Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKing Crimson › Live in Mainz 1974

King Crimson › Live in Mainz 1974

10 titres - 58:05 min

  • 1/ Improv : The Savage (2:12)
  • 2/ Doctor Diamond (5:48)
  • 3/ Impov : Arabica (2:29)
  • 4/ Exiles (7:01)
  • 5/ Improv : Atria (6:14)
  • 6/ The Night Watch (5:07)
  • 7/ Straless (12:27)
  • 8/ Lament (4:20)
  • 9/ Improv : Trio (4:36)
  • 10/ Easy Money (7:51)

enregistrement

Mainz, Allemagne, 30 mars 1974

line up

Bill Bruford (batterie, percussions), David Cross (violon, mellotron), Robert Fripp (guitare, mellotron), John Wetton (basse, chant)

chronique

Encore un témoignage du Crimson de "Starless and Bible Black" ? Est-ce à ce point exceptionnel ? Je suis seul à me tendre la perche pour répondre par l'affirmative. "Live in Mainz, 1974" viendra apporter de l'eau au moulin de ceux qui, comme moi, croient en un King Crimson à l'intelligence intuitive. Un set exemplaire de dix titres partagé entre compositions et improvisations. De ces improvisations, belles, vibrantes, pleines de tension contenue ("Atria") et de troublante profondeur ("Trio") que les fervents défenseurs du line-up responsable de "The ConstruKction of Light" ont balayé — je leur souhaite inconsciemment — de leur esprit pour ne retenir que bruit et fureur. Toute la grandeur du groupe résidait pourtant justement dans cette affolante capacité à toujours rester sur le fil du rasoir, à se jouer de l'auditeur de par sa maîtrise des contrastes, permettant à son jeu venu des enfers de s'extirper de ces longs silences toujours menaçants. La version de "Starless" présente sur ce disque applique ce précepte à la ligne. Il est aussi à rajouter à la longue liste des interprétations déjà exceptionnelles que le groupe a donné de ce titre qui l'est tout autant. L'exubérance presque mal placée du "Live in Central Park" laisse sa place ici à une tension sourde dont le groupe, à l'époque, devait assurément être le maître absolu. Tout au long de cette performance, le tandem Bruford-Wetton est en toute grande forme, mais c'est David Cross qui, plus que d'habitude, a l'occasion de briller au travers de ses interventions souvent plus justes ("Dr.Diamond", "Trio"), parfois risquées et étonnantes ("Starless"). Mais comme le moteur premier de ce King Crimson est l'alimentation d'une certaine forme de frustration, on devra s'empresser de trouver refuge dans un sourire coincé à l'issue du disque où l'improvisation d'"Easy Money" amène les notes répétitives du monstrueux "Fracture", avant de se conclure par une fin aussi abrupte que prématurée !

note       Publiée le jeudi 19 décembre 2002

partagez 'Live in Mainz 1974' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Live in Mainz 1974"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Live in Mainz 1974".

ajoutez une note sur : "Live in Mainz 1974"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Live in Mainz 1974".

ajoutez un commentaire sur : "Live in Mainz 1974"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Live in Mainz 1974".

Dun23 › mardi 15 août 2017 - 14:45  message privé !

Viens de l’acquérir avec le live in Asbury. Ça tue! Et le son est très bon.