Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSWayne Shorter › Speak no evil

Wayne Shorter › Speak no evil

6 titres - 42:10 min

  • 1/ Witch Hunt (8:11)
  • 2/ Fee Fi Fo Fum (5:54)
  • 3/ Dance Cadaverous (6:45)
  • 4/ Speak No Evil (8:22)
  • 5/ Infant Eyes (6:54)
  • 6/ Wild Flower (6:04)

enregistrement

Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, New Jersey, USA, 24 décembre 1964

line up

Ron Carter (contrebasse), Herbie Hancock (piano), Freddie Hubbard, Elvin Jones (batterie), Wayne Shorter (saxophone ténor)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité
L'édition internationale propose une prise alternative du titre "Dance Cadaverous" (6:35) portant la durée totale du disque à 48:48

chronique

Styles
jazz
jazz modal
Styles personnels
modal

L'Asie et ses grands mystères n'ont pas encore fini de faire tourbilloner la tête des hommes. La mise en exergue de l'approche modale passe aussi par ce souvenir humide de contrées tellement vastes qu'elles ont mis du temps à révéler tous leur secrets. Les musiques asiatiques et indiennes, répondants à des préceptes et des canons différents que celles des gammes classiques majeures et mineures sur lesquelles reposent le socle même de toute notre culture, permettent aux solistes occidentaux qui le désirent d'emporter avec eux une part de cette brume épaisse qui a rehaussé pour la postérité des disques comme "Kind of Blue" ou "My Favorite Things". Changement dans la continuité, tel pourrait être le credo de ce "Speak No Evil" à la classe folle. Mis à part Elvin Jones qui rempile pour la troisième fois consécutive, le line up figurant ici précède de quelque mois "E.S.P.", l'album qui officialisera le nouveau quintette de Miles Davis. Un Miles dont le rôle est repris ici par l'indéboulonnable Freddie Hubbard, toujours dans les bons coups. Deux pierres angulaires du jazz modal en moins de six mois... Wayne Shorter est en train d'apposer son empreinte de manière durable sur la scène jazz de sa plume affûtée et toujours aussi curieuse de collisions harmoniques prodigieuses. Un sens de l'espace inné qui fait comprendre d'autant mieux pourquoi Davis a arrêté son choix sur cet homme pour effacer le souvenir envahissant du géant Trane. Mais "Speak No Evil" est plus qu'un tour de chauffe. L'oblique "Dance Cadaverous" s'impose comme la pièce la plus introvertie du lot, où le saxophoniste déborde à tâtons de son style si caractéristique pour caresser les rivages de l'avant-garde. Tous les autres titres sont emballants, "Witch Hunt", "Fee-Fi-Fo-Fum" et la plage titre, autant de classiques indémodables, bercés par ce lyrisme et cette fragrance enivrante qui n'appartient qu'à lui. "Infant Eyes", ballade douloureuse, et "Wild Flower", mélodie douce amère, referment ce nouveau chapitre du petit génie avec maestria.

note       Publiée le jeudi 10 novembre 2005

partagez 'Speak no evil' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Speak no evil"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Speak no evil".

ajoutez une note sur : "Speak no evil"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Speak no evil".

ajoutez un commentaire sur : "Speak no evil"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Speak no evil".

Raven › samedi 7 mai 2016 - 00:29  message privé !
avatar

Parfait avec un robusto des familles.

Note donnée au disque :       
darkmagus › samedi 23 mars 2013 - 07:20  message privé !

à la première écoute de ce disque, je me suis dit "mais c'est à Shorter que doit revenir tout le succès du deuxième quintet de Miles Davis!", et puis au final ce disque m'ennuie, il y manque un je ne sais quoi, une luminosité, une évanescence, une incertitude......il y manque Miles!

Note donnée au disque :       
M-Atom › samedi 25 juillet 2009 - 10:51  message privé !

je dois bien avouer que shorter que ce soit ici ou sur "juju" a un effet soporifique sur moi...je ne me l'explique pas vraiment. peut être son coté "propre sur lui mais un peu polisson quand même" qui comme le souligne coltranophile est caracteristique de cette phase de transition mais qui a tendance a me gonfler.

Note donnée au disque :       
Coltranophile › mardi 13 novembre 2007 - 10:15  message privé !
Tu mets le doigt sur un problème que peu ose mettre sur le tapis, c'est la politique Blue Note de ces années-là qui devaient se relacher un peu par la suite mais Blue Note calibrait les sessions d'une façon bien plus stricte que Impulse par exemple. Beaucoup de disques placent les meilleurs titres dès le début, les morceaux sont assez courts, en somme on est presque dans une esthétique pop appliqué à du jazz allant du hard-bop à l'avant-garde. Même le "Out To Lunch" tant prisé me semble en partie aseptisé mais comme c'est Blue Note il y a immunité. Il faut dire que passé 1965 ils ont infléchi leur position et on a trouvé des sessions plus aventureuses.
Note donnée au disque :       
newbie › mardi 13 novembre 2007 - 09:40  message privé !

Je trouve que les chorus sont trop courts et les thèmes trop longuement exposés, bien qu'agréables.Dommage que Shorter ait doublé ses thèmes à l'entrée et à la sortie du morceau. Même sentiment pour Juju d'ailleurs.