Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHerbie Hancock › Mwandishi

Herbie Hancock › Mwandishi

3 titres - 44:58 min

  • 1/ Ostinato [Suite for Angela] (13:05)
  • 2/ You'll Know When You Get There (10:15)
  • 3/ Wandering Spirit Song (21:30)

enregistrement

Wally Heider Recording Studios, San Francisco, Californie, USA, 31 décembre 1970

line up

José "chepitó" Areas (guitare, percusisions, congas), Leon "ngudu" Chancler (percussions, batterie), Herbie Hancock (piano, piano électrique), Billy Hart (percussions, batterie), Eddie Henderson (percussions, trompette, cor anglais), Bennie Maupin (percussions, clarinette, flûte), Ronnie Montrose (guitare), Julian Priester (trombone), Buster Williams (basse, percussions)

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
kozmigroov'

C'est le second album de Herbie Hancock pour Warner, et le bonhomme est fraîchement débarqué du label culte Blue Note où il y a gravé quelques unes de ses plus belles pièces ("Empyrean Isles", "Maiden Voyage"). Participant conjointement au quintette de Miles Davis, il fût parmi les pionniers de cette formation à s'essayer au piano électrique. S'il a tâté de cette expérience sur "The Prisoner", puis "Fat Albert Rotunda" (sur Warner), ce n'est qu'à partir d'ici qu'Herbie Hancock va pouvoir tirer tout le potentiel de son clavier Fender Rhodes. Au sein d'un septet où on retrouve le clarinettiste Bennie Maupin (du groupe de Lee Morgan), mais aussi "Ndugu" Chancler (futur Weather Report) et José Areas, du Santana Band, la musique ainsi dépeinte, va s'élever dans les airs et y rester suspendue de longues minutes durant. A l'instar de Miles Davis et de Weather Report, Hancock va lui aussi s'essayer à cette forme embryonnaire de jazz électrique où les structures seront moins carrées (c'est à dire moins rock), mais plus élastiques, plus vaporeuses, plus libres. Rythmiques africaines, senteurs orientales, nuages cosmiques, voyages intersidéraux, délires fumeux, solii enflammés, on a droit à tout. Un vrai régal pour les oreilles en quête de dépaysement. "Ostinato" est le plus direct et le plus constant des trois longues plages présentes ici ; il en incarne aussi sa plus parfaite introduction. L'introspectif "You'll Know When You Get There" déteint sur "Wandering Spirit Song", qui, au cours d'incessants va et vient, va se laisser emporter par la furie de ce groupe généreux dans lequel s'illustre le flamboyant trompettiste Eddie Henderson. Sous forme de quitte ou double, "Mwandishi" est le premier mouvement d'une pièce en trois actes qui comptent parmi les plus belles réussites de ce que l'on appelle le jazz électrique dans sa forme la plus pure.

note       Publiée le lundi 1 juillet 2002

partagez 'Mwandishi' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Mwandishi"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Mwandishi".

ajoutez une note sur : "Mwandishi"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mwandishi".

ajoutez un commentaire sur : "Mwandishi"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mwandishi".

aur › jeudi 24 août 2006 - 17:25  message privé !
Ah ouais, mon morceau préféré ici est le méditatif "Wandering spirit sonf", un véritable voyage pour l'esprit !!!
Note donnée au disque :       
aur › jeudi 24 août 2006 - 17:23  message privé !
A écouter d'urgence, l'excellent LOve LOve de Julian Priester ! Co-produit par le tromboniste et Pat Gleason, ce chef d'oeuvre de kozmigroov regorge de glou glou de synthés, de nappes de mellotron, et donne lieu à des paysages impressionnistes dont le relief est mouvementé par l'apport de sulfureux enchevêtrement des rythmes et des thèmes sur Eternal words, alors que Images se perd dans une espèce d'orgasme free acid jazz vaudou du meilleur effet. Un excellent album tout en touches pastels, à écouter d'urgence !!!
Note donnée au disque :