Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTangerine Dream › Phaedra

Tangerine Dream › Phaedra

4 titres - 37:48 min

  • Phaedra|16:45
  • Mysterious Semblance at the Strand of Nightmares| 10:35
  • Movements of a Visionary| 7:55
  • Sequent C| 2:17

enregistrement

Enregistré en Décembre 1973 au The Manor (Shipton-on-Cherwell, Angleterre

line up

Peter Baumann (keyboards), Christopher Franke (keyboards), Edgar Froese (keyboards & guitars)

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique berlin school

Phaedrea est à la MÉ ce que Sgt Pepper’s des Beatles est au rock; un album phare qui influencera une multitude de musicien et révolutionnera le monde de la musique expérimentale, psychédélique et électronique. Situons-nous dans le contexte. Le rock progressif évolue à cire d’oreille. Pink Floyd secoue les colonnes avec l’étonnant Dark Side of the Moon. L’échantillonnage musical fait ses premiers pas et l’utilisation de séquenceur établit ses premières lignes. Toujours à l’avant-garde, la gang à Froese se procure des nouveaux équipements et concocte un premier album de rock planant qui fait entendre des harmonies, des mélodies. C’est la naissance de la Berlin School. Très ambiant le début de l’opus se fait entendre à travers un vent métallique à résonance spectrale. Les premiers pas de la musique gothique en MÉ viennent de se faire entendre. Un synthé tourbillonnant sillonne nos oreilles avec discrétion. L’ouïe en attente, le synthé s’amplifie et jette les bases d’une première utilisation d’un séquenceur dans l’œuvre de TD. Le rythme est sombre, tranchant et soutenu par un galop mellotroné qui se décompose et s’écrase sur une banquise d’effets sonores. L’air ambiant refait surface et nous entraîne dans une galaxie vaporeuse qui fume encore de ses cendres. Phaedra redéfini le genre et lance la désormais célèbre Berlin School. Les lignes séquentielles qui torturent cette pièce seront désormais un classique dans la construction des lignes séquentielles d’aujourd’hui. Souvent on peut entendre sur différents groupes de MÉ, les bases de ce titre culte. Mais cela demeure toujours une période sombre où le planant a le dessus sur le rythme. C’est donc avec un léger synthé qui se contorsionne que Mysterious Semblance at the Strand of Nightmares suinte ses larmes. Un titre fantomatique qui s’étire littéralement pour faire une mélodie surréaliste. Très statique, la pièce n’en demeure pas moins attirante avec son côté austère. Toujours dans une ambiance spectrale/spatiale Movements of a Visionary prend forme autour de bruits atmosphériques. Tel l’œil d’un cyclone, les notes virevoltent sur elles-mêmes et se fondent dans un néant intemporel. Sequent C clôt par une flûte éthérée qui plane et fond en silence. L’empreinte de Peter Baumann. Même avec nos oreilles d’aujourd’hui, Phaedra a à peine vieilli d’une ride. L’enveloppe musicale est dense. Les synthés et le mellotron n’ont plus de secret pour le trio Allemand qui enclenchera une série d’albums fort délicieux qui changeront la perspective de cet art contemporain. Album culte, album phare les premiers coups de séquenceurs créant une mélodie ont surpris et charmés. Un coup de génie culturel qui n’a d’égal que les classiques modernes. En 2005 Phaedra a été repris et remixé par Edgar Froese, et son fils Jérome, sur l’étiquette EastGate. Les puristes ont hennis au scandale. Je suis partagé. S’il est vrai que ce remixage a honni l’ambiance analogue des années 70, il n’en demeure pas moins intéressant pour ceux qui ont découvert le rêve mandarin que sur le tard. Par contre, à choisir entre la première version et celle de 2005, Phaedra 74 l’emporte haut la palme. Un cd à posséder, ne serait-ce que pour comprendre les racines de l’évolution de la MÉ.

note       Publiée le samedi 29 avril 2006

partagez 'Phaedra' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Phaedra"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Phaedra".

ajoutez une note sur : "Phaedra"

Note moyenne :        31 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Phaedra".

ajoutez un commentaire sur : "Phaedra"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Phaedra".

Demonaz Vikernes › jeudi 20 septembre 2018 - 15:50  message privé !

Finalement si, je dois être (en partie) le public ciblé. Phaedra n'est (toujours pas) un TD facile d'accès, la faute à la première moitié du morceau titre assez froide. Mais il fait bon persister.

Note donnée au disque :       
zugal21 › vendredi 27 février 2015 - 23:17  message privé !

C'est un TD qui pour mes oreilles ne coule pas de source, contrairement à Stratosfear ou Hyperborea . Je le trouve donc un peu plus difficile d'accès. Et pas très agréable, pour tout dire.

Demonaz Vikernes › vendredi 17 janvier 2014 - 15:42  message privé !

Ma découverte de TD, sans trop savoir dans quoi je mettais les pieds. Et à l'arrivée, je suis pas sur d'en savoir plus... Ni chefdoeuvresque, ni mauvais, le vinyl tourne et je ne retiens pas grand chose malgré les écoutes. Préférence pour la face B, le morceau titre ayant ses longueurs. Je ne suis probablement pas le public ciblé.

Note donnée au disque :       
taillesque › lundi 22 juillet 2013 - 14:42  message privé !

Je ne vais pas ajouter de commentaire sur ce disque intemporel, véritable jalon essentiel de la Musique Electronique, tout a déjà été dit et écrit. Ma participation en revanche voudrait mettre l'accent sur un moment magique de "Phaedra" qui m'émeut profondément. A la fin du titre éponyme (face A du vinyle), alors que le mellotron s'est arrêté pour clôturer en beauté cette plage exceptionnelle, il reste contre toute attente encore au moins une petite minute. Et cette minute-ci est magique. Au fond d'un silence assourdissant, des échos de cris d'enfants se font entendre, d'abord fort lointains puis se rapprochant. Des enfants qui sortent de l'école semble-t-il, avec tout ce que cela implique d'enthousiasme et d'excitation. Je ne sais pas vous, mais pour moi cette ultime minute de sons concrets qui renvoie aux recherches d'un Pierre Henry me fascine littéralement et agit sur moi comme la madeleine de Proust. Personne n'évoque ce passage de Phaedra aussi je me devais d'en rappeler l'existence car, moi, il me transporte jusqu'aux sphères éthérées de mon enfance, loin très loin dans le temps... et pourtant si proche.

Khyber › vendredi 18 janvier 2013 - 16:52  message privé !

D'ailleurs, pour les nordistes, le docu 'Rock goes to the Cathédral' est rediffusé sur FR3 ce samedi, à 15h20: http://nord-pas-de-calais.france3.fr/emissions/les-documentaires-de-france-3-nord-pas-de-calais/actu/rock-goes-cathedral-19-janvier.html