Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCompilations - Labels › Deadly Actions Live Retrospective 1994-1996

Compilations - Labels › Deadly Actions Live Retrospective 1994-1996

k7 video | 34 titres | ??:?? min

  • Deadly Actions I
  • 1 Hybryds - Sjamanistic Dream
  • 2 Anenzephalia - Megalomaniac II
  • 3 Anenzephalia - Last Chance Passed
  • 4 Deutsch Nepal - Thomas 29 Needles
  • 5 Allerseelen - Dunkelgraue Stille
  • 6 Söldnergeist - Gefahrenzone
  • 7 Söldnergeist - Perfekte Kunst
  • 8 Brighter Death Now - Innerwar
  • 9 Mental Destruction - Streams Of Time
  • 10 Mental Destruction - Metamorphosis
  • 11 Genocide Organ – Dogday
  • 12 Genocide Organ - Patria Y Libertad
  • Deadly Actions II
  • 13 Stigma - The End
  • 14 Dive - Sick In Your Mind
  • 15 Dive - Final Report
  • 16 Dive - Blood Money
  • 17 Endvra - The Infernal Current
  • 18 Predominance - Nails Of Christ
  • 19 Predominance - Final Chants
  • 20 In Slaughter Natives - Clean Cathedral
  • 21 In Slaughter Natives - Chaos Breeding
  • 22 Con-Dom - Locust Day
  • 23 Con-Dom - Church Without Christ
  • Deadly Actions III
  • 24 Asche - ...Und Es War Krieg Am Horizont
  • 25 Asche - Endlich
  • 26 Zoviet France - Untitled
  • 27 Iugula-Thor - Assholes
  • 28 Iugula-Thor - I'm Tied
  • 29 Les Joyaux De La Princesse - La Rose Blanche (Extrait)
  • 30 Anenzephalia - Final Pulse
  • 31 Anenzephalia - Revenge (Day Of Rope)
  • 32 Grey Wolves, The - Here We Come
  • 33 Grey Wolves, The - New Luddites
  • 34 La Nomenklatur - Exthrem.0

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

chronique

Tout amateur d'indus se doit de connaître Nuit Et Brouillard, excellent label lillois en activité depuis le début des années 90, et surtout organisateur des Deadly Actions, festival mythique, aujourd'hui défunt, qui convoquait un ou deux soirs durant ce qui se faisait de mieux en matière de dark ambient, d'indus rythmique et de heavy electronics. Un événement à l'ambiance très particulière, où chacun ou presque se connaissait, relativement confidentiel donc malgré la qualité de sa programmation, un festival élitiste lâcheront certains détracteurs. Je dirais plutôt: un événement organisé par et pour les connaisseurs, voilà tout. Sortie en 2001, cette rétrospective visuelle tente de retracer sur VHS les moments forts de cette époque, à travers un extrait de la prestation de chaque formation (ou presque, car manquent Morthond, Contrastate et Dagda Mor). Evacuons dès à présent la question du rendu technique : l'image est objectivement mauvaise, assez floue, parfois mal cadrée, et inregardable lors des performances en pénombre, du moins celles seulement éclairées par le film d'arrière-scène. Il faut donc l'avouer, le visionnage est pour le moins pénible. Quant au son, je ne cacherai pas non plus ma déception, tant ce qui a été capturé par les microphones ne rend absolument pas justice à l'excellent son qui était celui des Deadly Actions : tranchant, massif, physique, éprouvant. Bref, l'objet est techniquement en-deça de ce qu'on est en droit d'attendre. Pourtant, cela n'a pas trop gâché mon plaisir de visionner une programmation objectivement excellente. Je ne me lancerai pas dans une laborieuse description de toutes ces performances ; voici donc en résumé les quelques moments forts à retenir: le duo de Söldnergeist, tout d'abord, largement à la hauteur de sa réputation, qui délivre un set si abrasif, si massif... misère... rarement heavy electronics aura aussi bien porté son nom. Tonton Roger ensuite : une performance classique, ironique mais sans prise de risque, c'est toujours un plaisir de le revoir. Bon moment également, celui offert par les deux chevelus de Mental Destruction, pour un show très physique, headbanging au rythme des percussions métalliques, à l'énergie communicative. Jouissif, évidemment. La performance de Dive, tout au stromboscope, ravira quant à elle les épileptiques. Moments solennels et funèbres pour Endvra (sexe et mort mêlés), ainsi que pour Predominance, figé dans son ambiguité politique : parfait pour se reposer un peu les tympans. On se régalera également des assauts rythmiques de Iugula-Thor, avec son chanteur tout droit sorti de Scorpio Rising, et des vétérans de La Nomenklatur, pour une démonstration de percussions métalliques à gogo. Mais l'apothéose de ce Deadly Actions viendra -est-ce étonnant ?- des ultras de Genocide Organ, avec tout d'abord un «Dogday» conçu pour faire courber l'échine à un public tétanisé, et parfaite introduction au terrible «Patria y Libertad» sur lequel s'époumonneront sans relâche un Freisler survolté et un Herich haineux comme jamais, qui brandiront et balanceront au public des croix de bois enflammées. Autant dire que l'on ne peut que ressortir chauffé à blanc après un tel traitement. Grandiose. En fin de compte, une VHS à voir malgré ses défauts techniques, que vous soyez un incondionnel du genre ou tout simplement curieux de voir à quoi peut ressembler ce type de manifestation.

note       Publiée le mardi 21 décembre 2010

partagez 'Deadly Actions Live Retrospective 1994-1996' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Deadly Actions Live Retrospective 1994-1996"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Deadly Actions Live Retrospective 1994-1996".

ajoutez une note sur : "Deadly Actions Live Retrospective 1994-1996"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Deadly Actions Live Retrospective 1994-1996".

ajoutez un commentaire sur : "Deadly Actions Live Retrospective 1994-1996"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Deadly Actions Live Retrospective 1994-1996".

p2h › jeudi 14 avril 2011 - 17:58  message privé !

Les sets de La NomenKlatur et celui de Genocide Organ sont hallucinants de violence ! Le coup des croix enflammées... ultra virulent et Exthrem. 0 est sensiblement différent de la version album. ça serait bien d'ailleurs de chroniquer Minamata et La NomenKlatur ces 2 projets sont qd même cultes.

Note donnée au disque :