mortel.Ca roule, déroule, sans innovations, bien huilé.Heureusement, il y a Silver Scales et Chorozon pour secouer la torpeur et la somnolence mais surtout Trap feeling, dernier morceau( ca c'est ballot)pour réveiller tout le monde.L'avantage de ce volume, c'est qu'au niveau des titres, y'a pas double emploi.C'est à peu près le seul avantage d'ailleurs.Ce qui confirme mon idée ; le Dream en live passé 1977, c'est de la grosse bouse.Et pour ces Bootmoon Series, hormis Montréal, et en ce qui me concerne, la boucle est bouclée.

snooky › samedi 3 juillet 2010 - 18:57  message privé !

J'ai quand même longtemps hésité avant de "plonger" dans cette "Bootmoom Series".D'abord parce que la chronique de Phae sur "Ottawa" m'avait quelque peu refroidi( j'y pressentais l'arnaque de ce cher Oncle Edgar) et puis aussi, parce que le Dream , en live, qui joue ses morceaux"studio", c'est plus tout à fait le Dream. Et puis finalement, j'ai succombé.Sydney 1982 et puis ce Cleveland 1986.Bon globalement, je ne suis pas déçu.Disons que je reste un peu sur ma faim.Cleveland est bien loin d'être mauvais.Le son est très bon, le mixage presque parfait( le fiston a fait du bon boulot, une fois n'est pas coutume).Et la musique ? Ben, c'est pas mal, ca coule bien, avec ,une fois n'est pas coutume(encore)des inédits.Akash Deep, Beneath the waves, Colored rain.Le seul problème c'est que certaines versions live ressemblent à s'y méprendre aux versions studio(Pilots of purple twiligth).Bon ok ! Vous allez dire il est jamais content celui là.Si, parce que je vais pas bouder mon plaisir.Mais je crois que je n'irais pas plus loin dans cette série, peut être à part le Montréal(pour l'instant,indisponible chez mon fournisseur préféré).D'autant que certains font carrément double emploi.En résumé, pas du chef d'oeuvre, mais pas du navet non plus.Et puis quand on a la nostalgie, ca passe bien.sur le papier, le Dream est mort, mais dans ma tête c'est loin d'être une certitude...

Phaedream › lundi 16 novembre 2009 - 00:27  message privé !
avatar

Puis-je vraiment écrire sur les Tangerine Tree? Il y a tellement à écrire, tant il y a de superbes enregistrements. Je ne suis pas sur que Froese et Cie apprécierait. Si j'ai le feu vert....j'en promets 1 par quinzaine!

Note donnée au disque :