Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Labels › Crusade from the North

Compilations - Labels › Crusade from the North

cd1 | 8 titres

  • 1 Darkthrone - Ravnajuv [extrait remasterisé de Total Death]
  • 2 Storm - Oppi Fjellet [extrait de Nordavind]
  • 3 Storm - Oppunder Skrent og Villmark [Inédit]
  • 4 Satyricon - Taakeslottet [Extrait de Dark Medieval Times]
  • 5 Neptune Towers - To Cold Void Desolation [Extrait de Transmissions from Empire Algol]
  • 6 Darkthrone - The Hordes of Nebulah [Extrait de Panzerfaust]
  • 7 Satyricon - Born for Burning [Reprise inédite de Bathory]
  • 8 Wongraven - Tiden Er En Stenlagt Grav [Extrait de Fjelltronen]

cd2 | 8 titres

  • 1 Satyricon - The Night of the Triumphator [Extrait de The Forest Is My Throne]
  • 2 Isengard - Neslepaks [Extrait de Høstmørke]
  • 3 Storm - Noregsgard [Remix inédit]
  • 4 Satyricon - Dominions of Satyricon [Extrait de The Shadowthrone]
  • 5 Darkthrone - Green Cave Float [Extrait de Goatlord]
  • 6 Neptune Towers - Caravans to Empire Algol [Extrait de Caravans To Empire Algol]
  • 7 Storm - Mellom Bakkar Og Berg [Inédit extrait du premier enregistrement de Storm]
  • 8 Satyricon - Skyggedans [Remix inédit]

remarques

Sorti en version 2xCD et 2xLP par Moonfog. Une version cassette avec moins de titres a été produite la même année par le label polonais Mystic Production.
"Blasphemy Be Thy Name".

chronique

Moonfog est un label que vous connaissez si vous êtes déjà une encyclopédie ambulante et que vous écoutez du black metal au p'tit déj. Fondé en 1993 par Satyr, le vocaliste et guitariste de Satyricon, ce label a réussi à mettre en boite les albums de quelques uns des acteurs phares de la scène norvégienne, du début des années 90 à la fin des années 2000 : Darkthrone, Satyricon, Gehenna, Dødheimsgard en tête de gondole, mais aussi, entre autres, les projets folk et ambient de Fenriz et de Satyr (Storm, Neptune Towers, Isengard, Wongraven) - catalogue dont les droits ont été depuis acquis par Peaceville. Vous retrouverez donc sur cette compilation le vent frais du Nord propre à cette époque-là, époque qui par hasard fut celle de mon premier séjour en Norvège, découvrant à ce moment même que l'on pouvait dire "Emperor c'est cool" dans un cours d'anglais dont le niveau surpassait de trois têtes mes pauvres "connaissances et compétences linguistiques" en LV1. Bref, ici, vous aurez votre dose de folk nationaliste (Storm et ses vocalises sur la forêt éternelle bien d'chez nous, Isengard et ses vocalises sur la forêt éternelle bien d'chez nous, ainsi que Wongraven et ses synthés. Sur la forêt. Bien d'chez nous.), du black metal bien dur avec des Darkthrone période Panzerfaust / Goatlord et du Satyricon période The Shadowthrone / Dark Medieval Times, tout cela ponctué des nappes atmosphériques de Neptune Towers. Alors, pourquoi écouter cette compilation ? Déjà, si vous ne pouvez pas piffrer Fenriz et Satyr, passez vot'chemin, parce qu'on les retrouve tout le long des deux cds - mais bon, je me dis que si vous lisez ça, vous avez au moins un peu d'affection pour la musique de ces deux gusses. Ensuite, plusieurs titres sont des versions ou des titres que vous n'entendrez que sur cet objet, avec remix et mastering inédits. Enfin, elle donne un bon aperçu de la scène d'Oslo à une époque (1995/1996) où ces groupes commençaient à conquérir une certaine notoriété, pour des raisons plus ou moins musicales d'ailleurs, et qui souligne bien que les piliers de cette scène étaient particulièrement intéressés par la musique électronique et la folk, tentant comme ils pouvaient de faire ressusciter une certaine norvégitude qui évidemment, vu de chez moi, ressemble à un désir désespéré de réanimer des expressions culturelles mortes et enterrées depuis longtemps, un peu comme dans le revival occitan, mais sûrement pas avec les mêmes cogites politiques derrière, l'anti-christianisme et la xénophobie suintant clairement des chansons de Storm par exemple. Voilà, ceci-dit, musicalement c'est quand même très riche, ça montre les talents multi-instrumentistes de ces mecs, et ça laisse songeur sur l'apparition de cette génération spontanée de musiciens formés par l’État norvégien qui reviendront tout péter quand ils seront devenus grands, nostalgiques d'une culture pré-chrétienne et amoureux de gros riffs, de gros synthés, et de la forêt bien sûr.

note       Publiée le dimanche 5 avril 2015

Dans le même esprit, Rastignac vous recommande...

partagez 'Crusade from the North' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Crusade from the North"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Crusade from the North".

ajoutez une note sur : "Crusade from the North"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Crusade from the North".

ajoutez un commentaire sur : "Crusade from the North"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Crusade from the North".

dimegoat › dimanche 5 avril 2015 - 20:51  message privé !

Ah ah, le raccourci historique est aussi vieux que...disons...l'histoire. Et même les populations "chermaniques" (pour faire court) n'y échappaient pas, l'origine troyenne des Francs, toussa. Mais la vraie question est: pourquoi, bon sang de flûte à bec médiévale, The Hordes of Nebulah est-il toujours la tête de gondole de Panzerfaust sur les compilations et même en live (Wacken 2004)? mystère impénétrable comme une forêt de Norvège (ou de Haute-Loire)