Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZJoe Zawinul › Zawinul

Joe Zawinul › Zawinul

5 titres - 35:40 min

  • 1/ Doctor Honoris Causa (13:47)
  • 2/ In a Silent Way (4:48)
  • 3/ His Last Journey (4:36)
  • 4/ Double Image (10:32)
  • 5/ Arrival in New York (1:57)

enregistrement

Atlantic Recording Studio, 6-12 aoôut 1970

line up

Walter Booker (contrebasse), Joe Chambers (percussions), Jack Dejohnette (melodica), Herbie Hancock (claviers, piano électrique), Billy Hart (percussions), Hubert Laws (flûte), Jimmy Owens (trompette), Woody Shaw (trompette), Wayne Shorter (saxophone), Miroslav Vitous (contrebasse), Joe Zawinul (claviers, piano électrique), George Davis (flûte), David Lee (percussions), Earl Turbinton (saxophone soprano)

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
jazz électrique > kozmigroov'

Je vous avais parlé de "Infinite Search" du contrebassiste Miroslav Vitous. Je vous avais touché un mot également de la trilogie fusion chez Blue Note signée Wayne Shorter, "Super Nova", "Moto Grosso Feio" et surtout "Odyssey of Iska". Cet album éponyme de Joe Zawinul est la dernière pièce à rajouter au dossier, le dernier témoin de l'aventure Weather Report qui est alors sur le point de commencer, là, à quelques mois seulement ("Arrival in New York City" introduisant à sa manière l'approche cinématographique qui fera le succès du groupe jusqu'à "Black Market" compris)... Les trois musiciens se retrouvent donc et vont bientôt mettre en commun cette passion qui les anime tous pour une musique plus impressioniste, tout aussi détaillée en riches éléments et autres nuances de mille et une couleurs, mais qui va radicalement s'échapper des voies toutes tracées par les formes les plus restrictives et académiques du jazz. Pas sot, Zawinul a, comme souvent, mis ses services à dispositions d'artistes de talent - et non des moindres puisqu'il s'agit ici ni plus ni moins de Miles Davis lui-même - afin de tester le potentiel de ses propres compositions. Je parle bien entendu du mythique "In A Silent Way" auquel Zawinul donne ici un nouvel éclairage, moins expensif mais tout aussi poignant. Moins abstrait, plus pondéré, l'album jete néanmoins les bases de cette musique impalpable, flottante, preque féérique, comme sortie d'un rêve. Des qualités rares et précieuses. "Doctor Honoris Causa" (dédié à Herbie Hancock qui participe par ailleurs à la fête) et plus encore "Double Image" en sont les manifestations les plus évidentes. Ce disque s'adresse à tous les amoureux de musiques libres et aventureuses. À celles et ceux qui aimeraient aussi élargir leur horizon et entendre ce qui a pu se faire de tout aussi enivrant aux abords de la galaxie Davisienne alors que le trompettiste allait radicaliser son propos. À celles et ceux enfin qui, comme moi, considèrent les premières années de Weather Report comme un instant charnière dans l'histoire du jazz contemporain.

note       Publiée le jeudi 27 avril 2006

partagez 'Zawinul' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Zawinul"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Zawinul".

ajoutez une note sur : "Zawinul"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Zawinul".

ajoutez un commentaire sur : "Zawinul"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Zawinul".

Coltranophile › mardi 11 septembre 2007 - 18:46  message privé !
Ornette a eu des problèmes de santé ces dernières années mais il semble aller mieux. En tout cas, son dernier disque est loin d'être infamant et le bonhomme joue encore. Cecil a l'air en pleine forme lui, toujours aussi explosif. Rollins a le même age qu'eux en effet, mais il musicalement il est foutu depuis longtemps. Puni peut-être pour avoir été adulé trop jeune et avoir brulé ses cartouches quand d'autre tracaient péniblement un sillon?
empreznor › mardi 11 septembre 2007 - 18:37  message privé !
et Rollins, il aurait pu y rester il y a 6 ans exactement; heureusement il a pu evacuer son immeuble avec son sax; mais bon il a 76 ans, et avec ce qu'il a pris jeune, je lui donne pas longtemps. Ornette Coleman a le meme age et ça pourrait bien etre leur tour bientot.
Coltranophile › mardi 11 septembre 2007 - 13:14  message privé !
C'est sur. De la génération bop et hard-bop, il reste Hank Jones et Rollins qui font vraiment figure de dinosaures. Jim Hall aussi. Tyner, Shorter, Hancock, Hubbard, c'est déjà la génération suivante. Elle commence déjà à disparaitre. Ornette et Cecil sont entre les deux, mais ils sont encore là. Assez vaillants d'ailleurs.
Tango Mago › mardi 11 septembre 2007 - 13:07  message privé !
Presque 20 ans jour pour jour après Jaco Pastorius. Heavy Weather.
torquemada › mardi 11 septembre 2007 - 13:05  message privé !
En même temps, dans les grands, il ne reste plus grand monde : Tyner, Shorter, Rollins.