Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTangerine Dream › Great Wall Of China

Tangerine Dream › Great Wall Of China

11 titres - 57:47 min

  • 1 Meng Tian 5:13
  • 2 Summer In Shauxi 3:58
  • 3 The South Gate Knights 5:59
  • 4 Silence The Barking Monk 7:23
  • 5 Zhu Zhanji 6:14
  • 6 Stranded Without Shade 4:32
  • 7 No More Candles Burning 4:12
  • 8 Lights Of Beijing 5:44
  • 9 Snow On Dragon's Peak 4:43
  • 10 Cradle Of Prodigies 5:22
  • 11 Tiger Forest 4:24

enregistrement

Enregistré au Eastgate Studios de Vienne, Autriche en 1999

line up

Edgar et Jerome Froese: Claviers, synthés, processeurs et FX

chronique

Eh que c’est donc compliqué de suivre l’évolution du Rêve Mandarin. Une chatte y perdrait ses petits. Paru en 1999, Great Wall of China est une obscure trame sonore pour la télévision chinoise…qui n’a jamais eu de tours de manivelles. Donc, un autre caillou sous les pieds d’une fastidieuse et épique saga Tangerine Dreamienne que Sieur Froese (Edgar) serait à écrire. Mythe ou réalité? Toujours est-il que l’argentier aux douteuses volontés réitère le catalogue TDI sur le Tangerine Dream Download Shop, avec 2 titres en prime et 2 autres en moins. Saisissez? Le studio d’Edgar sera le plus énorme de Berlin, peut-être même de l’Europe…. Du point de vue musical, Froese et fils ont changé leurs approches. Fini les ‘’boum bamm beat’’ de la Seattle et Melrose Years. Sur TDI, la musique est plus fluide, voire expérimentale (Ambient Monkeys, Oasis), mais il y manque toujours un petit quelque chose. Un manque d’âme, de conviction! Je ne sais trop. Et ce même si Froese et fils tentent désespérément d’ajouter une touche orientale à cette trame sonore peu convaincante. Si l’album démarre en force avec un Meng Tian mordant, sur séquenceur fluide qui martèle un tempo soutenu, Summer in Shauxi nous ramène aux faux effluves d’un sax trop omniprésent dans la carrière de TD. Pourtant Meng Tian bouillonnait de synthés mélodieux qui accompagnent aisément un rythme accrocheur. On est loin du grand TD, mais plus prêt d’une musique digestible. The South Gate Knights est une bonne pièce. Honnêtement, Papa et Jerome ont puisés dans les vieilles ressources séquentielles du célèbre trio/duo/solo Berlinois. Le reste? Bah, il n’y a pas grand-chose à redire. C’est beau, c’est agréable. On dirait du New Age déjà digéré. Du soft TD style Melrose et Seattle Years. La tonalité est morne et on serait porté à croire que c’est une même chanson qui circule sans arrêt, tant la créativité émotive est absente. Un album moyen, avec un reflet évident de nostalgie, qui emprunte les mêmes sentiers sentimentaux de l’époque de Linda Spa, Linda Spa en moins. Il y a de bons moments, comme Silence The Barking Monk, Stranded Without Shade et No More Candles Burning, mais rien de vraiment puissant pour écrire à sa mère. Bref un beau CD qui s’écoute bien et qui serait passé inaperçu sans l’étiquette du Dream.

note       Publiée le vendredi 5 octobre 2007

partagez 'Great Wall Of China' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Great Wall Of China"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Great Wall Of China".

ajoutez une note sur : "Great Wall Of China"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Great Wall Of China".

ajoutez un commentaire sur : "Great Wall Of China"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Great Wall Of China".

la sagesse du destin › vendredi 12 octobre 2007 - 13:49  message privé !
Les morceaux retirés sont ceux signés Jérome remplacés par des titres inédits d'Edgar pour cause de séparation de droits entre le père et le fils (idem pour seven letters).Ceci étant dit Great Wall est un album agréable mais je préfère Mars Polaris
le mourm › lundi 8 octobre 2007 - 16:13  message privé !
Digestible, c'est le mot...
Logosman › vendredi 5 octobre 2007 - 16:03  message privé !
Merci pour l'article Phaedream. Je me permets de rajouter pour la "défense" de notre papy préféré, qu'il réutilisa des morcaux de cet album pour composer une autre bande-sonore obscure: Mars Polaris, qui est à l'origine un album studio (de bonne qualité) du groupe. Ainsi deux versions de Mars Polaris sont sortis dans le commerce, dont l'une avec plusieurs morceaux venant de ce Great Wall. Et encore un autre titre obscure de la galaxie TD et un étrange tour de passe-passe.
Note donnée au disque :