Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Labels › 20 years of Dischord

Compilations - Labels › 20 years of Dischord

3cd + dvd | 80 titres | 202:28 min

  • CD1
  • 1 The Teen Idles : Get Up and Go [0:52]
  • 2 The Untouchables : Nic Fit [1:00]
  • 3 State of Alert : Public Defender [1:11]
  • 4 Minor Threat : Screaming at a Wall [1:39]
  • 5 Void : Dehumanized [1:15]
  • 6 Youth Brigade : Barbed Wire [1:41]
  • 7 Government Issue : Rock and Roll Bullshit [1:13]
  • 8 Scream : Fight/American Justice [3:44]
  • 9 Iron Cross : Live for Now [2:06]
  • 10 Red C : Pressure's On [1:48]
  • 11 Deadline : Stolen Youth [1:43]
  • 12 Artificial Peace : Wasteland [1:53]
  • 13 Faith : Subject to Change [1:34]
  • 14 Skewbald : Sorry/Change for the Sam [2:50]
  • 15 Marginal Man : Missing Rungs [2:00]
  • 16 Gray Matter : Oscar's Eye [2:53]
  • 17 Rites of Spring : Drink Deep [4:55]
  • 18 Beefeater : Just Things [3:27]
  • 19 Snakes : Snake Rap [2:41]
  • 20 Dag Nasty : Circles [2:46]
  • 21 Embrace : Money [2:39]
  • 22 Soulside : Punch the Geek [2:24]
  • 23 Egg Hunt : We All Fall Down [2:47]
  • 24 One Last Wish : This Time [2:00]
  • 25 Fire Party : Cake [3:36]
  • 26 Ignition : Rebuilding [2:25]
  • 27 Three : Domino Days [2:50]
  • 28 Shudder to Think : Red House [3:32]
  • 29 Happy Go Licky : Twist and Shout [4:38]
  • CD2
  • 30 Fugazi : Blueprint [3:51]
  • 31 Lungfish : Friend to Friend in Endtime [3:53]
  • 32 Fidelity Jones : Destructor [3:42]
  • 33 Nation of Ulysses : Spectra Sonic Sound [2:28]
  • 34 Holy Rollers : Perfect Sleeper [3:51]
  • 35 Jawbox : Motorist [3:53]
  • 36 Severin : People Are Wrong [4:17]
  • 37 High-Back Chairs : Summer [2:50]
  • 38 Autoclave : I'll Take You Down [3:27]
  • 39 Circus Lupus : Pop Man [3:27]
  • 40 Branch Manager "Mr. Weekend [4:13]
  • 41 Slant Six : What Kind of Monster Are You [2:02]
  • 42 Hoover : Cable [3:51]
  • 43 Trusty : Goodbye, Dr. Fate [2:05]
  • 44 Smart Went Crazy : A Good Day [5:52]
  • 45 Crownhouse Ruin : Piss Alley [5:27]
  • 46 Warmers : Poked It With a Stick [2:45]
  • 47 Make Up : The Live by Night [2:07]
  • 48 Bluetip : Castanet [3:37]
  • 49 Faraquet : Cut Self Not2:53
  • 50 Q And Not U : Hooray for Humans3:08
  • CD3
  • 51 The Teen Idles : Get Up and Go [1:27]
  • 52 The Teen Idles : Deadhead [1:42]
  • 53 The Untouchables : (I'm Not Your) Steppin' Stone [2:12]
  • 54 State of Alert : Draw Blank [0:39]
  • 55 Minor Threat : Straight Edge [1:10]
  • 56 Minor Threat : Understand [1:55]
  • 57 Government Issue : Snubbing [0:59]
  • 58 Government Issue : Asshole [1:09]
  • 59 Minor Threat : Asshole Dub [3:33]
  • 60 Youth Brigade : I Object [0:30]
  • 61 Rozzlyn Rangers : Rozzlyn Rangers [1:51]
  • 62 Void : Black, Jewish and Poor [1:08]
  • 63 Void : Authority [1:23]
  • 64 Scream : Search for Employment [2:04]
  • 65 Deadline : No Revolution [0:49]
  • 66 Faith : No Choice [0:55]
  • 67 Marginal Man : Manipulator [2:28]
  • 68 Dag Nasty : All Ages Show [2:39]
  • 69 Fugazi : The Word [4:19]
  • 70 Fugazi : Burning [3:07]
  • 71 Shudder to Think : Drop Dead Don't Blink [3:10]
  • 72 Circus Lupus : We Are the One [3:26]
  • 73 Slant Six : Are You Human ? [3:31]
  • 74 Ian McKaye : Interview [1:28]
  • DVD
  • 75 Deadline : Outside the Law (video) [2:03]
  • 76 Faith : You're X'd (video) [1:14)]
  • 77 State of Alert : Draw Blank (video) [0:42]
  • 78 The Teen Idles (video) [1:48]
  • 79 The Untouchables : If the Kids are United (video) [3:08]
  • 80 Void : Who Are You (video) [2:19]

enregistrement

Washington DC, USA, 1979 - 1996

line up

une cinquantaine de groupes, regardez le tracklisting, c'est pas pour le plaisir que j'ai fait dans le détail...

chronique

Styles
rock
hardcore
Styles personnels
punk > straight edge > alternatif

L'histoire du label Dischord, c'est celle de Ian et Jeff. Celle de deux potes qui vont se retrouver par intermittence dans des projets à géométrie variable (The Teen Idles, Minor Threat, Grand Union, Egg Hunt) avant de faire leur petit bonhomme de chemin chacun de leur côté dans d'autres projets musicaux, mais toujours solidaires au sein d'une maison de disque qui a érigé la notion d'indépendance au rang d'art de vivre. Même si à l'origine Dischord fût essentiellement le porte drapeau de la scène post punk de Washington DC, le label n'a cessé d'évoluer, passant du hardcore le plus pur à une forme de musique rock alternative expérimentale sans jamais rien perdre de sa pertinence. C'est à cette lente évolution que nous sommes conviés d'assister dans un magnifique coffret, tellement sertis de pépites qu'on a rarement l'impression d'en avoir fait le tour. Le premier boîtier cd comprend deux disques ; comme son titre l'indique, "Fifty Bands" nous introduit sans plus tarder auprès de cinquante groupes issus de leur vaste catalogue. Bien entendu, puisqu'ils couvrent vingt ans d'enregistrements, on passe des tous débuts, avec le hardcore punk des Teen Idles ("Get Up and Go"), "Minor Threat ("Screaming at the Wall") ou Void ("Dehumanized") - pour évoquer les plus emblématiques - fin 1979 début 1980, à des groupes qui ont amorcé ce changement en révélant une palette d'émotions beaucoup plus large, comme c'est le cas avec Rites of Spring ("Drink Deep"), Shudder to Think ("Red House") ou Fugazi, bien sûr, ("Blueprint") jusqu'aux plus récents Q and Not U avec "Hooray for Humans". La spectre est donc on ne peut plus large, et graduellement, nous passons de l'énergie brute de titres expéditifs excédant rarement les deux minutes, à la production sommaire digne des cassettes démo les plus pourries des groupes black métal amateurs, vers des titres de plus en plus curieux et riches en expérimentations diverses, sans faire la moindre concession à l'esprit d'origine du label. Les riffs bourrins deviennent des arpèges soignés, même dans leur dissonance, le chant hurlé devient intérieur, les lignes de basse finissent par ressembler à autre chose qu'à des bourdonnements intempestifs, les rythmes s'épanouissent dans des mesures inédites, mais le malaise véhiculé par cette musique reste profond, en dépit de sa nature changeante. Ça peut paraître long, comme ça, de se farcir cinquante groupes d'affilée, mais les deux heures de ce premier set nous permettent vraiment de prendre part à cette lente et subtile évolution si bien qu'elle devient tout simplement passionnante à parcourir. Pour combler d'aise les amateurs éclairés, un troisième disque de raretés a été ajouté, proposant des inédits ou des titres live des groupes les plus marquants. Comme si cela ne suffisait pas, il est également possible de se mater six petites vidéo d'époque au son et à l'image bouillie mais traduisant parfaitement l'atmosphère des concerts, pogos et stage divings compris, de cette scène straight-edge (s'il y en a qui s'interroge sur la signification exacte de ce terme, je me ferais un plaisir de vous l'expliquer dans les commentaires). Le tout est accompagné par un copieux livret de 134 pages avec une biographie hyperdocumentée de chaque groupe représenté, photos à l'appui, avec aussi l'illustration de toutes les pochettes des disques du label, les commentaires de Ian MacKaye et Jeff Nelson, et même des détails précis sur la cuisine interne de cette petite entreprise qui, avec cette vaste compilation, prouve qu'elle a toujours su garder une dimension humaine.

note       Publiée le mercredi 18 mai 2005

partagez '20 years of Dischord' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "20 years of Dischord"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "20 years of Dischord".

ajoutez une note sur : "20 years of Dischord"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "20 years of Dischord".

ajoutez un commentaire sur : "20 years of Dischord"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "20 years of Dischord".

Charisman › mercredi 19 septembre 2007 - 08:28  message privé !
Superbe rétrospective Dischord organisée par thématiques sur 3 CD, et livret du coffret bien fourni. De la balle ! Seul bémol, non édité en vinyle.
Note donnée au disque :       
zen › vendredi 20 mai 2005 - 11:44  message privé !
ouais en même temps le SxE ça existe aussi en Europe et ailleurs, pas juste aux USA même si c'est parti de là bas.
Greengoffik › jeudi 19 mai 2005 - 20:06  message privé !
Pour buble: Les moins de 21 ans ont toujours pu entrer dans les concerts car on les reconnaissait facilement. En effet, ils avaient une croix sur la main appliquée à l'entrée par les orgas pour signifier leur âge et dès lors indiquer qu'ils ne pouvaient pas consommer d'alcool. Cette croix ou X est d'ailleurs devenu par la suite le signe de reconnaissance des straight-edge, même si depuis c'est une triple croix XXX. il ne faut pas inverser. Pour Zen : Le sXe est une variante du punk rck typiquement américaine. Mais Dischord et aucun de ces groupes ne se réclament sXe car ils se refusent à être catalogués et aussi parce que MC Kay regrette un peu l'ampleur qu'a pu prendre le mouvement, notamment à cause des hardline.
Note donnée au disque :       
zen › jeudi 19 mai 2005 - 16:11  message privé !
ouais en même temps faire du rock sans se vautrer dans l'alcool et la drogue ça ne me parait pas extraordinaire non plus. Ce que je voulais dire c'est qu'une grande majorité des groupes dischord n'étaient pas vraiment affiliables au mouvement parce que peu revendiquent ça dans leurs textes et leur démarche, même si sans doute beaucoup suivent ce mode de vie. C'était surtout vrai aux débuts du labels avec Minor threat et quelques autres. je pense que cet esprit se retrouve surtout dans pas mal de groupes qui continuent de faire du hardcore.
bubble › mercredi 18 mai 2005 - 13:15  message privé !
le straight edge avait ca de bien qu'il permettais au moins de 21 ans d'entrée dans les club ou se produisait leur groupe . ainsi les barman savait ceux qui buvais de ceux qui ne buvais pas sans devoir s'embrouiller a demander l'Id toutes les 15 sec . c'est ensuite devenu une distinction voir une fiereté et une chanson