Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTangerine Dream › Timesquare – Dream Mixes II

Tangerine Dream › Timesquare – Dream Mixes II

cd | 7 titres | 57:36 min

  • 1 Mobocaster [7:24]
  • 2 Jungle Jacula [8:41]
  • 3 Towards The Evening Star (Blue Gravity Mix) [8:38]
  • 4 Digital Sister [7:10]
  • 5 Pixel Pirates [6:53]
  • 6 Culpa Levis [10:08]
  • 7 TimeSquare [8:42]

enregistrement

Composé à Vienne à l'été 1997 et distribué en Novembre 1997 lors de concerts en Europe et distribué mondialement au printemps/été 1998

line up

Edgar et Jerome Froese (Synthé, claviers, guitares, percussions électroniques et FX)

chronique

TDI TDI009CD Si on se questionnait à savoir qui était la figure dominante de la nouvelle approche artistique du Dream des années 90, ce Timesquare-Dream Mixes II nous fournit la réponse. Selon l’histoire du Dream, Jerome Froese a passé l’été 1997 a concocté cet album qui devait être une suite de The Dream Mixes réalisé deux ans plus tôt. Mais Jerome a plutôt composé et réalisé un album de Tangerine Dream, avec seulement deux remixes; Mobocaster et Towards The Evening Star. Le reste? Eh bien, 5titres fougueux qui explosent sur des rythmes en constantes permutations et qui expliquent les origines musicales du Dream depuis 1992 (Rockoon) jusqu’à 1999 (Mars Polaris) et qui, parcimonieusement, se continuent jusqu’à nos jours et peut-être même au-delà. En fait la suite de l’histoire de Tangerine Dream bouillonne dans les mains de Jerome Froese. Time Square-Dream Mixes II est supérieur à son prédécesseur. Jerome Froese a murit et offre une fraîche diversité tant dans les rythmes que les atmosphères. Mobocaster est l’un des deux remixes de Time Square. C’est une nouvelle version de Twilight Brigade de l’album Turn of the Tides sorti en 94. Si l’intro est mystique avec ses percussions étouffées et ses strates de synthé brumeux, le rythme extrême ne tarde pas à débouler avec une approche séquentielle à la ‘‘rollercoaster’’. Le tempo ondule avec force et rapidité, accompagné d’un dense univers de percussions qui effleurent tant la techno, avec des batteries martelantes, que le ‘‘dance floor’’ avec une tournoyante structure rythmique syncopée. Par contre, Jerome apporte des nuances pondérées au rythme qui flotte dans différentes atmosphères tamisées, respectant ainsi l’harmonieuse approche musicale de la guitare acoustique de Twilight Brigade, qui croule sous une nuée d’effets synthétisés et une avalanche de percussions. Après une intro éthérée, Jungle Jacula s’éveille avec une structure ceinturée d’un mouvement de basse trépignant et un séquenceur aux lignes ascendantes et syncopées. Le rythme est souple et percute tendrement sous de belles stries synthétisées qui sifflent autour des lamentations d’une voix inconnue. Le tempo change. Il permute vers une douceur orientale avec de belles percussions et des nappes qui ululent sous des effets sonores qui vrillent vers une autre permutation rythmique. Tout au long de Timesquare, Jerome est hyperactif et décloisonne ses cadences pour nous offrir une diversité rythmique qui ébahit aux travers différents effets sonores. À ce niveau l’intro de Towards The Evening Star est splendide. Des percussions! Un monde de percussions hétéroclites qui tracent une cadence insaisissable sous des lamentations d’un synthé corrosif, alors que le clavier reprend tendrement les mélodieuses notes de la version d’origine. Évidemment, Jerome ne peut rester autant charmeur et rêveur. Donc Towards The Evening Star prend une tournure groovy avec une bonne ligne de basse ondulante et de solides percussions qui martèlent une cadence constamment interpellée à changer son orientation, autour de belles strates d’un synthé hybride qui ne sont pas sans rappeler l’univers du vieux Dream. Cette constante permutation des rythmes et ses nappes de synthé nostalgiques font de Towards The Evening Star un remixe qui dépasse amplement la portée musicale d’une copie carbone. Digital Sister offre ces mêmes permutations rythmiques, sauf que le titre devient plus rock et plus punché avec ses percussions névrotiques qui pilonnent nerveusement une structure un peu lente par rapport aux frappes de batteries. Disons que Jerome s’est payé le pichet! Pixel Pirates offre une étrange intro où des strates de synthé rugissent dans un univers syncrétique. Un univers bouillonnant de sons et de voix disparates avant que le lourd rythme ceinturé ne vienne ramasser toutes ses sonorités disparates pour mouler un excellent titre où l’approche syncrétique est constamment présente sur des structures rythmiques aussi variées que les mélodies qui les traversent. Du rythme lourd et syncopé, des voix aux effluves orientaux, des claviers qui transpirent le Dream à pleines notes, d’ingénieux effets sonores et des accords de cristal qui martèlent une rythmique folle sont autant d’éléments qui pullulent l’univers complexe, mais harmonieux, de Pixel Pirates. Un autre bon titre sur Time Square-Dream Mixes II. En écoutant attentivement Cupa Levis, on a l’impression d’entendre toute l’évolution musicale de Tangerine Dream depuis son association avec fiston Froese en 1992. Un long titre offrant une cadence qui galope sur les diverses tangentes rythmiques du Dream, avec de subtiles variations, depuis Rockoon. Des tangentes assaisonnées de belles percussions ainsi que de beaux effets sonores et vocaux qui eux sont enrobées de ces synthés et claviers devenu drables et pales…depuis Rockoon. Un synthé sifflant parmi des effets sonores teintés d’une brume aquatique ouvre l’intro éthérée de Timesquare. Des notes de clavier éparses tracent une délicate bribe mélodieuse alors que les percussions moulent une lente rythmique envoutante. Timesquare bouillonne dans une intro qui s’alourdit de lourds riffs d’une guitare abstraite, alors que tout doucement le rythme devenu lourd enveloppe la mélodie qui jaillit d’un synthé aux strates libératrices. Conservant sa mélodie et son rythme suave, Timesquare évolue au travers moult rythmes et atmosphères, traçant l’une des belles mélodies rythmées que le Dream a composé depuis Legend. Un superbe morceau qui conclût un étonnant album où Jerome Froese a fini par charmer un résistant à la nouvelle orientation du Dream.

note       Publiée le jeudi 28 octobre 2010

partagez 'Timesquare – Dream Mixes II' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Timesquare – Dream Mixes II"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Timesquare – Dream Mixes II".

ajoutez une note sur : "Timesquare – Dream Mixes II"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Timesquare – Dream Mixes II".

ajoutez un commentaire sur : "Timesquare – Dream Mixes II"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Timesquare – Dream Mixes II".

geddylee5150 › dimanche 31 octobre 2010 - 14:41  message privé !

Je me souviens d'avoir eu cet album au printemps 98. Pour moi, DM2 était le meilleur des DM. J'ai écouté cet album presque chaque jour pendant plus d'un an ! Beaucoup de nouvelles compositions de J. Froese. Des beats nouveaux et différents pour l'époque (drum & bass, jungle, dance, etc). L'intro et la finale de Jungle Jacula et Towards the Evening Star sont sublimes ! La seule pièce plus faible.... celle de E. Froese - Culpa Levis où il nous présente toujours la même chose que d'habitude. Un peu comme AC/DC qui sonnent toujours pareil. À l'époque, je me demandais bien si Jerome allait finir par prendre des samples des années 70 et 80 de TD pour le prochain DM. C'est ce qu'il a fait ! Bien que j'étais content, je n'ai jamais eu la même émotion d'énergie, de nouveauté, de fraîcheur qu,en 98 en écoutant DM2.

etiennefroes › samedi 30 octobre 2010 - 15:41  message privé !

35 ans effectivement ma mémoire m'a fait défaut. Quant à la production de tangerine dream elle s'arrêtera avec la mort d'edgar froese à moins que le fils reprenne le flambeau. quant à la qualité, les avis sont très partagés comme ceux qui n'aiment pas la musique classique ce qui n'est pas mon cas.

Dun23 › samedi 30 octobre 2010 - 15:26  message privé !

C'est encore plus impressionnant puisqu'il est mort à 35 ans, pas 45.
Et voui, on pourrait effectivement la mettre en veilleuse. C'est peut être normal en Mé une telle production. C'est juste qu'on se demande quand cela va t'il finir, les nouvelles chros de Tangerine Dream, pas que ça me dérange, loin de là, bien au contraire. C'est juste impressionnant comme carrière en terme quantitatif. La qualité, ça, par contre, comme c'est pas ma tasse de thé, je serais bien en peine de me prononcer.

etiennefroes › samedi 30 octobre 2010 - 14:57  message privé !

Certains s'étonnent de la production dite pléthorique de Tangerine dream. Il suffit de regarder la production en nombre de Mozart mort à 45 ans pour comprendre que celle du groupe allemand est en proportion bien moindre.

Phaedream › vendredi 29 octobre 2010 - 22:56  message privé !
avatar

Désolé, dans le copier/coller le nom d'Edgar n'as pas collé! Voilà. c'est corrigé. Et torquemada, dis-toi qu'il reste encore beaucoup de TD à chroniquer...Eh oui! Il y en a des bons, mêmes des très bons :-) Et aussi des moins bons...