Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKing Crimson › Lizard

King Crimson › Lizard

cd • 5 titres • 42:28 min

  • 1Cirkus6:27
  • 2Indoor games5:37
  • 3Happy family4:22
  • 4Lady of the dancing water2:47
  • 5Lizard23:15

enregistrement

Wessex Sound studio, Londres, Angleterre, 1970

line up

Mel Collins (flûte, saxophone), Nick Evans (trombone), Robert Fripp (guitare, mellotron, piano électrique), Gordon Haskell (basse, chant), Peter Sinfield (parolier), Keith Tippett (piano, piano électrique), Andy McCulloch (batterie), Robin Miller (hautbois, cors anglais)

Musiciens additionnels : Jon Anderson (chant 5 (Prince Rupert's Lament))

remarques

Troisième réédition pour King Crimson, cette fois en HDCD et sous pochette carton (miniature vinyle) en tirage limité

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
symphonique

Resté longtemps un des albums les plus controversés du groupe, Robert Fripp, lui-même, à la veille de ces remastérisations, avouait son détachement le plus total au sujet de cette production. Même si je ne peux que m'aligner sur cette déclaration, avouez que ce détail est amusant ; n'oublions pas qu'à la publication de ce disque, une année à peine après l'incroyable "In the Court", la destinée de King Crimson ne repose déjà plus qu'entre les mains de Pete Sinfield, sa plume, et Robert Fripp, son guitariste. On ne connaîtra jamais le fin mot de l'histoire... Quoi qu'il en soit, même s'il a clairement joué la carte du chantage affectif pour finalement libérer la cabine du capitaine, Fripp a bel et bien fini par s'approprier la paternité du groupe, délivrant au final un disque qu'il répudie aujourd'hui alors que, et c'est là toute la beauté du paradoxe, il doit en assumer la plus grande part de responsabilité. Si l'album comporte, bien sûr, des moments forts ("Cirkus", le coda de "Lizard" et sa guitare pétrifiante de perfidie), l'environnement sonore, renforcé par la présence exceptionnelle - et donc historique dans toute la carrière du groupe - d'un synthétiseur, s'éloigne à vrai dire des canons esthétiques autrefois érigés par le Roi Pourpre. Sa mélancolie tourmentée et passionnelle à laquelle le groupe nous avait déjà habitué est, en dépit des apparences, magnifiée, en dépit de ses problèmes internes, mais en choisissant délibérément le parti pris de l'extrême ; rococo, baroque, pompeux, classieux à souhait, autant de définitions qui collent à la peau de "Lizard", et qui en font un des favoris toute période confondue de l'élite progressive. Un paradoxe de plus pour ce groupe qui, bien qu'étant malgré lui l'instigateur de ce courant, n'aura de cesse, dans toute son histoire, le besoin de s'en défaire pour mieux l'outrepasser.

note       Publiée le jeudi 6 décembre 2001

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Lizard" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Lizard".

notes

Note moyenne        51 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Lizard".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Lizard".

Glapowski Envoyez un message privé àGlapowski

Adieu Ian.

Pas 6 parce que Red et Island, mais 5 parce que la musique de mes 18 ans, ça ne s'explique pas. Comme l'écrivait Rikkit il y a bientôt 6 ans, il y a Cirkus. Et le reste !

Merci d'avoir lu mes banalités.

Message édité le 14-02-2022 à 11:53 par Glapowski

Note donnée au disque :       
torquemada Envoyez un message privé àtorquemada

Adieu Gordon.

Note donnée au disque :       
Rikkit Envoyez un message privé àRikkit

Mon plus préféré de Crimson, parce que Cirkus.

Le plus ambitieux peut être aussi:

Note donnée au disque :       
(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

Le traitement de la voix sur "Happy Family" est tellement chelou que j'ai cru que mes enceintes déraillaient. Tout à fait, le plus prog-prog-prog, la suite classico-jazz-rock finale, avec la voix magique de Jon Anderson, témoigne encore une fois d'à quel point Crimson enfonçait tous les concurrents. Jouaient pas dans la même cour royale Fripp et ses fous.

Note donnée au disque :       
Alvus Dei Envoyez un message privé àAlvus Dei

Le plus progressifo-progressif, on est d'accord, mais certainement pas le moins bon! J'aime bien le Fripp acoustique, et Cirkus est un monument! Il est épatant celui-là avec son côté médiéval (du Sinfield quoi), même si le Crimson a fait mieux et fera tellement mieux plus tard... Bon, tout est relatif finalement, c'est l'un de ceux que j'aime le moins dans sa brillante discographie :3

Note donnée au disque :