Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Labels › Broken Flag: A Retrospective 1982 - 1985

Compilations - Labels › Broken Flag: A Retrospective 1982 - 1985

vinyl33t | 6 titres

  • Giancarlo Toniutti: A Selection Of Broken Flag Tracks
  • 1 Giancarlo Toniutti - Pàroksi-Èksta [6:00]
  • 2 Giancarlo Toniutti - Some Fibres [6:13]
  • 3 Giancarlo Toniutti - Neocortex [3:46]
  • 4 Giancarlo Toniutti - Postsarkom (Invasione) [9:50]
  • Maurizio Bianchi: Extracts From "S.F.A.G"
  • 5 Maurizio Bianchi - SFAG Part 2 [22:43]
  • 6 Maurizio Bianchi – Belzec [7:17]

vinyl33t | 8 titres

  • Mauthausen Orchestra: Extracts From "Conflict"
  • 1 Mauthausen Orchestra - Conflict [29:48]
  • Le Syndicat: Extracts From "Rectal Struggle" & BF45
  • 2 Le Syndicat - Rectal Struggle - Soudain Une Déflagration [3:20]
  • 3 Le Syndicat - Tongue Of Shit [3:52]
  • 4 Le Syndicat - Rectal Struggle - Surexité [4:31]
  • 5 Le Syndicat - Black Blood [3:51]
  • 6 Le Syndicat - Rectal Struggle - Shrague Tanz [3:48]
  • 7 Le Syndicat - Zirkel Children [3:48]
  • 8 Le Syndicat - The Wall [4:14]

vinyl33t | 6 titres

  • Controlled Bleeding: Extracts From "Distress Signals"
  • 1 Controlled Bleeding - A Human Invention [18:17]
  • 2 Controlled Bleeding - Only Obeyed Orders [11:10]
  • Un-Kommuniti: Extracts From "Mindretch"
  • 3 Un-Kommuniti - Destroy The Spectacle [8:28]
  • 4 Un-Kommuniti - Doktrine 1 [4:08]
  • 5 Un-Kommuniti - Mindretch [7:08]
  • 6 Un-Kommuniti - Dead Whistle Stop [9:38]

vinyl33t | 6 titres

  • Ramleh: Extracts From Early Ramleh Tapes
  • 1 Ramleh – Ramleh [5:19]
  • 2 Ramleh - Deathtoll [4:10]
  • 3 Ramleh - Throatsuck [5:47]
  • 4 Ramleh - McCarthy [3:47]
  • 5 Ramleh - Purge [6:20]
  • Male Rape Group: "On To 83"
  • 6 Male Rape Group - On To '83 [27:09]

vinyl33t | 9 titres

  • Kleistwahr: Extracts From "Myth" & "Arsonicide"
  • 1 Kleistwahr - Myth Part 4-6 [16:00]
  • 2 Kleistwahr - Fuck You All [12:52]
  • Allies: A Broken Flag Compilation
  • 3 Sutcliffe Jügend - Bloodfucking [5:24]
  • 4 Falx Cerebri - Fucking World [1:30]
  • 5 Toll - Out2 [5:38]
  • 6 Consumer Electronics - Filthy Art [1:16]
  • 7 Falx Cerebri - Heartbeat [2:32]
  • 8 Vortex Campaign - Live Tielt / Tourhout [9:32]
  • 9 New Blockaders, The - X-Nihilist Assault [5:10]

chronique

Voilà, l'objet est là, entre mes mains, toutes fébriles d'excitation. Imaginez donc : une sélection en cinq vinyls de titres Broken Flag, époque 1982-1985 (en gros, l'ère power electronics de psychopathe), le tout dans un superbe coffret, avec livret, franchement il m'est arrivé d'atteindre l'orgasme pour moins que ça... trêve de branlette geek, c'est vrai que les rééditions par VOD sont souvent dignes d'intérêt, leur capacité à contenter même le plus exigeant des trve connaisseurs n'étant plus à démontrer. Et ça tombe bien, d'une part parce que le label Broken Flag est l'un de mes préférés, d'autre part parce qu'il n'est pas si facile de me satisfaire. Un rapide coup d'oeil sur la tracklist : le label ayant sorti une cinquantaine de cassettes durant la période en question, j'imagine qu'il n'a pas dû être simple d'arbitrer une telle sélection. A vue de nez, les grosses pointures sont là, ainsi qu'une compilation en queue de peloton, «Allies», ouais pas mal, même si je n'aurais pas forcément fait ce choix, mais bon ne faisons pas la fine bouche, et écoutons voir ce que ça donne. [Giancarlo Toniutti] Le bonhomme n'a pas ma faveur à priori : trop bavard, trop prétentieux (cf la chronique de son album «La Mutazione»), et sa musique souvent trop soporifique pour moi. Quatre morceaux ont été retenus ici : le premier, «Pàroksi-èksta», est un collage de voix et d'enregistrements concrets, où les boucles viennent se superposer aux interactions de bandes, un jeu malicieux sur la vitesse de défilement venant renforcer l'effet d'étrangeté. Un morceau sombre que n'aurait peut-être pas renié Stapleton, et que je trouve plutôt bon. Les autres morceaux n'auront hélas pas mon indulgence, caricatures masturbatrices arty-farty s'essayant aux improvisations synthétiques et aux boucles hypnotiques sans grand succès. [Maurizio Bianchi] C'est tout une face de S.F.A.G. qui est délivrée, superbe plage synthétique ambiante, phagocytée par une superposition d'échos infinis, à la fois hypnotique et doucement nauséeuse, sournoise et supérieure ; le génie et la singularité du Milanais ne peuvent ici faire de doute. Suit le morceau «Belzec», mixture chaotique de synthétiseur débridé, de déflagrations, et de tape voices dévorées par la distorsion ; probablement l'un de ses morceaux les plus brutaux. Sinistrement cruel. [Mauthausen Orchestra] L'album «Conflict», à l'origine cassette d'une heure, a été ici résumé en une face de trente minutes. Les puristes crieront évidemment au scandale, et ils auront raison. Pourtant, dans le cas présent, cette cure d'amaigrissement est loin d'être un mal car l'oeuvre originale souffre de longueurs et d'un matériau par moments trop faible pour prétendre à la pertinence sur toute sa durée (cf la chronique correspondante). Cette nouvelle version racourcie gagnant donc partiellement en dynamisme, je la préfère pour ma part à l'original. C'est cependant loin d'être la meilleure réalisation de MO, dont il s'avère que les pièces maîtresses sont sorties sur Aquilifer Sodality, et non sur Broken Flag. Bref, passable, sans plus. [Le Syndicat] «Rectal Struggle», cassette originellement parue en 1985, est assez représentative de l'énergie délivrée par le groupe : distorsion à gogo, bruit blanc retravaillé, larsen, rythmiques effondrées, bandes maltraitées, boucles et cut-up sinistres en sont le vocabulaire pour le moins extrême. Ici, pas de message particulier, aucune provocation, juste une authentique jubilation à faire du bruit organisé, à produire une énergie sonore galvanisante, plus en intimité avec la force de la performance physique qu'avec la violence. L'un des slogans du groupe n'est-il d'ailleurs pas «La joie par le bruit» ? La résultante est en tout cas de très haute volée, intense et brutale, mais avec un sens inné de l'assemblage, de la masse sonore, des grains, qu'on a rarement l'habitude d'entendre dans le registre noise / power electronics ; il n'y a guère que chez The Grey Wolves que l'on peut retrouver ces qualités. Du très bon, donc. [Controlled Bleeding] Deux longs extraits de «Distressed Signals» ont été sélectionnés. Le premier, harsh noise massif, bordel organisé et orgasmique de samples, de cris et d'électronique terrassante, aura rapidement raison de vos tympans. Du bruit pour du bruit ? Pas tout-à-fait : le morceau s'avère étonnament fluide et varié, entre cut-up déjantés et passages plus structurés, le tout enfoui sous une éprouvante couche de distorsion. On en vient même à trouver trop courtes ces 18 minutes qui aggripent pour ne plus lâcher. Le deuxième extrait joue une carte plus déconstruite, où métal martyrisé et basses distordues (vraisemblablement obtenues par guitare ou synthétiseur) s'en foutent plein la gueule, sorte de pugilat junk noise où compter les points nous rapproche un peu plus de l'acouphène. Bref, ça tabasse en règle, et avec une étonnante facilité s'il vous plaît. [Un-Kommunity] Plus pisse-froid dans son approche, Un-Kommuniti n'en sait pas moins délivrer un power electronics hautement pertinent. Aussi brûlant qu'un tison chauffé à blanc, aussi froid qu'une exécution sommaire, le propos resserré, donc déterminé, du groupe vous fera vite enlever ce petit sourire narquois qui énerve tant. On n'est pas là pour cueillir des champignons, mais pour dérouler de la mort mécanisée à tour de bras, à grands renforts de larsen, de bruit blanc et de hurlements abscons. C'est carré, c'est travaillé, c'est glaçant. «Maintenir l'oeuvre de la mort est ce qui demande la plus grande force» écrivait Hegel ; tu m'étonnes... [Ramleh] Alors là, c'est le Power electronics psychédélique par excellence, le genre de bad trip où un chant halluciné copule frénétiquement avec une électronique en état second, sans pudeur ni retenue. Un feeling monstrueux, une approche débridée, un méchant écho bloqué sur 10 démultipliant chaque effet, chaque éructation, en déferlement de mandales dans ta petite gueule d'amour. Objectivement bête et méchant, le PE de Ramleh (du moins celui sélectionné ici) est si jouissif et galvanisant qu'il serait dommage de gâcher son plaisir avec des considérations théoriques. C'est basique certes, mais ça bute, et c'est là le principal. [Male Rape Group] Que peut-il bien arriver lorsque Mundy et Best se rameutent chargés à bloc en backroom ?Oui, tout-à-fait, une belle embrouille, ou plus précisément une longue plage harsh à en crever, où les lambeaux de distorsion viennent disputer le premier rôle aux crissements, grincements et autres brisements de cordes vocales. Long, bravache (vas-y que je t'en fous plein la gueule dans la surenchère de bruit), le morceau finit malheureusement par ennuyer après une dizaine de minutes, malgré une relative -mais trop superficielle- qualité dynamique. [Kleistwahr] Les extraits sélectionnés ici proviennent d'albums dont vous pourrez trouver la chronique en ces murs («Myth», «Arsonicide»). Je ne m'attarde donc pas : c'est du bon. [Compilation Allies] Monnaie courante, encore une compilation aux contributions inégales. On y trouvera du strident sans intérêt (Sutcliffe Jugend), de la concrète sombre et expérimentale déglinguée (Falx Cerebri, formidable), des empilements de couches aigues insoutenables (Toll, bruyant), du beuglement primaire (Consumer Electronics, énervé mais fainéant), du collage noise lo-fi étouffé (Vortex Campaign, soporifique), du crissement métallique sans queue ni tête (The New Blockaders, correct sans plus). En somme, un coffret vraiment recommandable pour qui veut se confronter, à investissement raisonnable, à ces quelques nobles représentants et pionniers du genre power electronics / harsh noise. (4,5/6)

note       Publiée le samedi 11 juin 2011

partagez 'Broken Flag: A Retrospective 1982 - 1985' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Broken Flag: A Retrospective 1982 - 1985"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Broken Flag: A Retrospective 1982 - 1985".

ajoutez une note sur : "Broken Flag: A Retrospective 1982 - 1985"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Broken Flag: A Retrospective 1982 - 1985".

ajoutez un commentaire sur : "Broken Flag: A Retrospective 1982 - 1985"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Broken Flag: A Retrospective 1982 - 1985".

Kronh › samedi 12 mai 2012 - 18:04  message privé !

Reste à 60 boules le coffret cd quoi )-:

novy_9 › samedi 12 mai 2012 - 11:15  message privé !

Vinyl-On-Demand c'est un bon label, mais effectivement il faut se couper un bras pour suivre leur productions, ou manger des patates tous les mois toutes l'années :( la box clock dva a 150e arghhh faut avoir les moyens pffff ... des éditions cd seraient sympa oui !! ils sortent un 2lp de Lucas Trouble a 23e abordable :)

Wotzenknecht › samedi 12 mai 2012 - 09:14  message privé !

Good news everyone! Vinyl-On-Demand réédite le coffret Broken Flag en 5 x CD (oui, CD) ainsi que quelques autres de leurs box et vinyles-trop-cher-han-les-enculés ; entre autres les deux Experimental Products que je vous recommande chaudement ainsi que Crash Course in Science et No More (mais pour ces deux là je ne connais pas le contenu)

ericbaisons › jeudi 19 janvier 2012 - 01:55  message privé !

joli all star game de l'indus

Wotzenknecht › jeudi 19 janvier 2012 - 01:26  message privé !

http://www.eastvillageradio.com/content/content.php?id=2343