Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Labels › Void

Compilations - Labels › Void

  • 2004 - Antifrost, afro 2019 (1 cd digipack)

cd | 12 titres

  • 1 Ami Yoshida-Untitled
  • 2 Ilios-Retitled
  • 3 Ronnie Sundin-Untitled
  • 4 Roel Meelkop-Fold
  • 5 Marc Behrens-Untitled - For Lida
  • 6 Coti-Void
  • 7 Jason Kahn-Fluss
  • 8 Francisco López-Untitled #142
  • 9 Xabier Erkizia-Esku Huts
  • 10 Cremaster--/- Hz
  • 11 Dieb13-!2.20
  • 12 Bernd Schurer-Nothing Is Lost All Is Found

remarques

Double compilation nommée 'Void/Full' sortie en deux parties distinctes.

chronique

Styles
ambient
electro
noise
Styles personnels
minimal expérimental

Une compilation qui s’appelle ‘Void’ avec du Francisco Lopez dedans, tout de suite, ça en jette. Il s’agit de la jumelle de ‘Full’ mais qui fait l’objet d’une autre chronique, puisque les deux parties ont été sorties sur deux digisleeves distincts. Beaucoup d’Onkyo (noise minimaliste à base de sons dispersés & cliquetis épars, dont les dignes représentants sont Otomo Yoshihide et Sachiko M) pour ‘Void’ qui nécessitera donc une attention particulière pour un voyage réservé aux initiés. Ca commence très bien, avec Ami Yoshida qui recrée une atmosphère nocturne (grillons, criquets & rainettes) purement numérique, en possible métaphore de la digitalisation du monde ; Ilios qui se la joue Dépeupleur avec des ondes hors champ d’audibilité mais largement perçues par le cerveau, deux pièces très exigeantes mais fort angoissantes de Ronnie Sundin et Roel Meelkop, l’un à base d’infrabasses, l’autre avec des voix hachées et dispersées dans l’air ; qui fonctionnent parfaitement dans le noir pour une longue séquence-émotion. Rien d’extraordinaire du côté de Marc Behrens dans le genre typique ‘cliquetis & drones contemporains’ ; deux titres plus organiques avec les drones gazeux de Coti et les subtiles ondulations glaciales de Jason Kahn. Francisco Lopez qui nous offre un titre immersif, nous faisant visiter les strates sous-marines avant de nous perdre dans les grains crépitants qui forment la neige d’une télévision sans antenne, pour nous amener en douceur devant un vague concert au volume sonore inexistant. Mention spéciale à Xabier Erkizia qui cette fois remporte le prix de la branlette inutile avec quelques bruits abscons entourés de silence. Cremaster semble envoyer un message aux extraterrestres en utilisant un langage aux fréquences les plus diverses (mon chat est devenu fou sur ce titre). Dieb13 nous fait plaisir avec un petit bidouillage inutile digne des pionniers du genre et Bern Shurer nous offre le luxe d’une mélodie (!) perdue dans ce monde digital congelé. Pour amateurs uniquement ; du reste, pas de quoi fouetter un chat, en tout cas pas le mien.

note       Publiée le mercredi 7 novembre 2007

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

partagez 'Void' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Void"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Void".

ajoutez une note sur : "Void"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Void".

ajoutez un commentaire sur : "Void"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Void".