Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSWayne Shorter › Etcetera

Wayne Shorter › Etcetera

5 titres - 43:13 min

  • 1/ Etcetera (6:21)
  • 2/ Penelope (6:46)
  • 3/ Toy Tune (7:24)
  • 4/ Barracudas [general assembly] (11:07)
  • 5/ Indian Song (11:35)

enregistrement

Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, New Jersey, USA, 14 juin 1965

line up

Joe Chambers (batterie), Herbie Hancock (piano), Wayne Shorter (saxophone ténor)

chronique

Styles
jazz
jazz modal
Styles personnels
post bop > modal

Enregsitré avant "Adam's Apple", "Etcetera" est en réalité la ressortie cd 1995 de l'album "The Collector" - à ce jour inédit sous cette forme - sous un autre titre et avec une playlist légèrement modifiée. Deux différences notables : Cecil McBee remplace ici Reginald Workman et le titre "The Collector", figurant désormais en tant que bonus sur les éditions internationales remastérisées de "Adam's Apple", n'apparaît plus. À ma connaissance, l'album qu'il faut désormais appeler "Etcetera" est le plus introspectif de toute la carrière de Wayne Shorter. La palette de son est plus restreinte de par la configuration du groupe et les compositions, assez sombres, renforcent cette impression. Pour toutes ces raisons, la filiation avec "Adam's Apple" est des plus évidente. Et parce que sorti tout droit de la ligne de mire de l'inhabituel "The All Seing Eye", on peut y entendre aussi l'écho d'une certaine noirceur. L'aprêté du message ne cherche pas à cacher que derrière cette carapace inviolable se dissimule un coeur tendre qui aime se lamenter à l'ombre des regards indiscrets (magnifique "Penelope"). Si "Etcetera" ne surprend pas davantage, alors que c'est du tout bon Shorter, c'est parce qu'il nous a déjà habitué à tout cela auparavant. L'album débute donc dans un esprit de continuité, sans réelles surprises. "Toy Tune" vient confirmer cela ; un morceau qu'il aurait très bien pu soumettre au quintette de Miles. "Barracudas", la reprise de Gil Evans, est correcte, mais longuette aussi. Et au moment où l'on s'apprête à quitter le disque séduit mais quelque peu déçu, le groupe revient à la charge avec un "Indian Song" époustouflant, halletant, inquiétant, et un Herbie Hancock une fois de plus fabuleux. Ne jamais douter ! Même dans ses moments en apparence les plus faibles, Wayne Shorter reste toujours aussi inspiré. Et il le prouve ici encore. Album obscur donc, voilà ce que l'on dira de cet "Etcetera" enfin réédité, auréolé de cette lumière blafarde qui nous appelle tout là-bas, quelque part à l'autre bout du tunnel.

note       Publiée le jeudi 10 novembre 2005

partagez 'Etcetera' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Etcetera"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Etcetera".

ajoutez une note sur : "Etcetera"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Etcetera".

ajoutez un commentaire sur : "Etcetera"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Etcetera".

Coltranophile › lundi 6 août 2007 - 19:17  message privé !
Une de ces sessions que Blue Note avait ranger dans un coin et on finalement ressorti sous une édtion appelé à disparaître fissa. Et pourtant, quelle session! Déjà, "Pénélope" est une des compositions les plus magique de Shorter. Shorter est de plus en plus libéré de ses influences premières, celle rythmique de Blakey et celle de Coltrane par ailleurs. On est plus proche de la souplesse du quintet de Miles tant harmoniquement que ryhtmiquement. Superbe.
Note donnée au disque :