Vous êtes ici › Les groupes / artistesDMiles Davis › Live - Evil

Miles Davis › Live - Evil

cd1 • 5 titres

  • 1Sivad15:13
  • 2Little Church3:14
  • 3Medley: Gemini/Double Image5:53
  • 4What I Say21:09
  • 5Nem Um Talvez4:03

cd2 • 3 titres

  • 1Selim2:21
  • 2Funky Tonk23:26
  • 3Inamorata and Narration by Conrad Roberts26:29

informations

The Cellar Door, Washington DC, et Columbia 30th Street Studio, New York City, USA, 6 février - 19 décembre 1970

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

line up

Khalil Balakrishna (sitar), Gary Bartz (saxophones alto et soprano), Ron Carter (contrebasse), Billy Cobham (batterie), Chick Corea (piano électrique), Miles Davis (trompette), Jack DeJohnette (batterie), Steve Grossman (saxophone ténor), Herbie Hancock (piano électrique), Michael Henderson (basse), Dave Holland (basse, contrebasse), Keith Jarrett (piano électrique, orgue), John Mclaughlin (guitare), Airto Moreira (percussions), Hermeto Pascoal (batterie, percussions, piano électrique, voix), Wayne Shorter (saxophone ténor & soprano), Joe Zawinul (piano électrique), Conrad Roberts (narrateur)

chronique

  • jazz électrique > kozmigroov'

Teo Macero a toujours été considéré comme un des éléments clés qui ont permis à Miles d'atteindre une nouvelle dimension, et je parle bien entendu de sa technique de l'editing studio, celle qui lui a permis de façonner de toute pièce des monuments comme "Circle In The Round", "In A Silent Way" ou "Bitches Brew" ; et je parle là autant des morceaux que des albums du même nom. "Live Evil", bien que redoutable, a pour tâche ingrate de nous montrer le revers de la médaille, autrement dit, les ratés de cette technique qui, au lieu de déchaîner les passions, engendre la frustration. Il faut d'abord savoir que ce double album hybride repose sur deux sources d'enregistrements distinctes ; des sessions studios en compagnie du polyinstrumentiste surdoué Hermeto Pascoal, et d'autres enregistrés en concert au Cellar Door de Washington en compagnie de John McLaughlin. Tel qu'exposé ici, on pourrait croire qu'il y a un monde de différence entre les deux. C'est en partie vrai, mais ce n'est pas là le problème numéro un. Si les premiers sont relativement courts et introspectifs (entre trois et cinq minutes), les seconds sont plutôt longs et terriblement énergiques (vingt minutes et par delà). Non, là où le bât blesse, c'est cette fameuse technique de montage studio qui, si elle se justifiait et se montrait pertinente concernant les morceaux susnommés, semble ici jouer du scalpel à tort et à travers et bien souvent dans les moments les plus inopportuns, faisant retomber la tension comme un soufflé quand celle-ci parvenait péniblement à s'ériger. On l'entend très nettement sur "Sivad" qui passe brutalement du chaud au froid en moins de temps qu'il me faut pour vous écrire ceci. Et malheureusement, ce n'est pas le seul endroit où Macero a sévi... Sans doute faut-il voir dans ce saucissonnage intempestif les impératifs d'un transfert au format 33t qui n'a plus de raison d'être aujourd'hui. En ce sens, la récente mise sur le marché du box six disques "The Cellar Door Sessions" permettra de rétablir la vérité historique et, accessoirement, jeter aux oubliettes ce "Live Evil" qui pourtant a toujours eu de quoi être excellent.

note       Publiée le jeudi 9 novembre 2006

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Live - Evil" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Live - Evil".

notes

Note moyenne        12 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Live - Evil".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Live - Evil".

Coltranophile Envoyez un message privé àColtranophile

Certes, on peut tomber à bras raccourcis sur Macero et ses choix de montage, parfois abrupts il est vrai. Cependant, les "Cellar Door Sessions" n'ont pas jeté aux oubliettes ce Live-Evil, bien au contraire. Macero a bel et bien, avec l'aval de Miles, cherché à restituer les fulgurances mais aussi les tiraillements qui traversaient la musique de Miles fin 1970. Cette période est une des plus créatives de l'artiste. Mais, aussi, une de remise en question constante avec les errances musicales qui vont avec- Miles n'a plus entièrement le contrôle de sa/ses formation(s) comme il pouvait l'avoir eu dans le passé. Toute "star" que fut Miles, et dans le Jazz cela ne veut pas dire grand chose, Columbia n'allait d'aucune façon sortir l'intégralité des Cellar Door Sessions à l'époque. La vue d'ensemble que l'on a d'ici est, finalement, assez fidèle à ce que la musique de Miles était à ce stade, même si, paradoxalement, cela se fait au prix du tronçonnage de celle-ci.

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane Envoyez un message privé àAladdin_Sane

Musique vaudou

Note donnée au disque :       
gregdu62 Envoyez un message privé àgregdu62

Deux écoutes de cet album et outre le montage live j'ai beaucoup apprécié les morceaux studio dont le sublime Little church composé par le brésilien Hermeto Pascoal. Puis je me suis lancé dans cellar door sessions. J'y vais tout doux car c'est intense. Mais à l'écoute du 1er soir de concert, Inamorata a remporté la palme (pourtant sans Moreira sur cette version). A tel point que j'ai embrayé avec la version donnée le soir suivant et encore un bijou ! La basse de Henderson me chamboule particulièrement et de superbes solos de Bartz (sur la 2ème version il est vraiment très prenant) mais c'est vraiment un ensemble. Je sais qu'il y a deux autres versions (dont celle de Live Evil), miam miam ! Sans oublier les autres morceaux, bien évidemment.

Note donnée au disque :       
(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

Pfff, DeJohnette sur "What I Say""… Loin de vouloir rembarrer les Grands Anciens, mais sur ce coup, Proggy, ça va pas… Le boulot de Macero fait intégralement partie du travail musical, comme un grand monteur sur un film. Un album complètement hallucinant, encore un autre. Plus digestible que Bitches Brew, moins cérébral que On the Corner, funky as fuck. Evil Miles is Good Miles.

aur Envoyez un message privé àaur
A noter, le live "another bitches brew" présente le même répertoire avec un Leon Ndugu Chancler encore très jazz (viré rapidemennt car refusant d'endosser le rôle de poids lours à la Budy Miles que Dejohnette avait endossé avec brillo), Mtume et Don Alias aux percus. Le rythme, tout aussi foisonnant, mais ralenti et plus africain, far out. Dans ce contexte, Jarret assure vraiement ! Un témoignage intéressant de l'année 1971 en live.
Note donnée au disque :