Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKing Crimson › In the Court of the Crimson King

King Crimson › In the Court of the Crimson King

cd • 5 titres

  • 121st Century Schizoid Man (Including 'Mirrors')
  • 2I Talk to the Wind
  • 3Epitaph (Including 'March for No Reason' and 'Tomorrow and Tomorrow')
  • 4Moonchild (Including 'The Dream' and 'The Illusion')
  • 5The Court of the Crimson King (Including 'The Return of the Fire Witch' and 'The Dance of the Puppets')

enregistrement

Wessex sound studios

line up

Robert Fripp (guitare), Michael Giles (batterie, chant), Greg Lake (basse, chanteur principal), Ian Mcdonald (claviers, chant), Peter Sinfield (parolier, inspiration)

remarques

chronique

Cet album est vraiment spécial. C'est un mélange de jazz (pour la technique), d'ambient, d'expérimental et de rock. Toutes les compos sont extrêmement bien travaillées et maîtrisées. Le batteur est magistral. Les ambiances sont excellentes et presque tous les breaks sont d'anthologie. C'est une sorte de Pink Floyd avec une ambiance un peu plus jazzy et un désir permanent d'expérimenter vers des chemins inconnus. Tout est magnifiquement bien construit et interprété. Cet album est purement magique, un chef-d'œuvre sans hésitation.

note       Publiée le jeudi 7 septembre 2000

chronique

1969. Avec ce disque à l'impact visuel détonnant, King Crimson allait écrire en lettres capitales l'avant-propos d'un courant salutaire qui, dans ses premiers balbutiements, fera de la musique pop un art majeur, avant de mourir à petit feu dans sa complaisance et son auto-satisfaction. Ce mouvement, adulé comme décrié, est le rock progressif. Les structures éclatent, sont rallongées. Les mélodies s'imbriquent les unes dans les autres. Du jamais entendu ! La grammaire développée s'inspirera de différents courants musicaux (blues, mais aussi jazz, classique ou contemporain), repoussant toujours plus loin les limites d'une technique jusqu'alors très sommaire. En ce sens, "In the Court of The Crimson King" peut être vu comme l'extrapolation du "Sgt.Pepper's Lonely Hearts Club Band" des Beatles. Aventureux et révolutionnaire. Les cinq titres de cet album sont tous aussi déterminants les uns que les autres ; "I talk to the wind" et "Moonchild" partagent un sentiment de mélancolie irrésistible, alors que ce dernier s'enfonce dans un dédale de parties improvisées démentielles qui tiennent la dragée haute face aux explorations insulaires des chefs de file du jazz en Albion. "Epitaph" et "In the Court of the Crimson King" sont les fers de lance d'un lyrisme inégalé et poignant, souligné par les gammes tendues d'un mellotron grandiloquent, qui feront bientôt des émules partout en Europe. Il ressort de tout cela un magnétisme incroyable qui fait de ce disque un bloc solide à la singularité hors du commun. Enfin, comment ne pas parler de "21st Century Schizoid Man" ? Le titre rock
le plus déjanté jamais écrit et qui, encore aujourd'hui, n'a toujours pas trouvé de concurrent à sa hauteur. Si le son est vieillot — diront les mauvaises langues ou les oreilles susceptibles — il contribue dans le même temps à asseoir de manière définitive son aspect le plus intemporel. Appuyé par une brochette de musiciens ultra compétents et visionnaires, le premier album de King Crimson est assurément l'un des disques pop les plus marquants du vingtième siècle.

note       Publiée le mercredi 2 janvier 2002

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "In the Court of the Crimson King".

notes

Note moyenne        160 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "In the Court of the Crimson King".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "In the Court of the Crimson King".

Raven › dimanche 12 juillet 2020 - 03:51  message privé !
avatar

Epitaph...

Note donnée au disque :       
(N°6) › samedi 11 juillet 2020 - 21:23  message privé !
avatar

Les deux dernières minutes de l'album sont sans doute deux de mes minutes préférées dans l'histoire de la pop.

Note donnée au disque :       
torquemada › jeudi 8 décembre 2016 - 16:22  message privé !

Et surtout MERDE !

Note donnée au disque :       
Arno › mardi 16 juin 2015 - 04:49  message privé !

Je l'ai enfin acheté... Après l'avoir emprunté tellement de fois en médiathèque qu'il m'aura coûté au moins 3 fois son prix... C'est le SEUL album de ma discothèque que j'estime indispensable.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › mardi 9 juin 2015 - 10:14  message privé !
avatar

il y est déjà (soupir)