Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCThe Cure › Faith

The Cure › Faith

cd | 8 titres

  • 1 The holy hour
  • 2 Primary
  • 3 Other voices
  • 4 All cats are grey
  • 5 The funeral party
  • 6 Doubt
  • 7 The drowming man
  • 8 Faith

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

produit par Mike Hedges et les Cure

line up

Simon Gallup (basse), Robert Smith (chant, guitare, clavier), Lol Tolhurst (batterie)

chronique

De la foi, le groupe en aura bien besoin pour affronter ses démons. La tristesse de ‘Seventeen seconds’ cède progressivement le pas à un sentiment qui ressemble plus à du désespoir ; c’est toujours très gris mais un gris qui se teinte de noir. Ce processus douloureux a balayé les dernières traces de maladresse de leur musique, les Cure sont désormais une formation aux compositions d’une maturité tragique. ‘Holy hour’ qui ouvre le disque semble issu en ligne directe de ‘Seventeen seconds’, pourtant, on perçoit très rapidement que les choses ont changé ; la voix de Robert Smith a perdu son timbre adolescent, les guitares sont moins aériennes, la basse a pris du plomb… ’Primary’ qui enchaîne est plus rapide et moins représentatif de cette ambiance ; c’est d’ailleurs le morceau le moins réussi de ‘Faith’. À partir de ‘Voices’, la plongée dans les ténèbres s’amorce et ne s’arrête plus, atteignant son point culminant sur les excellents ‘Funeral party’, lent et funèbre à souhait, avec ses plages de claviers désenchantées et ‘The Drowning man’, véritable cri de désespoir. Les sons de batterie se font plus dilués, moins secs, les ambiances sont plus soignées, la voix semble éclater, se fait plus hantée, démultipliée par la réverbération. ‘Faith’ clôt le disque par une poignante réflexion, une sorte d’ultime tentative de ne pas sombrer mais vu la mélancolie qui émane de cette chanson, on la sent sur le point d’échouer. En un mot comme en cent, ‘Faith’ est un album merveilleux construit sur des structures simples mais d’une efficacité redoutable et baigné d’une aura de tristesse à donner le frisson. Un des meilleurs disques des Cure tout simplement. 5,5/6

note       Publiée le dimanche 12 janvier 2003

partagez 'Faith' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Faith"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Faith".

ajoutez une note sur : "Faith"

Note moyenne :        64 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Faith".

ajoutez un commentaire sur : "Faith"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Faith".

SEN › vendredi 12 février 2016 - 23:40  message privé !

Et CARNAGE VISORS me met à chaque à fois la même claque !

Note donnée au disque :       
SEN › vendredi 12 février 2016 - 23:19  message privé !

De toute façon quand tu as écouter les CURE depuis les années 80 tu sais que c'est pour la vie !

Note donnée au disque :       
Richard › lundi 13 juillet 2015 - 21:45  message privé !

"La mélancolie, c'est le bonheur d'être triste" disait le cold waveux Victor HUGO. Me concernant, il n'y a pas de meilleure définition pour ces huit titres.

Note donnée au disque :       
TribalCrow › lundi 28 juillet 2014 - 15:58  message privé !

Et ne pas oublier "Carnage Visors", film du frère de Gallup, projeté en 1er partie lors de la tournée et dont CURE signe la bande-son : un long titre d'une vingtaine de minutes, une boite rythme qui claque son tempo rigide, des nappes de synthés menaçantes et deux basses qui tissent et font évoluer l'atmosphère, alternant entre faux calme et malaise palpable. Présent sur la version Deluxe, ainsi qu'une version live de "Forever" époustouflante !

Note donnée au disque :       
TribalCrow › lundi 28 juillet 2014 - 15:31  message privé !

Et le brouillard submerge, reste que la foi. L'"Heure Sacrée" a sonné, annoncée par cette basse brumeuse, dernière course avec les pulsions "Primaires" avant de se laisser submerger par la suite nocturne "Other Voices/All Cats are Grey/The Funeral Party" et leurs nappes de synthés indolents et fatigués. Le sursaut survient sans crier gare lorsque le "Doute" nous assène violemment. Mais trop tard, l'"Homme se Noie" dans son désespoir, sur fond de claps secs et de voix de plus en plus fantomatiques. Tout nous a quitté sauf la "Foi", seule trace qui s'accroche à nous comme une vague froide, nous emmenant lentement mais surement avec elle, disparaissant dans un ultime écho spectrale jusqu'à l'arrêt de la pulsation...Nothing left but Faith !

Note donnée au disque :