Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTangerine Dream › Blue Dawn

Tangerine Dream › Blue Dawn

  • 2006 - Eastgate, Eastgate 010 CD (1 cd)

10 titres - 61:51 min

  • 1. Where Dreams are Large and Airy 6:19
  • 2. Riding the Wind 4:35
  • 3. Thunderheads 7:25
  • 4. Eagle's Crest 5:34
  • 5. Food for the Gods 8:21
  • 6. Without a bad Conscience 6:00
  • 7. Cardamom Route 5:00
  • 8. A World Away from Gagaland 7:03
  • 9. Native Companions 4:11
  • 10. Blue Dawn 7:00

line up

Edgar Froese (keyboards & guitar), Ralf Wadepfuhl : Keyboards & Percussions Électroniques

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique new berlin school

Recevoir un autre TD est toujours quelque chose de spécial. Imaginez, depuis près de 50 ans que TD existe. Cinquante années où Edgar Froese se promène avec différents comparses pour signer la musique de Tangerine Dream. En 50 ans, il s’en passe des choses. Comme dirait ma voisine, il en coule de l’eau sous les ponts! Ceci étant dit, Blue Dawn n’est pas nécessairement une nouveauté. C’est un album qui fut écrit lors de la tournée Nord Américaine de Tangerine Dream en 1988, à l’époque d’Optical Race, l’époque où TD a cherché à américaniser leur musique, laissant les longues lignes séquentielles pour des pièces plus courtes. Un peu dans le genre New Age. Eh bien la recette est la même. C’est un cd d’une soixantaine de minutes avec dix plages qui ont à peu près le même temps, et le même tempo. Dans le guide de presse on lit que la majorité du matériel fut composé en autobus. Je n’ai pas de misère à le croire. On dirait que le tandem Froese Wadepfuhl a utilisé de 3 à 4 accords et 1 à 3 lignes séquentielles pour bâtir ce recueil musical. Le style entre les pièces ne diffèrent pas gros. Les intros sont similairement vaporeuses et le tempo est égal à peu près partout. Je dirais même que ça rock, notamment sur Without a bad Conscience et Blue Dawn qui rappelle un croisement entre ELP et Pink Floyd. Il y a de petits bijoux comme Riding the Wind, une ballade dépareillée qui épouse des loupes de percussions et de guitares étonnantes. Le genre de pièce qui arque les sourcils. Des petites ballades à la New Age, Food for the Gods et Cardamom Route. Deux titres aux arrangements sulfureux qui démontrent hors de tout doute qu’Edgar n’a pas perdu la touche pour émouvoir et surprendre. Deux titres, aussi, aux influences Christopher Franke post TD, ce qui m’intrigue beaucoup. Est-ce Franke qui fût responsable du changement de cap musical de TD à cette époque? Ou est-ce plutôt Edgar Froese qui a converti Franke à cette orientation? La question reste entière. Évidemment, le son à subit une cure d’actualité. L’ami Edgar a Froesenisé les plages, donnant un son actuel, à des vieilles idées. Ça fait drôle, car on sent l’esprit de Lily on the Beach, mais avec la signature technologique des nouveaux studios et équipements d’Edgar Froese. Je ne peux rien dire de mal de Blue Dawn. C’est bien fait. Les percussions, la guitare et les arrangements soufflent une approche plus rock, plus crue. Par contre, nous sommes toujours loin des dérivations séquentielles et de la psychose artistique du grand Edgar. Ceux qui ont aimé la période américaine de TD seront ravis par Blue Dawn. Ceux qui cherchent toujours les traces du TD d’antan devront encore passer le tour. Mais on sent, à travers ses petites odes, les coups de génie de l’ami Edgar. Et ça c’est ce qui importe le plus. Le roi est toujours là, prêt à nous en mettre plein les oreilles. Comme à chaque occasion.

note       Publiée le vendredi 12 mai 2006

partagez 'Blue Dawn' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Blue Dawn"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Blue Dawn".

ajoutez une note sur : "Blue Dawn"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Blue Dawn".

ajoutez un commentaire sur : "Blue Dawn"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Blue Dawn".

Misquamacus › lundi 6 juillet 2015 - 00:03  message privé !

Un TD mineur mais pas désagréable. Peu d’extraits restent cependant en tête. à noter que le (joli) morceau "Food for the Gods" reprend partiellement un thème de la BO "dead Solid Perfect".

juj › mardi 20 novembre 2007 - 18:05  message privé !
sans jeu de mots ?
kama › mardi 20 novembre 2007 - 17:52  message privé !
tu ne crois pas si bien dire...
claudeorange › mardi 20 novembre 2007 - 17:50  message privé !
Un bon album , mais sans plus. A force de créer des CD a tire-larigot,le Dream nous égare(sans jeu de mots).Sur tous les albums parus, combien d"après vous méritent 6/6 ? J'en vois une petite dizaine ,et encore (sans jeu de mots). L'abondance tue la qualité je pense, à mon avis....
Note donnée au disque :       
claudeorange › mardi 20 novembre 2007 - 17:47  message privé !
?
Note donnée au disque :