Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSStarkweather › Croatoan

Starkweather › Croatoan

cd | 8 titres | 54:06 min

  • 1 Slither
  • 2 Taming Leeches With Fire
  • 3 Vespertilian
  • 4 Hushabye : Goodnight
  • 5 Silken Garotte / The Infinty Coil
  • 6 Machine Rhytm Confessional
  • 7 Bitterfrost
  • 8 Wilding

chronique

Styles
sludge
metal alternatif
metal extrême
black metal
death metal
doom metal
Styles personnels
crossover à base de mandragore pourrie..

Cauchemarécagedesque. Il n'y a pas meilleur adjectif pour qualifier ce Starkweather. Ayant sommeillé une décennie entière, le temps de devenir culte dans les chaumières des métalleux à marcel ou à barbe (ou les deux), pour se réveiller plus laid et difforme qu'il ne l'a jamais été, Starkweather serait selon quelques rédacteurs réducteurs un des papas de la fusion métal-hardcore (metalcore, en un mot). Une étiquette qui en aura trompé d'autres que moi j'imagine, car bien trop propre pour coller à Starkweather. D'ailleurs, en parlant de coller : ce Croatoan est du genre tenace, on y revient un peu nauséeux pour mieux se laisser submerger par ses intenses saveurs, sans jamais parvenir à saisir le fil conducteur de tout ça (si ce n'est la fascinante laideur). Pendant son long sommeil, Starkweather a dû macérer dans on ne sait quelles mixtures pour devenir une nouvelle espèce hybride, pas encore reconnue par la science. Une chimère diront certains. La composition de son métal est en effet si "autre", si complexe, qu'on serait tenté de la comparer au secret de la Chartreuse. De nombreuses plantes pour cette liqueur, comme de nombreux styles pour cet album, pas forcément immédiatement identifiables et tant mieux, fusionnent dans le corps viscoïde d'une créature aussi malsaine que fascinante. Starkweather use de tout sortilège et manigances techniques pour nous ennivrer. Mais son horreur si singulière, au delà de toutes ses prouesses alien (sainte-vierge, ces flashs de guitare-secteur plus toxiques que du Robert Fripp au milieu de "Vespertilian"...) tient avant tout au chant de Resmini. Ce mec, ou plutôt cette chose, est probablement l'un des plus beaux freaks hermaphrodites que j'aie jamais entendu sur un album de métal. Changeant sans cesse de peau avec une aisance non-humaine, ce chant mutant, mélange de Mike Patton version black et death, de Layne Staley post-mortem, de Jonathan Davis argileux, d'Eugene Robinson batracien, j'en passe et des moins confites, nous fait l'effet d'un nattō vocal (métaphore qui ne parlera qu'aux lecteurs familiers des restaurants japonais). Le liant : la peau de morve, la bave. Gluant-rugueux. La bave de l'amphibien... et la rugosité d'une peau de caméléon (même si ce camé ne s'appelle pas Léon mais en l'occurrence Rennie, ce qui explique sans doute pourquoi mon estomac fait des bulles à l'écoute de ses vocalises). Un chanteur halluciné et hallucinant donc, mais aussi bien sûr les sucs intimes de ce Croatoan, ses moments acoustiques à la Acid Bath, ou tous ses riffs-soli death technique en tumeurs tentaculaires et racines voraces... Protéiforme, tribal ("The Infinity Coil"), ancestral, sensuel ("Wilding"), hideux, cet album de sorcières métamorphes rampera dans la nuit jusqu'à votre tannière. Il façonnera les moisissures humides qu'il charrie pour leur donner tous les visages de votre peur, puis vous laissera migraineux dans vos draps collés par la sueur... la sueur de la peur...

note       Publiée le mercredi 10 avril 2013

partagez 'Croatoan' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Croatoan"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Croatoan".

ajoutez une note sur : "Croatoan"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Croatoan".

ajoutez un commentaire sur : "Croatoan"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Croatoan".

Rocky Turquoise › lundi 10 février 2014 - 13:28  message privé !

Evil Living Colour.

Note donnée au disque :       
Raven › dimanche 9 février 2014 - 02:01  message privé !
avatar

Le suivant avec oktopus de Dälek en guest est superbe aussi.... si Saï le fait pas avant faudra que je sorte du four une chro suffisament gratinée pour rendre hommage à la haute qualité de ce groupe. Encore plus occulte et incernable...

merci pour le fusil... › samedi 8 février 2014 - 21:53  message privé !

Bien crouteux et cthulhuesque juste ce qu'il faut. Et cette voix de banshee...

Note donnée au disque :       
boumbastik › mercredi 10 avril 2013 - 21:56  message privé !

Eh les chroniqueurs, faut vous calmer, on sait plus où donner de la tête !

(N°6) › mercredi 10 avril 2013 - 19:31  message privé !
avatar

Je souscris.