Vos commentaires

Vous êtes ici › Vos commentaires

Les derniers commentaires laissés par les membres

résultats 1 à 20 sur un total de 164696 • page 1 sur 8235

Naxal ProtocolAnatomo-pathology of an aborted civilization
Naxal Protocol - Anatomo-pathology of an aborted civilization
No background › aujourd'hui - 22:17  message privé !

Dystopie au lieu de dystrophie (trouble médical) non ? Quoique, utiliser un endoscope pour filmer un organe en pleine dégénérescence c'est raccord avec le titre de l'album.

BHL / KallathonBHL / Kallathon
BHL / Kallathon - BHL / Kallathon
Dioneo › aujourd'hui - 22:01  message privé !
avatar

Ben si, tenté, sinon il n'en serait pas là.

BHL / KallathonBHL / Kallathon
BHL / Kallathon - BHL / Kallathon
No background › aujourd'hui - 21:57  message privé !

Il se fait passer pour un juif mais c'est un sataniste patenté !

Toru Takemitsu (1930-1996)From Me Flows What You Call Time
Toru Takemitsu (1930-1996) - From Me Flows What You Call Time
Dioneo › aujourd'hui - 17:22  message privé !
avatar

Eh... Oui ! Le passage où les percus - j'ai regardé une version filmée, ce sont des toms accordés et un djembé qui se questionnent/répondent - est particulièrement beau (et "exact" dans sa mise en place et - oui - ses respirations/silences, je trouve).

Note donnée au disque :       
Toru Takemitsu (1930-1996)From Me Flows What You Call Time
Toru Takemitsu (1930-1996) - From Me Flows What You Call Time
Moonloop › aujourd'hui - 17:17  message privé !

!!! En effet je faisais maladroitement référence, et sans aucune vérification, au monde flottant en tant que… Monde abstrait, "magique", onirique, éphémère etc… Après réécoute - finalement -, je te rejoins bien volontiers sur la clarté et la précision de l’ensemble. C’est même bien plus épuré et moins « tendu » que dans mes souvenirs. La part belle au silence, l’abstraction naissant peut-être de la fugacité, du « choix » et de la « respiration » de chaque instrument - ainsi que du « paysage global », bien entendu, mouvant... Bref magnifique…

Note donnée au disque :       
VektorBlack Future
Vektor - Black Future
torquemada › aujourd'hui - 17:05  message privé !

La comparaison avec le Death dernière époque me semble encore plus pertinente pour la voix que pour la mmusique : on n'a souvent l'impression d'entendre le Chuck Schuldiner bien criard de "The Sound Of Perseverance".

Toru Takemitsu (1930-1996)From Me Flows What You Call Time
Toru Takemitsu (1930-1996) - From Me Flows What You Call Time
Dioneo › aujourd'hui - 16:17  message privé !
avatar

Rêve et énigme oui... Mais tout est très "clair" pourtant, ici, les contours nets, tout est très, très précis. ("Monde flottant"... Ça désigne les quartiers "réservés", non, il me semble - maisons de geishas et cie., dans un certain contexte historique-géographique ? ... J'imagine que tu ne lui donne pas ce sens là ici, eh eh). C'est vraiment la période de Takemitsu où le plus d'œuvres me "parlent", en tout cas, je crois, son époque "tardive". Où il s'était détaché d'un "mimétisme classique (européen etc.)" sans avoir besoin pour autant de renier ça, sans faire du tout une musique "close dans une tradition locale".

Note donnée au disque :       
Toru Takemitsu (1930-1996)From Me Flows What You Call Time
Toru Takemitsu (1930-1996) - From Me Flows What You Call Time
Moonloop › aujourd'hui - 09:27  message privé !

Il y a un brin d’enthousiasme dans mon commentaire, à la fin en tout cas, qui n’est pas non plus en « adéquation » avec la musique de Takemitsu qui relève davantage, quand même, du « mystère », de l’énigmatique, des « sons impalpables du rêve » (Ref. Messiaen), du « monde flottant » peut-être … De même, je réécouterai ça « un de ces jours »…

Note donnée au disque :       
Morbid AngelKingdoms Disdained
Morbid Angel - Kingdoms Disdained
dimegoat › vendredi 19 janvier 2018 - 20:56  message privé !

Un album qui ne transpire pas la passion mais qui a donné ce que tout le monde attendait. Pas mal d'auto-plagiat, des riffs un peu broyés par la production et des solos qui ne restent pas en tête. Mais je suis fan donc j'aime.

Note donnée au disque :       
Morbid AngelKingdoms Disdained
Morbid Angel - Kingdoms Disdained
torquemada › vendredi 19 janvier 2018 - 20:44  message privé !

ça a l'air de ne pas être un mauvais album de death mais pour du Morbid, c'est plutôt quelconque. Par contre j'adore le solo de "The Pillars Crumbling".

VomitoryRaped in Their Own Blood
Vomitory - Raped in Their Own Blood
vargounet › vendredi 19 janvier 2018 - 20:10  message privé !

¨Pfiou c'est vraiment du lourd ce skeud en fait ...

Screaming TreesDust
Screaming Trees - Dust
Rastignac › vendredi 19 janvier 2018 - 18:05  message privé !
avatar

J'ai enfin pu récupérer une copie de cet album que j'ai eu pendant des années sous forme de cd gravé pourri, et putain Mark Lanegan héros des temps modernes.

Toru Takemitsu (1930-1996)From Me Flows What You Call Time
Toru Takemitsu (1930-1996) - From Me Flows What You Call Time
DukeOfPrunes › vendredi 19 janvier 2018 - 16:31  message privé !
avatar

Je me souviens avoir écouté ce disque, un soir pluvieux de décembre. Dix ans de ça ? Déjà. C'était une belle promesse, mais je dois bien dire que j'avais été un peu déçu. Il faut dire que mon oreille n'était pas formée pour tout saisir. Je trouvais plus cet "écho du temps" chez d'autres artistes avec plus de "viscéralité". Quand je vous lis, en tout cas, je me demande si je ne ferais pas mieux de réécouter ça...

Toru Takemitsu (1930-1996)From Me Flows What You Call Time
Toru Takemitsu (1930-1996) - From Me Flows What You Call Time
Moonloop › vendredi 19 janvier 2018 - 16:15  message privé !

Le temps n’est qu’un « mot » tout autant qu’il y a les « maux » du temps. Ceux, éphémères ou répétés, de l’époque dans laquelle nous vivons. Et puis l’angoisse d’un « temps », comme référence « conditionnée » et quotidienne, qui passe ou qui nous « échappe » d’une manière ou d’une autre - voire qui nous « enferme cycliquement » -. Un temps qui nous emploie ou que nous employons, et vice-versa -, lié à l’organisation de nos « mondes », dans ses diverses colorations et « jeux ». Et puis, les questions qu’« il » nous pose, que l’on se pose, au fur et à mesure que « nous passons » …

Mais, ici, « l’abstraction » du « temps », de ses « mondes » comme tu dis, est telle que l’on « touche » à quelque-chose d’éminemment voire de farouchement « vivant », « d’organique ». Comme une réponse à « l’angoisse », les percussions sont autant de coeurs qui battent. On entendrait presque les « globules rouges s’entrechoquer », fluides, à l’intérieur de soi, ainsi que la sève des arbres, tout réciproquement, qui « s’écoule » - on est proche sinon au dedans même de la « Nature » - … Le Temps ici, c’est la fluidité du vivant, un flux incessant, ivre, « cosmique », « Éternel? » …

Bref, « dissonances et résolutions », 6 boules, dérisoires…

Note donnée au disque :       
Alice CooperWelcome to my nightmare
Alice Cooper - Welcome to my nightmare
Raven › vendredi 19 janvier 2018 - 14:39  message privé !
avatar

Iggy a fait des trucs plus solides que Cooper dans les 90's, finalement. Pour les 80's je dirais kiff-kiff bourricot ! "Poison" est un bon tube hard FM, mais ce qui est ironique c'est qu'il n'y a plus une once de poison, de venin, de vice dans sa musique justement ! Je surkiffais ce titre ado, mais maintenant je réalise à quel point il revenait en suiveur faisandé et essayait de mettre dans son escarcelle du puceau fan de Bon Jovi (ou Poison tout bêtement !) et ça fait plutôt pitié à réécouter... Alors que là '75, en suivant aussi un peu...Bowie ? Lou Reed ? (ou alors c'est la prod' Ezrin ?) - il était salement bon ; forcément !

Alice CooperWelcome to my nightmare
Alice Cooper - Welcome to my nightmare
dariev stands › vendredi 19 janvier 2018 - 14:19  message privé !
avatar

Tu confonds à moitié, sa traversée du désert (à base de whisky pour lui surtout je crois, effectivement désintox et HP c'est Iggy) commence bien à ce moment, après "Goes to hell" pour être précis, et avec la parenthèse "from the inside". Cela dit c'est toujours marrant de voir que Cooper a été largement réhabilité et considéré comme "revenu aux affaires" avec le très FM et daubé (selon moi) Poison, alors que Iggy, qui a des fans un peu plus exigeants à mon avis, est toujours considéré comme globalement perdu pour la cause depuis Lust for Life, haha! (avec certes quelques parenthèses excellentes, mais il y en a qui n'aiment que les 70's)

Alice CooperWelcome to my nightmare
Alice Cooper - Welcome to my nightmare
Raven › vendredi 19 janvier 2018 - 11:24  message privé !
avatar

Je l'aime beaucoup. Elle est à la fois gracieuse et de mauvais goût (et pour du Cooper c'est approprié - à travers celle-là on sent bien changement opéré par le père Furnier en solo après fin du groupe : ce virage crooner kitsch mégalo-douteux, Artiste, avant la traversée du désert à base d'hôpital psychiatrique et de désintox si je confonds pas avec Iggy Pop, sont pas si éloignés ces deux-là). Eh ouais dans le fond, c'est à peu près d'aussi bon goût qu'une chanson engagée de Sardou... ou une chanson romantique de Zappa ! J'lui ai toujours trouvé un charme bien spécial, à celle-ci, sa mélodie façon "psychopathe recyclé en chanteur de music hall" (un truc typique 70's ce feelingue, à la Muppet Show ou Phantom of the Paradise quoi) me collait souvent bien longtemps dans la tête après chaque écoute de son Beast of initiatique.

BHL / KallathonBHL / Kallathon
BHL / Kallathon - BHL / Kallathon
nicola › vendredi 19 janvier 2018 - 11:19  message privé !

BHL fait du beumeu ? Qui l’eut cru ?

Alice CooperWelcome to my nightmare
Alice Cooper - Welcome to my nightmare
zugal21 › vendredi 19 janvier 2018 - 10:41  message privé !

Je la trouve naze, Only Women Bleed, avec son double sens à la con

BHL / KallathonBHL / Kallathon
BHL / Kallathon - BHL / Kallathon
Rastignac › vendredi 19 janvier 2018 - 09:39  message privé !
avatar

PS : actuellement en tournée européenne. Prochaines dates : le 18 à Reykjavik au Húrra, le 19 à Leiden au Gebr de Bobel, le 20 à Bruxelles au Magasin 4, le 21 à Oberhausen au Helvete, le 22 à Mannheim au 7er Club, le 23 à Berlin à l'Urban Spree, le 25 à Prague à l'Underdogs, le 26 à Chorzow au Red & Black, le 27 à Banska Bystrica au Rock Klub Tartaros, le 28 à Zagreb au AKC Attack, le 29 à Parme à l'Arci Titty Twister, le 30 janvier à Lyon au Rock N Eat, le premier février à Angoulême au Databaz, le 2 février à Barcelone à l'Upload, le 3 février à Madrid à la Sala Republik.

Note donnée au disque :