Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Labels › Anthology 2

Compilations - Labels › Anthology 2

cd | 9 titres | 77:10 min

  • 1 Come - By God's Very Own Fuck [15:11]
  • 2 Musique Concret - Exit [1:23]
  • 3 Nurse With Wound - Fashioned To A Device Behind A Tree [7:38]
  • 4 Consumer Electronics - Lebensraum [5:50]
  • 5 Etat Brut - Necro [3:52]
  • 6 Come - President, Your Prick's Stiff [14:58]
  • 7 Leibstandarte SS MB - Endoradiation [11:55]
  • 8 Leibstandarte SS MB - SS20 Attack [12:10]
  • 9 Leibstandarte SS MB - Plutoniumetrio [4:19]

enregistrement

Remasterisation numérique par Denis Blackham, au Country Masters

remarques

L'objet est sous-titré : "come organisation archives 1981-1982"

chronique

Dénicher les références de la Come Organisation à prix décent est depuis un paquet d'années synonyme d'illusion digne du monde des bisounours, alors quand il prend l'envie à William Bennett d'en rééditer quelques pépites, on ne peut évidemment qu'applaudir la démarche. Faisant suite à une «Anthology 1» qui avait notamment proposé la réédition du fabuleux «150 Murderous Passions» dans sa version originale, ce deuxième volet propose quant à lui de faire revivre certains morceaux choisis de la cultissime (et maintenant rarissime) compilation «Für Ilse Koch», dont je vous renvoie à la chronique pour savoir tout le bien que j'en pense. Bennett y a également ajouté l'intégralité de l'album «I'm Jack» de son projet pré-whitehousien Come, à savoir 2 longs morceaux d'improvisations à la basse et aux percussions, pour lesquels un certain Jim Thirlwell vint en renfort, des pièces supposées être dépressives, voire suicidaires si l'on en croit les commentaires de l'intéressé... hum, en réalité des morceaux bien trop longs et sans grand intérêt à mon avis, la faute au liant qui ne se crée quasiment jamais entre les deux instruments. C'est d'autant plus décevant quand on sait ce que les compères savent pondre chacun de leur côté. Pas fondamentalement mauvais, mais plutôt dispensable, donc. A l'inverse, «Endoradiation» et «SS20 attack», morceaux de bravoure de Maurizio Bianchi datant de 1982 (sans nul doute sa meilleure époque), remettent les pendules à l'heure en matière d'industriel mécanique et rampant ; et là, rien de mieux pour fermer la marche en nous laissant un arrière-goût de vomi misanthrope dans la bouche. A signaler quand même l'excellente qualité du travail de remasterisation, signé Denis Blackham, qui a réussi l'exploit de ne pas dénaturer les grains d'origine ; c'est suffisamment rare et appréciable pour être souligné.

note       Publiée le dimanche 8 août 2010

Dans le même esprit, VL vous recommande...

partagez 'Anthology 2' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Anthology 2"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Anthology 2".

ajoutez une note sur : "Anthology 2"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Anthology 2".

ajoutez un commentaire sur : "Anthology 2"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Anthology 2".

kranakov › mercredi 10 novembre 2010 - 14:44  message privé !

INDISPENSABLE ! L'album de COME est un honnête disque post-punk, une sorte de PIL radicalisé et assez plaisant même si on reste loin de ce que laissaient présager les 7 superbes pistes présentes sur ANTHOLOGY 1. Les anglais MUSIC CONCRET livrent une piste tellement brève qu'elle ne saurait laisser d'impressions marquantes (si toutefois vous voulez pousser, jetez un oeil sur leur bel album édité par United Diaries en 1981 "Bringing Up Baby"). NWW s'en tire avec les honneurs et balance un des morceaux de compil les plus incroyables de son histoire (avec "Untitled" de Second Coming). Le belge d'ETAT BRUT livrent une assez bonne piste indus pesante et poissarde quand Philip Best détruit tout avec sa superbe "Lebensraum". Les Bianchi touchent effectivement à la quintessence d'un certain industriel européen... Vive les années 1980 !

Wotzenknecht › dimanche 8 août 2010 - 15:12  message privé !

Haha pauvre MB qui s'était vu mettre ce préfixe "Leibstandarte SS" par Stapleton et Bennett sans en avoir eu vent. Il me semble qu'il s'en soit jamais vraiment remis