Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTangerine Dream › Dead Solid Perfect

Tangerine Dream › Dead Solid Perfect

cd • 22 titres • 36:22 min

  • 1Theme From 'Dead Solid Perfect'03:20
  • 2In The Pond01:16
  • 3Beverly Leaves00:59
  • 4Of Cads And Caddies02:13
  • 5Tournament Montage02:38
  • 6A Whore In One02:14
  • 7Sand Trap01:22
  • 8In The Rough00:42
  • 9Nine Iron01:39
  • 10U.S. Open01:41
  • 11My Name Is Bad Hair02:32
  • 12In The Hospital Room00:36
  • 13Welcome To Bushwood/Golfus Interruptus01:33
  • 14Deja Vu (I've Heard This Before!)01:32
  • 15Birdie01:20
  • 16Divot01:19
  • 17Kenny And Donny Montage01:40
  • 18Off To See Beverly00:33
  • 19Phone To Beverly01:19
  • 20Nice Shots02:43
  • 21Sinking Putts02:04
  • 22Kenny's Winning Shot01:07

line up

Edgar Froese (synthés et guitares), Jerome Froese: Synthé et guitares Paul Haslinger: Synthé

remarques

chronique

Vingt-deux titres pour 36 minutes? Pensez-y! Y a-t’il place à l’originalité? À la recherche, l’élaboration musicale? Dead Solid Perfect est la preuve que même les grands peuvent prendre une débarque! Troisième collaboration avec le réalisateur Bobby Roth, le Dream avait écrit la musique de Heartbreakers et Tonight's The Night, en 1989, la musique reste égale aux visions du réalisateur.
Écrite à cette même époque, Dead Solid Perfect est un peu à l’image de Three O'Clock High, du bruit sans émotions et sans âmes qui vivent. Donc, pas beaucoup de place aux grands projets et aux pièces complexes à rebondissements. Le résultat est un album vide, tant de sens que de créativité où le Dream semble s’ennuyer à mort sur des titres aux percussions animées, que ce soit style glockenspiel, bouteillé ou séquencé, mais loin d’être géniales. Un album épouvantable où les structures semblent similaires, avec une totale absence d’imagination. Il y a quelques moments où Edgar et compagnie tentent de toucher du synth pop (A Whore In One, My name is bad hair, Nice shots) mais c’est tellement ennuyant que c’en est ridicule. TD touche un peu de Nouvel Âge avec la pièce titre et US Open, mais c’est insipide et sans profondeur. Bref, un coup d’argent facile où l’effort n’y est pas. Visiblement, Edgar et sa bande lorgnaient plutôt les fruits pécuniaires pour grossir leurs studios, la raison même de ses nombreuses collaborations avec le 7ième art, selon Edgar. Bref, un album insipide et atroce de froideur. Peut-être le plus atroce du Dream, quoique….

note       Publiée le mercredi 12 septembre 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Dead Solid Perfect".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dead Solid Perfect".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dead Solid Perfect".

born to gulo › lundi 2 février 2009 - 23:56  message privé !

de la grind/spazz Mé ?

etiennefroes › vendredi 28 septembre 2007 - 08:32  message privé !
Hors des sentiers battus pas de salut....sans parler du reste...
Logosman › mercredi 12 septembre 2007 - 21:18  message privé !
Et pour une fois, je n'essaye même pas d'être constructif dans ma critique. Car autant, Heartbreakers n'était pas dans le haut du panier mais contenait deux trois bons morceaux, autant là c'est clair de bout en bout: c'est nul et vide.
Note donnée au disque :       
gkar02300 › mercredi 12 septembre 2007 - 17:58  message privé !
Chronique parfaite ;-)
Note donnée au disque :