Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKing Crimson › Champaign-Urbana Sessions 1983

King Crimson › Champaign-Urbana Sessions 1983

14 titres - 47:47 min

  • 1/ San Francisco (2:06)
  • 2/ Tony Bass Riff (3:28)
  • 3/ Sequenced (3:55)
  • 4/ Steinberger Melody (4:59)
  • 5/ Fragmented (4:01)
  • 6/ Not One of Those (1:45)
  • 7/ Zzzz's (2:10)
  • 8/ Reel 3 Jam (2:34)
  • 9/ Robert and Bill (2:08)
  • 10/ Say No (2:46)
  • 11/ Robert's Ballad (3:44)
  • 12/ Heat in the Jungle (7:07)
  • 13/ Grace Jones (5:45)
  • 14/ Adrian Looped (1:19)

enregistrement

C.V. Lloyd Music, Champaign-Urbana, Illinois, USA, 17-30 janvier 1983

line up

Adrian Belew (guitare), Bill Bruford (batterie électronique), Robert Fripp (guitare), Tony Levin (basse, chapman stick, synthétiseur)

chronique

Déjà la vingt-et-unième publication du très sélect King Crimson Collector's Club ! Et seulement la troisième à lever un coin du voile sur les séances d'enregistrements du groupe. Après les témoignages de la renaissance de cette créature décidément increvable au début des années quatre-vingt dix avec les "Vrooom Sessions" (1994) et son incapacité à perdurer à travers les "Nashville Rehearsals" (1997), Robert Fripp nous propose de regarder à la loupe la période de flottement qui s'était installée après l'album "Beat" de 1982 et qui allait sceller le sort de la formation la plus stable de toute l'histoire du groupe avec le mal-aimé "Three of a Perfect Pair". On y trouve déjà des essais concluants de ce que deviendront la troisième partie de "Larks' Tongues in Aspic" ou le tétanisant "Industry". On découvre un groupe qui n'a pas peur de se lancer dans l'aventure et qui improvise sans relâche, chose qu'on leur a reproché de faire trop rarement. Elles demeurent néanmoins sans commune mesure avec ce à quoi la formation classique nous avait habitué. Bref, en toute logique, ses aspects les plus écrits et les plus libres se côtoient, les mêmes qui vont scinder en deux, à la fois ce disque jaune à paraître, et son public. Mais plus que tout, c'est un groupe qui tourne souvent en rond, en cruel manque d'inspiration, que l'on découvre : "Heat in the Jungle" est une relecture à peine cachée de son anagramme "Thela Hun Ginjeet", "Robert's Ballad", aussi jolie soit-elle, n'est qu'une extrapolation de "Mary" que l'on trouvait sur le tout premier album solo du guitariste émérite... La paire Levin/Bruford fonctionne toujours à merveille et seuls ceux qui s'impatientent à l'idée de retrouver les sonorités distillées alors par ce KC hi-tech pourront vraiment apprécier la chose. Curieusement, de toutes les publications de cette série, ce sont jusqu'à présent les titres les plus soignés au niveau de la production (puisqu'il s'agit de chutes studio) qui déçoivent le plus dans le fond et dans la forme. Pour fanatiques indécrottables. Et soumis.

note       Publiée le samedi 24 mai 2003

partagez 'Champaign-Urbana Sessions 1983' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Champaign-Urbana Sessions 1983"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Champaign-Urbana Sessions 1983".

ajoutez une note sur : "Champaign-Urbana Sessions 1983"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Champaign-Urbana Sessions 1983".

ajoutez un commentaire sur : "Champaign-Urbana Sessions 1983"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Champaign-Urbana Sessions 1983".

Progmonster › lundi 26 juin 2006 - 11:48  message privé !
avatar
@ Summicron : "Ce KCCC est plus qu'un simple live"... Et pour cause ; ce n'est pas un live du tout, ce sont des sessions studios...
Note donnée au disque :       
summicron › lundi 26 juin 2006 - 10:35  message privé !
Ce KCCC est plus qu'un simple live, et pour cette raison parmi les autres KCCC il est rare et désirable. On y atteste nottament d'un magnique "Robert's Ballad" qui je trouve est l'une des ballades les mieux écrites de tout les temps pour guitare solo.
Note donnée au disque :