Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Labels › Factory Records – Communications 1978-92

Compilations - Labels › Factory Records – Communications 1978-92

cd | 19 titres | DISC 1 : 1978-81 min

  • 1 Joy Division: Digital
  • 2 A Certain Ratio: All Night Party
  • 3 OMD: Electricity (Original version)
  • 4 Joy Division: She's Lost Control
  • 5 The Distractions: Time Goes By So Slow
  • 6 Joy Division: Transmission
  • 7 The Durutti Column: Sketch For Summer
  • 8 X-O-Dus: English Black Boys
  • 9 Joy Division: Love Will Tear Us Apart
  • 10 A Certain Ratio: Shack Up
  • 11 Section 25: Girls Don't Count
  • 12 Crawling Chaos: Sex Machine
  • 13 A Certain Ratio: Flight
  • 14 The Names: Night Shift
  • 15 New Order: Ceremony (Original 7" version)
  • 16 Minny Pops: Dolphin's Spurt
  • 17 John Dowie: It's Hard To Be An Egg
  • 18 Crispy Ambulance: Deaf
  • 19 Section 25: Dirty Disco

cd | 13 titres | DISC 2 : 1981-84 min

  • 1 New Order: Everything's Gone Green
  • 2 ESG: Moody
  • 3 Tunnelvision: Watching the Hydroplanes
  • 4 The Durutti Column: Messidor
  • 5 A Certain Ratio: Knife Slits Water (LP version)
  • 6 Royal Family and the Poor: Art on 45
  • 7 Swamp Children: Taste What's Rhythm
  • 8 New Order: Temptation
  • 9 52nd Street: Cool As Ice
  • 10 New Order: Blue Monday
  • 11 Cabaret Voltaire: Yashar (John Robie Remix)
  • 12 Quando Quango: Love Tempo
  • 13 The Wake: Talk About The Past

cd | 16 titres | DISC 3 : 1983-87 min

  • 1 New Order: Confusion
  • 2 Marcel King: Reach For Love
  • 3 Section 25: Looking from A Hilltop (12" Restructure)
  • 4 Stockholm Monsters: All At Once
  • 5 Life: Tell Me
  • 6 The Durutti Column: A Little Mercy (Duet)
  • 7 James: Hymn From A Village
  • 8 Kalima: Trickery
  • 9 A Certain Ratio: Sounds Like Something Dirty
  • 10 Quando Quango: Genius
  • 11 Happy Mondays: Freaky Dancin'
  • 12 Miaow: When It All Comes Down
  • 13 The Railway Children: Brighter
  • 14 Biting Tongues: Compressor
  • 15 New Order: True Faith
  • 16 Happy Mondays: 24 Hour Party People

cd | 15 titres | DISC 4 : 1988-92 min

  • 1 New Order: Fine Time
  • 2 Happy Mondays: WFL (Think About the Future)
  • 3 Revenge: Seven Reasons
  • 4 Happy Mondays: Hallelujah (Club Mix)
  • 5 Electronic: Getting Away With It
  • 6 Happy Mondays: Step On
  • 7 Northside: Shall We Take A Trip
  • 8 England New Order: World In Motion
  • 9 Happy Mondays: Kinky Afro
  • 10 The Durutti Column: Home
  • 11 Electronic: Get The Message (DNA remix)
  • 12 Northside: Take 5
  • 13 Cath Carroll: Moves Like You (Remix)
  • 14 The Other Two: Tasty Fish (12" mix)
  • 15 Happy Mondays: Sunshine and Love (Lionrock Remix)

remarques

Artwork par Peter Saville - Compilé par Jon Savage - Inclue un essai par Paul Morley - Parfois référencé sous le titre "Praxis: a Factory Box Set"

chronique

Styles
funk
dub
electro
cold wave
indus
new wave
post punk
indie rock
techno
house
Styles personnels
synth pop / baggy sound / cold wave

Celui-là, il faut surtout pas le laisser passer… Si vous n’êtes pas encore, comme moi, des Factory-addicts, voici l’occasion ou jamais de vous y mettre. Perso, lorsque je vis qu’un coffret était ENFIN consacré à ce label-monument de la musique anglaise, mon sang ne fit qu’un tour… J’ignorais qu’un box set beaucoup plus vétuste, intitulé Palatine, était déjà sorti au début des années 90. Aujourd’hui, ce label pionnier des musiques électroniques, du post-punk et de l’indus (pour schématiser) bénéficie d’un culte sans précédent sur internet... Et je vais vous dire : c’est justifié. Cette rétrospective chronologique de 4cds remplis à ras bord est là pour le prouver : le culte, encore trop souterrain, dont bénéficie Factory, n’en est vraisemblablement qu’à son début. Passons vite fait sur le contenu : ici défile tout ce qui fait le suc des années 80, l’underground en pleine mutation, du post-punk sombre et poisseux du cd1 à la folie dance/baggy du cd4, en passant par une kyrielle d’ovnis d’une étrangeté si viscérale qu’on voit mal qui d’autre aurait pu les accueillir (Crawling Chaos, Biting Tongues, X-O-Dus, Kalima, les innommables A Certain Ratio…). On parle quand même du label qui a refusé OMD et les Smiths, trop normaux et trop ouvertement universels pour Factory. Car c’est une esthétique coup de poing qui gouverne l’entreprise ; une esthétique inhospitalière, glacée (l’écrin est à ce titre parlant). La tentation de s’étendre est grande, mais tout sera chroniqué ici de toutes façons. Achetez ce coffret. L’objet est d’une classe sans nom : livret, notes explicatives et pochettes de singles ou albums pour chaque titre, plus un texte retraçant l’histoire du label, avec drôlerie et vivacité… On trouve ici tout ce qu’un label comme Warp tentera de reproduire, de la musique froide et cérébrale dehors, bouillonnante dedans, à la cohérence du design (Peter Saville pour Factory, Designers Republic pour Warp), quitte à dépasser le modèle et à en faire une entreprise à succès… Warp avait surtout misé sur le bon cheval en embrassant la musique de danse, ce que Factory avait refusé de faire, Wilson ne voyant aucun intérêt dans la house en dehors de la Hacienda, ce qui les fera rater le formidable train de l’acid house, qui aurait pourtant pu sauver le label de la faillite… La parenté entre Warp et Factory est multiple : avant-garde de son époque, grosse aura auprès des fans, sans oublier Richard Kirk, auteur du premier album sorti sur Warp, qui apparaît deux fois sur cette compilation avec son groupe Cabaret Voltaire. Le groupe le plus représenté n’est pas - comme on aurait pu s’y attendre - Joy Division (la hype de la sortie du film + du best of + de l’excellent documentaire aurait pu le faire penser), mais New Order, juste devant les Happy Mondays, avec 7 titres (ce qui mettra, espérons-le, la puce à l’oreille des auditeurs hors Royaume-uni, qui se pencheront peut etre enfin sur ce grand groupe sous-estimé)… Venons en au moment tant attendu et redouté des compilations rétrospectives, celui des « scandaleux oublis » ! Il n’y en a pas tant que ça, en fait. C’en est presque étonnant. On regrettera quand même que l’un des Durutti Column choisis (il y en a un par cd, chouchou de Tony Wilson oblige, et c’est tant mieux) n’ait pas été remplacé par le somptueux Otis, ou que le très moyen Everything’s gone green de New Order n’ait pas été remplacé par Bizarre Love Triangle ou Thieves Like Us, par exemple. En dehors de ça, c’est du tout bon. Bien sûr, ça manque d’acid house, mais pour ça, il faut aller voir du côté de De/Construction records, label cousin de Factory puisque fondé par l’un de ses plus éminents architectes, Mike Pickering; Tony Wilson étant opposé à l’arrivée de la house sur factory. Un Tony Wilson plus loin de nous que jamais en cette année 2009, alors que cette quadruple compilation lui est dédiée, à lui, Rob Gretton et Martin Hannett. Hommes de l’ombre sûrement, génies visionnaires… assurément.

note       Publiée le jeudi 8 octobre 2009

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

partagez 'Factory Records – Communications 1978-92' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Factory Records – Communications 1978-92"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Factory Records – Communications 1978-92".

ajoutez une note sur : "Factory Records – Communications 1978-92"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Factory Records – Communications 1978-92".

ajoutez un commentaire sur : "Factory Records – Communications 1978-92"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Factory Records – Communications 1978-92".

my_friend_goo › lundi 6 août 2012 - 11:35  message privé !

Quelqu'un a-t-il déjà écouté la compil "Fac. Dance (Factory Records 12" Mixes)"?

dariev stands › lundi 30 mai 2011 - 12:23  message privé !
avatar

Seijitsu >> oui mais ils s'y sont mis après avoir "signé", et restent des groupes de "rock", avec guitares, etc...

Seijitsu › mercredi 5 janvier 2011 - 22:16  message privé !

Mais c'est une bible cette compil ! Cependant, je ne comprends pas trop la réticence de Tony Wilson à vouloir accueillir la house sur le label, parce que des morceau typés house music, il y en a un paquet ici. Et je parle pas seulement des groupes les moins connus, New Order et surtout les Happy Mondays s'y sont accoquinés très souvent.

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › mercredi 8 septembre 2010 - 18:16  message privé !

J'ai une grosse fringale compiles post-punk/new wave/80s en ce moment, et celle là est un passage obligé. Le côté chronologique et "évolutionniste" est vraiment sympa et il y a le lot habituel de pépites méconnues. J'y préfère à, par exemple, l'autre 4 disques Left of the Dial où tout est foutraque et sans thème.

Note donnée au disque :       
Raven › dimanche 22 novembre 2009 - 07:18  message privé !
avatar

Je suis pas du genre à acheter des compiles mais celle-ci est un must have ! Ne serait-ce que pour les trucs sortis de nulle part comme Crawling Chaos, l'excellente tracklist, le panorama du gris au coloré, du début à la fin... superbe objet.

Note donnée au disque :