Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKing Crimson › The Vrooom sessions

King Crimson › The Vrooom sessions

12 titres - 51:12 min

  • 1/ Bass Groove (4:34)
  • 2/ Fashionable (4:59)
  • 3/ Monster Jam (8:38)
  • 4/ Slow Mellow (2:57)
  • 5/ Krim 3 (3:20)
  • 6/ Funky Jam (4:57)
  • 7/ Bill & Tony (1:36)
  • 8/ No Questions Asked (3:24)
  • 9/ Adrian's Clouds (1:39)
  • 10/ Calliope (5:58)
  • 11/ One Time (5:24)
  • 12/ Booga Looga (3:46)

enregistrement

Applehead Studios, Woodstock, New York, USA, avril - mai 1994

line up

Adrian Belew (guitare), Bill Bruford (batterie, percussions électroniques), Robert Fripp (guitare, soundscapes), Trey Gunn (stick), Tony Levin (basse, chapman stick), Pat Mastelotto (batterie, percussions)

chronique

"Vrooom", le mini album paru 1994 alors qu'on ne les attendait plus, était le premier témoignage en dix ans de King Crimson, enfin porté sur disque. "The Vrooom Sessions", comme son titre l'indique, permet aux chanceux d'en connaître en plus la genèse. Douze titres sur un copieux CD qui ne dépasse pourtant pas l'heure et qui nous propose — quoi d'autre ? — autant d'improvisations, étonnement très structurées, qui déboucheront sur des idées qui seront soit exploitées ultérieurement (une version instrumentale de "One Time", déjà, ou "No Questions Asked" qui deviendra "Sex, Sleep, Eat, Drink, Dream"), soit abandonnées (le coloré "Calliope"). "Krim 3" est un prototype de chanson rock made in Crimson. "Monster Jam" fait aussi partie de ces titres qui ont l'indéniable patte crimsonienne. Si le titre est en soi inédit, il ne dissimule pas très longtemps sa parenté avec le cacophonique "When I Say Stop, Continue" qui ne dépassera pourtant pas le cadre du mini album, mais dont l'influence se répercutera sur des titres comme "B'Boom" ou les parties improvisées de "Thrak". D'un autre côté, des titres comme "Bass Groove", "Fashionable" ou "Booga Looga" sonnent certes pro ; le groupe tente d'y trouver ses repères (surtout au niveau des rythmiques) mais en définitive ils n'apportent strictement rien à l'édifice si ce n'est pour le fanatique d'avoir le privilège de décortiquer une séance de répétition de son groupe fétiche. Dans le même ordre d'idée, "Funky Jam" et ses accords prévisibles, comme extrait d'un album solo d'Adrian Belew, frise le dispensable, mais il est sauvé en bout de course par un solo passionné et pondéré du maître de cérémonie. Si le disque jouit d'un soin tout particulier au niveau de sa production, son intérêt premier réside exclusivement dans son caractère unique de document audiophile. En ce sens, l'absence de "The Vrooom Sessions" dans votre collection de disques ne devrait pas trop vous porter préjudice. Un disque qui s'adresse aux irréductibles névrosés uniquement.

note       Publiée le jeudi 19 décembre 2002

partagez 'The Vrooom sessions' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The Vrooom sessions"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Vrooom sessions".

ajoutez une note sur : "The Vrooom sessions"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Vrooom sessions".

ajoutez un commentaire sur : "The Vrooom sessions"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Vrooom sessions".