Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKing Crimson › Live at the Orpheum

King Crimson › Live at the Orpheum

cd + dvd audio | 7 titres | 40:56 min

  • 1 Walk on: Monk morph chamber music [02:34]
  • 2 One more red nightmare [06:07]
  • 3 Banshee legs bell hassle [01:40]
  • 4 The construKction of light [06:32]
  • 5 The letters [04:57]
  • 6 Sailor's tale [06:51]
  • 7 Starless [12:15]

enregistrement

Enregistré live à l'Orpheum de Los Angeles

line up

Mel Collins (flûtes, saxophones), Robert Fripp (guitares), Tony Levin (basses), Pat Mastelotto (batterie), Bill Rieflin (batterie), Jakko Jakszyk (chant, guitare), Gavin Harrison (batterie)

remarques

L'album contient un DVD Audio avec l'intégralité du live

chronique

Par où commencer ? Que dire ? Durant ses presque 50 premières années de le carrière du groupe, King Crimson a connu un nombre impressionnant de changements de line-up et de configurations différentes. Robert Fripp, le maître à bord (mais pas seule tête pensante), a souvent changé, expérimenté, créé, joué, en trio, quatuor, quintette, sextette, double trio en utilisant toutes les palettes musicales que tous les instruments de la terre (ou presque !) pouvaient proposer. Et le voilà qui réactive sa bête en 2013 (après avoir annoncé sa retraite musicale quelques mois plus tôt !), voici qu'il nous propose un nouveau concept issu du groupe "Jakszyk Fripp Collins" qui a sorti un album, "A scarcity of miracles" en 2011 : 7 musiciens dont 3 batteurs, rien que ça, avec 2 guitaristes (dont un chanteur), un bassiste et un saxophoniste/flutiste ! On y retrouve Mel Collins des débuts du groupe (plus de 40 ans après l'avoir quitté !), les fidèles Tony Levin et Pat Mastelotto, ainsi que Gavin Harrison de Porcupine Tree, Jakko Jaksyk et Bill Rieflin. Bref, du très joli monde ! Et c'est parti pour une tournée nord américaine à l'automne 2014 avant d’enchaîner sur l'Europe et le Japon. Et voilà que dès début 2015 déboule ce tout nouvel album live, enregistré à Los Angeles lors de cette première tournée sous ce format. Ce "Live at the Orpheum" ne contient que 7 titres pour 40 minutes de musique. Autant le dire directement, il s'agit d'une simple mise en bouche. On le verra par la suite, le groupe va continuer à sortir régulièrement des enregistrements en concert de cette reformation. Au programme ici, une petite intro, 2 morceaux de "Red", 2 morceaux d'"Islands", un de "ContruKction of light" et un morceau de percussions inédit. Voilà, donc en gros, ce disque n'est pas spécialement représentatif d'un concert de la formation, il s'agit plus d'une compilation de morceaux pris un peu au pif, enregistrés en concert. Premier constat, la production est vraiment cheap hélas. Déjà l'objet est certes présenté dans un beau Digipack avec CD+DVD Audio mais sans livret, un peu comme si l'objet avait été vite réalisé et vite sorti. Et puis, concernant le son, franchement, on est clairement au niveau d'un enregistrement pirate. Il est lointain et manque cruellement de profondeur. Il n'en ressort aucune puissance ni aucune percussion. Et pour cette nouvelle mouture du groupe, c'est vraiment dommage. Parce que quand même, voilà King Crimson avec 3 batteurs normalement bien mis en valeur. Mais là, c'est loin d'être le cas. Aussi, il faut dire qu'écrire cette chronique 4 ans après sa sortie permet de comparer avec les autres enregistrements live plus récents, avec une certaine prise de recul. Et là, le constat est sans appel, ce live est à oublier. Pas qu'il soit mauvais, non. Les morceaux sont bons, bien interprétés (même si on sent qu'ils sont encore à leurs balbutiements sur cette nouvelle configuration), mais la qualité est définitivement bien moins importante que sur les futurs live. Et aussi, point très intéressant, l'exploitation des trois batteries (parce qu'il faut bien avouer que c'est la principale curiosité de ce line-up) n'est pas encore adéquate. Le groupe tâtonne, il manque encore de coordination et de temps de jeu entre eux. En fait, je trouve tout simplement que le groupe a sorti ce live trop tôt, qu'il n'est pas encore assez aguerri. Bien sûr, en se remettant dans le contexte au moment de sa sortie, ce disque apportait une véritable nouveauté avec un aspect novateur, mais même, je trouve justement cet aspect sous-exploité. Je peux comprendre l'excitation lors de la sortie du disque. Qu'allait donc donner ce King Crimson à 7 têtes ? Et puis même, revoir Robert Fripp aller de l'avant et proposer un nouvel enregistrement ne pouvait qu'être attendu positivement. Et même si ça fait toujours son effet d'entendre une nouvelle version de "Starless" ou de "One more red nightmare", il faut bien avouer que ça reste un peu décevant, surtout au niveau de cette production loin d'être à la hauteur de l'événement. Heureusement pour nous, cela va bien vite changer. La suite sera de bien meilleure qualité, à tout point de vue !

note       Publiée le mardi 8 janvier 2019

partagez 'Live at the Orpheum' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Live at the Orpheum"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Live at the Orpheum".

ajoutez une note sur : "Live at the Orpheum"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Live at the Orpheum".

ajoutez un commentaire sur : "Live at the Orpheum"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Live at the Orpheum".