Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKing Crimson › Islands

King Crimson › Islands

cd | 6 titres | 43:55 min

  • 1 Formentera Lady [10:18]
  • 2 Sailor's Tale [7:29]
  • 3 The Letters [4:29]
  • 4 Ladies of The Road [5:34]
  • 5 Prelude Song of The Gulls [4:14]
  • 6 Islands [11:51]

enregistrement

Command studio, Londres, Angleterre, 1971

line up

Boz Burrell (chant), Mark Charig (cornet à piston), Mel Collins (flûte, saxophone), Robert Fripp (guitare, mellotron), Harry Miller (basse), Peter Sinfield (parolier), Keith Tippett (piano), Ian Wallace (batterie), Robin Miller (hautbois), Paulina Lucas (soprano)

remarques

Troisième réédition pour King Crimson, cette fois en HDCD et sous pochette carton (miniature vinyle) en tirage limité

chronique

"Islands", c'est la dernière ligne droite avant le split inéluctable. Fripp, jusqu'alors partageant la destinée du groupe avec le parolier attitré Pete Sinfield, se retrouve à présent aux commandes d'un navire au bord du gouffre. Le mariage est consommé d'avec son ex-associé, et les musiciens qu'il a réunis autour de lui, venant du blues, font désormais front commun contre lui. C'est à l'arraché et dans ces circonstances particulières que l'album voit le jour, stigmatisant ses moments de tensions extrêmes ("Sailor's Tale") et l'espoir d'un lendemain meilleur ("Islands"). De manière générale, les parties de guitare de Robert Fripp sont plus incisives que jamais ; il ne s'agit plus vraiment de solo vertigineux à la "21st Century Schizoid Man" ou de tricotage épouvantable comme il va bientôt s'apprêter à le faire dans la prochaine incarnation du groupe, non, ici, c'est du vice à l'état pur. Il y a un acharnement et une rage toute contenue dans les accords plaqués de "Sailor's Tale", mais il y a aussi une volonté de faire mal, de laisser des blessures à vif, fruits d'autant de coups de poignards plantés en plein cœur (la guitare distante mais à vous arracher la peau de "The Letters"). Album plutôt introverti, s'essayant avec délice à la musique de chambre ("Song of the Gulls" et la poignante plage titre en clôture avec son chorus de trompette solennel à vous tirer les larmes), "Islands" fait le choix d'exhiber ses plaies plutôt que de les camoufler derrière un rouleau interminable de bandages et autres pansements multicolores, représenté on ne peut mieux par l'esbroufe de "Lizard". "Islands" est vrai. Et c'est précisément ce qui dérange. Décousu pour certains (en raison du blues "Ladies of the Road", illustrant pourtant à merveille toute l'intensité que cette formation pouvait dégager sur scène), ce quatrième album d'un King Crimson, devenu bien chaotique, demeure une des plaques les plus passionnantes et mésestimées de toute leur carrière.

note       Publiée le jeudi 6 décembre 2001

partagez 'Islands' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Islands"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Islands".

ajoutez une note sur : "Islands"

Note moyenne :        46 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Islands".

ajoutez un commentaire sur : "Islands"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Islands".

boumbastik › mercredi 6 décembre 2017 - 10:54  message privé !

C'est celui qui m'a laissé le moins de souvenir/impression. Voilà une belle occasion de le dépoussiérer.

SEN › mercredi 6 décembre 2017 - 05:08  message privé !

J'ai vraiment du mal à me replonger dans le rock progressif mais Crimson c'est vraiment à part et cet album me fait particulièrement vibrer... Peut être mon préféré du groupe d'ailleurs !

Note donnée au disque :       
(N°6) › mardi 5 décembre 2017 - 17:31  message privé !
avatar

Un peu comme Radiohead qui rejoue Creep quoi (enfin c'est surtout se réappropier ce que des milliers de tâcherons et de candidats à la Nouvelle Voice à travers le monde ont transformé en vieille scie dégueulasse)... Avec la maturité, vient le temps de se réconcilier avec soi-même. Je le découvre en ce moment, quelle musique fabuleuse. Y a quand même une raison pour laquelle King Crimson est toujours considéré comme au-dessus du lot même par ceux qui ne supportent pas le mot "prog".

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › mardi 5 décembre 2017 - 13:39  message privé !

Je n'ai pas trop suivi l'affaire mais j'ai l'impression que Robert Fripp réhabilite la période "Islands" depuis quelques temps. En atteste le dernier official bootleg "Live in Chicago" (28/06/17) et bien sûr le coffret "Sailor's Tales" qui vient de sortir. En tous cas, ça m'a donné envie de redécouvrir cet album et le précédent "In the wake...")

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › mardi 14 novembre 2017 - 15:34  message privé !

Encore un coffret monstrueux qui couvre cette fois la période 1970-1972 : https://burningshed.com/king-crimson_sailors-tales_boxset (il y a notamment une reprise de Pharoah Sanders "The creator has a master plan"...)

Note donnée au disque :