Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHerbie Hancock › Empyrean isles

Herbie Hancock › Empyrean isles

4 titres - 35:24 min

  • 1/ One Finger Snap (7:21)
  • 2/ Oliloqui Valley (8:31)
  • 3/ Cantaloupe Island (5:32)
  • 4/ The Egg (14:00)

enregistrement

Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, New Jersey, USA, 17 juin 1964

line up

Ron Carter (contrebasse), Herbie Hancock (piano), Freddie Hubbard (trompette), Tony Williams (batterie)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité. Les éditions internationales comportent des prises alternatives de "One Finger Snap" (7:33) et "Oliloqui Valley" (10:45) portant la durée du disque à 53:34

chronique

Voilà à peu près un an que Herbie Hancock, Ron Carter et Tony Williams ont intégré ce qui allait devenir le mythique second quintette de Miles avec l'arrivée de Wayne Shorter. Au printemps '64, nos trois acolytes se retrouvent pour la première de leurs deux rencontres au sommet avec Freddie Hubbard sur "Empyrean Isles", un des fleurons du catalogue Blue Note, un des tous grands disques de la période dite classique de Herbie Hancock. Un excellent album de post bop et de jazz modal tout simplement. "One Finger Snap" et "Oliloqui Valley" répondent à la première définition, avec le swing inimitable de Tony Williams qui fait d'emblée toute la différence. Bien que relevés et audacieux dans leur genre, je peux aisément comprendre que ces titres ne provoquent ni envie ni frénésie chez celles et ceux encore étrangers à cette grammaire. Mais la face B est d'anthologie. Tout le monde (ou presque) connaît "Cantaloupe Island", popularisé trente ans plus tard au plus fort de la vague acid jazz par US3 (le seul succès à mettre à leur crédit d'ailleurs, c'est tout dire). Mais le gros morceau, c'est encore "The Egg", certes moins connu, certes moins groovy - et pour cause - mais quelle superbe pièce de jazz innovant, curieux, progressiste... Adaptant à cette nouvelle formule les enseignements tirés de "Inventions & Dimensions", Hancock nous propose une nouvelle pièce abstraite articulée autour d'un phrasé lancinant au piano, soutenu par une batterie minimale qui ne garde du jazz que sa grande versatilité. La pièce se transforme peu à peu en pleine de jeu où chaque intervenant s'amuse à briser les conventions pour s'abandonner à une forme hybride de free jazz et d'avant-garde. Ron Carter, déjà excellent sur "Oliloqui Valley", nous gratifie d'un nouveau superbe solo à la contrebasse, faisant sonner ce dernier comme un violoncelle grâce à son travail à l'archet. Mystérieux, brumeux, "Empyrean Isles" ne pourra que séduire les amateurs de musique aux pavillons déployés à trois-cent-soixante degrés.

note       Publiée le jeudi 18 janvier 2007

partagez 'Empyrean isles' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Empyrean isles"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Empyrean isles".

ajoutez une note sur : "Empyrean isles"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Empyrean isles".

ajoutez un commentaire sur : "Empyrean isles"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Empyrean isles".

Klarinetthor › jeudi 13 juillet 2017 - 17:06  message privé !

la classe absolue... il y a dessus une unité, un feeling triste et beau qui se dégage de celui-ci.

Note donnée au disque :       
NevrOp4th › mercredi 29 septembre 2010 - 13:07  message privé !

Encore un chef d'oeuvre d'Herbie Hancock. La tonalité du disque sonne comme les meilleurs Miles Davis de sa période modale. C'est beau et on est vite conquis par la maitrise instrumentale des différents musiciens. The Egg est un des titres les plus ambitieux d'Herbie.

Note donnée au disque :       
dariev stands › mardi 12 mai 2009 - 14:58  message privé !
avatar

d'une beauté sans nom.... merci proggy.

Porn_And_Roses › mardi 18 mars 2008 - 20:40  message privé !
Très très bon. On ne peut se fatiguer de ce disque.