Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKing Crimson › The night watch - live at the Amesterdam Concertgebouw

King Crimson › The night watch - live at the Amesterdam Concertgebouw

12 titres - 84:39 min

  • 1/ Easy Money (6:15)
  • 2/ Lament (4:14)
  • 3/ Book of saturday (4:08)
  • 4/ Fracture (11:28)
  • 5/ The night watch (5:27)
  • 6/ Imrov : Starless and bible black (9:13)
  • 7/ Improv : Trio (6:09)
  • 8/ Exiles (6:37)
  • 9/ Improv : The fright watch (6:03)
  • 10/ The talking drum (6:34)
  • 11/ Larks' tongues in aspic part two (7:51)
  • 12/ 21st century schizoid man (10:40)

enregistrement

Concertgebouw, Amsterdam, Hollande, 23 novembre 1973

line up

Bill Bruford (batterie, percussions), David Cross (violon, mellotron), Robert Fripp (guitare, mellotron), John Wetton (basse, chant)

remarques

chronique

Si vous possédez "The Great Deceiver", vous n'avez pas besoin de ce nouveau témoignage posthume déterré des profondeurs de l'oubli. Si vous n'avez pas aimé "Starless and Bible Black", laissez-moi exprimer mon étonnement si jamais vous veniez à trouver ce double CD fantastique ! Sachez que celui-ci restitue l'intégralité du concert d'Amsterdam duquel ont été extraits en leur temps quelques uns des titres qui agrémentèrent alors le disque précité (il s'agit essentiellement de l'improvisation qui donnera son nom au disque ou le superbe Trio). The Nightwatch nous propose donc d'écouter ces titres tels que joués à l'origine et la magie opère toujours ; on continue de s'émerveiller de l'incroyable alchimie qui liait tout un temps ces diables d'hommes. Fracture, Starless and Bible Black, Trio atteignent une espèce de perfection difficilement imaginable dans le contexte d'un concert. Je crois personnellement qu'entre 1973 et 1974 il ne devait pas y avoir beaucoup de groupes à la surface de la Terre capable de rivaliser sur scène avec cette incarnation du roi pourpre. En définitive, The Night Watch sera un compagnon idéal pour qui désire, à moindre frais, avoir un premier contact avec la musique développée alors par cette formation. Mais comme je le disais plus haut, même s'il n'est pas repris dans celui-ci, ce n'est pas de si tôt qu'une publication live de cette période pourra égaler le monolithique box 4 CD "The Great Deceiver", paru en 1992. Sauf, peut-être, une nouvelle version 6 CD... voire plus.

note       Publiée le jeudi 6 décembre 2001

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The night watch - live at the Amesterdam Concertgebouw".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The night watch - live at the Amesterdam Concertgebouw".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The night watch - live at the Amesterdam Concertgebouw".

Wotzenknecht › vendredi 15 mai 2020 - 20:57  message privé !
avatar

Oui c'est un bug lié à la taille des titres d'albums. On est dessus.

nicola › vendredi 15 mai 2020 - 20:45  message privé !

Cette pochette aussi déconne dans l’aperçu des derniers votes.

fracture › mardi 4 novembre 2003 - 07:33  message privé !
Non non, un EXCELLENT LIVE! Et Fripp lui a fait honneur en ne le publiant pas dans le définitif Great Deceiverl. Certes, on peut jaser à l'envi que Larks' part I n'aie pas été retrouvé (Crimso' commençait presque toujours ses concerts par ce morceau à la fin 1973). mais ce n'est pas le plus important (Great Deceiver en possède 2 versions définitives). Ce qu'il y a d'essentiel dans ce live (outre le fait qu'il y a bon nombre de morceaux qui ont servi pour l'album Starless & Bible Black), c'est cette suite Fright Watch-Talking Drum-Lark's part II qu'on ne peut entendre que sur cet album et nulle part ailleurs! (pour info: Talking Drum - Larks' II est tronqué dans Great Deceiver et elle n'est pas des plus géniales dans le Live in Central Parl (niveai son et interprétation).
Note donnée au disque :       
Nicko › lundi 3 novembre 2003 - 20:59  message privé !
avatar
Un bon live, ni plus ni moins... Ca s'écoute bien et ça fait du bien ! :p
Note donnée au disque :       
bubble › mercredi 9 avril 2003 - 13:59  message privé !
yvh , j'ai great deceiver aussi .; et honnettement le live a amsterdan n'a pas a rougir loin de la ! la qualité audio etant identique . reste que le coffret ( 4cd) est un enorme temoignage d'une formation des plus marquante ( la meme que le live a amsterdam d'ailleurs ) et si tu aimes les improv tu sera servi . reste qu'effectivement comme le coffret est sortie avant , le live a amsterdan n'apporte rien de plus de fondamentalement different . c'est pour ca je pense la raison de la derniere phrase de la chronique de ce live . ceci dit l'improv fright watch enchainé avec talking drum suivi de lark's partII est exellente