Vous êtes ici › Les groupes / artistesDMiles Davis › Miles Smiles

Miles Davis › Miles Smiles

cd • 6 titres • 41:22 min

  • 1Orbits4:35
  • 2Circle5:52
  • 3Footprints9:44
  • 4Dolores6:20
  • 5Freedom Jazz Dance7:11
  • 6Gingerbread Boy7:40

informations

Columbia 30th Street Studio, New York City, USA, 24-25 octobre 1966

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

line up

Ron Carter (contrebasse), Miles Davis (trompette), Herbie Hancock (piano, piano électrique), Wayne Shorter (saxophone ténor), Tony Williams (batterie)

chronique

  • freebop

Trois compositions signées Shorter, une Miles et deux standards ("Freedom Jazz Dance", "Gingerbread Boy")... Le changement ne s'est pas fait attendre ! Entre les sessions de "E.S.P." et de "Miles Smiles", une bonne année s'est écoulée et le bond en avant est pour le moins considérable. Si "E.S.P." était bon et en tous points prometteur, "Miles Smiles" a de quoi soulever l'optimisme que son titre suscite tant il explose au-delà de toute espérance les tentatives d'avancées en territoire freebop. Car c'est bien de cela qu'il s'agit ici. Les cinq musiciens sont au sommet de leur art mais celui qui emporte vraiment tous les suffrages n'est autre que Tony Williams. Ses exploits sur scène au Plugged Nickel nous avaient déjà donné un avant goût de tout le talent du bonhomme, mais c'est sur "Miles Smiles" qu'il marque, pour la première fois et de manière concrète, des points significatifs aux côtés de Miles et ses acolytes. Une approche inédite du rythme, virevoltant autour des temps forts avec une mise en musique qui n'appartient qu'à lui, tout en éclats de cymbales et autres ghost notes frémissantes. C'est un électron libre ; bien que ne perdant jamais de vue qu'il est là avant tout pour assurer l'assise du groupe, secondé par ailleurs par le toujours solide Ron Carter, Williams permet à la musique du quintette de s'envoler vers d'autres strates, quelque part en suspension au dessus de nos têtes, dans un ballottement perpétuel tour à tour abstrait et mystérieux. Davis, Hancock et Shorter rivalisent de fulgurances mélodiques sur des titres dont le style d'écriture, au départ, semblait loin d'être d'une évidence absolue ("Orbits", "Dolores"). De son vivant, Miles n'aurait certainement jamais permis que l'on puisse faire de telles comparaisons, mais bien qu'il s'en soit toujours défendu, c'était sa manière à lui de toucher au free jazz initié par Ornette Coleman dix ans plus tôt, dans une forme hybride qu'il aura été le seul à exploiter, à même de satisfaire et ses envies et ses ambitions.

note       Publiée le jeudi 9 novembre 2006

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

Wayne Shorter - Adam's apple

Wayne Shorter
Adam's apple

pas seulement parce qu'on y trouve Footprints

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Miles Smiles" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Miles Smiles".

notes

Note moyenne        12 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Miles Smiles".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Miles Smiles".

Tamerlan Envoyez un message privé àTamerlan

Dommage que la production soit si mauvaise ! Si vous écoutez au casque, je vous souhaite bien du courage, car vous entendrez encore plus le son qui va et vient de gauche à droite en quasi-permanence. Mal de crâne garanti ! Et puis un coup Shorter est à gauche, un coup il se retrouve au milieu avec Miles sur une autre piste...Je ne comprends pas qu'une prod aussi pourrie ait pu exister alors que Miles était une star et que des albums comme Kind of Blue avaient une prise de son irréprochable. Qu'est-ce qui a bien pu foirer ici ?

Coltranophile Envoyez un message privé àColtranophile

Suis reparti sur la discographie de ce quintet. Un bien bel exemple de la mauvaise foi magique qui habitait Miles. Et de sa capacité à vampiriser ses musiciens tout en les émancipant. Il y a, comme le suggère la chronique, un élément "Ornette", sur Orbits et Dolores, difficile à ignorer. Mais, comme toujours, Miles ne veut rien devoir à personne (pas même à Parker qui l'avait lancé). Il se devait de se sentir unique. L'électricité sera son moyen de produire un "free" dont il pourra revendiquer la paternité sans qu'on vienne le chatouiller avec l'influence d'autres. On en est pas encore là, ici. Le groupe atteint déjà une symbiose hallucinante. On ne s'en rend compte que rétrospectivement mais la voie vers "A Silent Way" est ouverte.

Note donnée au disque :       
tom Envoyez un message privé àtom
fabuleux cette complicité entre les musiciens
Note donnée au disque :       
Botherhood Envoyez un message privé àBotherhood
Une énergie, une frâicheur, un véritable envol du quintet: les cinq musiciens s'ecoutent, parlent comme jamais. C'est une musique à la fois intelligente, précise mais qui se lâche finalement dans un free-jazz aussi électrisant qu'un éclair.
Note donnée au disque :       
CeluiDuDehors Envoyez un message privé àCeluiDuDehors
Le meilleur album du second quintet en acoustique.
Note donnée au disque :