Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHFreddie Hubbard › Blue spirits

Freddie Hubbard › Blue spirits

7 titres - 62:04 min

  • 1/ Soul Surge (10:24)
  • 2/ Blue Spirits (12:14)
  • 3/ Outer Forces (9:35)
  • 4/ Cunga Black (5:15)
  • 5/ Jodo (7:07)
  • 6/ The Melting Pot (7:36)
  • 7/ True Colors (9:53)

enregistrement

Rudy Van Gelder Studios, New York City, USA, 19-26 février 1965 et 5 mars 1966

line up

Bob Cranshaw (contrebasse), Herbie Hancock (piano), Joe Henderson (saxophone ténor), Freddie Hubbard (trompette), Clifford Jarvis (batterie), Elvin Jones (batterie), Pete Laroca (batterie), Hank Mobley (saxophone ténor), Larry Ridley (contrebasse), James Spaulding (saxophone alto, flûte), Mccoy Tyner (piano, céleste), Reggie Workman (contrebasse), Kiane Zawadi (euphonium), Harold Mabern Jr. (piano), Big Black (conga), Hosea Taylor (basson)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné 24-bit japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
modal > post bop

Fruit de deux sessions (trois même, maintenant que l'édition cd comprend deux titres bonus), "Blue Spirits" n'en est pas pour autant inégal et s'impose même comme un épilogue bienvenu aux cinq courtes années que Freddie Hubbard passa sous l'aile protectrice du label d'Alfred Lion et Francis Wolff. Ces sessions à géométrie variable (en sextet, en septet ou en octet), échelonnées entre février 1965 et mars 1966, voient le trompettiste partager l'affiche avec quelques uns des plus prestigieux musiciens qui l'ont accompagné jusqu'ici, y compris quelques autres en plus, et non des moindres... Avec des gars comme Herbie Hancock, Joe Henderson, McCoy Tyner ou Pete La Roca, l'assise modale ne pouvait prendre que d'avantage de coffre. Enfant quelque peu illégitime de "All Blues", la plage titre est une relecture de plus de cette nouvelle façon d'aborder l'exercice soliste et qui fait désormais la loi. Pour ce dernier tour de piste, on retrouve bien entendu James Spaulding qui, après Sun Ra et Freddie Hubbard, ira bientôt rejoindre l'impérial Wayne Shorter. Mais fondamentalement, il n'y a rien de très aguicheur dans cette collection de titres (le plus audacieux s'avérant être "True Colors", l'une des deux plages bonus qui voit Herbie Hancock jouer du celeste sur un incroyable solo au basson exécuté par Hosea Taylor). L'ondulation de leurs mélodies glisse toute seule et trouve plus facilement son chemin jusqu'à nos oreilles toujours avides de sons nouveaux. "Blue Spirits" colle en fait très bien à l'imagerie du label Blue Note et se présente comme parfait complément aux disques publiés par Dexter Gordon, Lee Morgan ou Donald Byrd à la même période. Rien d'exceptionnel il est vrai, mais un niveau tout de même plus qu'acceptable et gage néanmoins d'une indéniable qualité. En somme, "Blue Spirits" est un album tout à fait correct, pas impérissable, mais qui donne une vue assez fidèle de ce que Freddie Hubbard pouvait accomplir de meilleur sans se mettre pour autant martel en tête à vouloir transgresser les règles à tout prix.

note       Publiée le samedi 9 juillet 2005

partagez 'Blue spirits' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Blue spirits"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Blue spirits".

ajoutez une note sur : "Blue spirits"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Blue spirits".

ajoutez un commentaire sur : "Blue spirits"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Blue spirits".