Vous êtes ici › Les groupes / artistesDMiles Davis › Sorcerer

Miles Davis › Sorcerer

cd • 9 titres • 52:18 min

  • 1Prince of Darkness6:27
  • 2Pee Wee4:49
  • 3Masqualero8:53
  • 4The Sorcerer5:10
  • 5Limbo7:13
  • 6Vonetta5:36
  • 7Nothing Like You1:58
  • 8Masqualero (alt.take)7:30
  • 9Limbo (alt. version)5:31

enregistrement

Produit par Teo Macero. Enregistré par Frank Laico, Columbia Studio B au 30th street studio, New-York, mai 1967.

line up

Ron Carter (basse), Miles Davis (trompette), Herbie Hancock (piano), Wayne Shorter (saxophone ténor), Tony Williams (batterie)

Musiciens additionnels : Paul Chambers (basse 7), Jimmy cobb (batterie 7), Gil Evans (arrangements 7), Frank Rehak (trombone 7), Buster Williams (basse 9), Bob Dorough (chant 7), Willie Bobo (bongos 7)

remarques

Les titres 8 et 9 sont présents dans la réédition en bonus.

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
freebop

Cet album de Davis est celui du quintet. Comme pour son successeur, "Nefertiti", Davis ne signe rien, mais ici plus encore il se met de côté et laisse briller plus haut Hancock et Wayne Shorter. De "Pee wee", où il ne joue même pas, à "Vonetta", où malgré les soli, c'est bien Herbie Hancock et ses accords sublimes qui illumine le plus, "Sorcerer" est un album de groupe. "Masqualero" la merveilleuse, mélodique, harmonique, tour à tour aérienne, nocturne, lascive et percutante, est une alchimie exceptionnelle de sons, de notes, d'intentions et d'inflexions rythmiques par delà le discours ordinaire du modal : Hancock cherche le narratif et l'atmosphérique dans les armes de l'harmonie, de la joliesse, et les emportements qui les réunissent tous montrent bien que Davis, peu de temps après ça, plongera dans l'électrique. Dans ses neuf longues minutes les musiciens sont peintres, coloristes et conteurs, déjà les fresques futures aux timings symphoniques sont ici esquissées, Davis et ses amis cherchent à réinventer, à se surprendre, à user d'une rythmique aussi bien comme d'une danse, que comme d'une force tribale. Frénétique, le morceau "Sorcerer", pour qui s'y laisse tomber, est une véritable fusion entre les deux solistes, on voit l'un quand c'est l'autre et les deux s'évertuent à décrocher la Lune. Incarnation ultime du freebop, ce jazz rapide et typé, complexe et qui sut explorer jusqu'au bout les richesses mélodiques du modal, "Sorcerer", comme "Nefertiti", est à déconseiller à ceux à qui le jazz déplaît. On ne trouve pas ici l'évidence merveilleuse d'un "ascenseur pour l'échafaud", ni l'hypnotique mystique, universelle, de "Bitches brew". Juste du grand jazz.

note       Publiée le vendredi 21 mai 2004

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Sorcerer" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Sorcerer".

notes

Note moyenne        8 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Sorcerer".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Sorcerer".

Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

Très beau, oui, ce Miles Quintet "pré-électrique". Comme dit la chro : encore bien ancré, sur la forme, dans la période modale entamée par Kind of Blue, mais tirant déjà sur l'espèce de jazz "free-form" - mais qui ne sera pas vraiment "du free" dans l'esprit - de ce qui allait suivre à partir d'In a Silent Way puis Bitches Brew et toutes les mutations d'après. Une espèce de post-bop en effet, qui s'affranchit de ça en même temps, avec ses pièces aux structures relâchées, comme dit Sheer-Khan, une approche très coloriste, "peintre". Ce n'est pas encore Filles de Kilimandjaro - pour moi la toute dernière marche avant le "grand saut", et son annonce assez franche en même temps - mais on s'en approche déjà bien dans le côté navigation d'après les astres/aux instruments, de larges zones au moins des cartes marquées "terra (ou mare) incognita", les tracés des côtes et reliefs sur et sous la surface y "manquant". Je devrais l'écouter plus souvent, en fait, comme d'autres de cette période transitoire mais pas du tout vague entre-deux.

Message édité le 24-11-2021 à 16:07 par dioneo

Note donnée au disque :       
(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

Wayne Shorter bordel ! Mais il en a composé combien des morceaux sublimes ? Et "Sorcerer", le morceau, putain…

Note donnée au disque :       
aur Envoyez un message privé àaur
Quel album ! "Sorcerer", de Herbie, a déjà un petit air de danse vaudou. Incroyable talent de composition du quintet (j'ai un faible pour les compos de Wayne). Incroyable aussi cette aptitude à distiller le trouble, à danser au dessus des abysses voilés tout en dégageant cette sorte de sérénité placide, imperturbable ! La grosse claque !!!
Note donnée au disque :