Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCJohn Coltrane › Olé

John Coltrane › Olé

cd • 3 titres • 36:48 min

  • 1Olé18:14
  • 2Dahomey Dance10:55
  • 3Aisha7:39

enregistrement

Atlantic Recording Studios, New York, USA, 25 novembre 1960

line up

John Coltrane (saxophones ténor et soprano), Steve Davis (contrebasse), Eric Dolphy (sous le nom de George Lane) (flûte, saxophone alto)), Freddie Hubbard (trompette), Elvin Jones (batterie), Mccoy Tyner (piano), Reggie Workman (contrebasse)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
jazz modal
Styles personnels
hard bop > jazz modal

Dernier disque pour Atlantic, "Olé" représente beaucoup de choses. Les sessions d'enregistrement de l'imposant "Africa/Brass" qui apparaîtra sur Impulse! la même année se préparent déjà, avec une formation élargie, quand Coltrane décide de jeter ses dernières forces dans l'enregistrement du présent disque. Sauf comparaison outrancière, on pourrait dire de ce "Olé" qu'il est à Coltrane ce que "Sketches of Spain" fut à Miles Davis. Un album au lyrisme à fleur de peau, renforcé par une foule d'invités qui en fait le frère siamois d'"Africa/Brass". Outre les membres réguliers du quartette, on trouve George Lane à la flûte, Freddie Hubbard, décidément dans tous les bons coups, à la trompette, Reginald Workman, essentiel, qui vient doubler les lignes de contrebasse de Steve Davis à l'archet, et surtout le fabuleux Éric Dolphy au saxophone alto, bien que non crédité sur le pressage d'origine. "Olé", la plage titre, fait partie de ces voyages mélancoliques et douloureux qui empruntent leurs structures à une certaine forme de jazz modal d'inspiration orientale. "Dahomey Dance" et "Aisha" ne faiblissent pas et portent en eux les mêmes splendides symptômes. Les textures sont démultipliées, les rythmiques dépassent le cadre du hard bop pour afficher une complexité nouvelle. Le jazz avance, progresse. Et Coltrane s'en fait le porte drapeau. On sent qu'avec ce nouveau disque, le quartette de Coltrane a franchi très clairement un nouveau palier, qu'il va s'employer à extrapoler sur Impulse! pour déboucher sur le fabuleux "A Love Supreme". Mais chaque chose en son temps. Pour l'heure, j'invite ceux qui l'ignorent à savourer ce disque à la petite cuillère.

note       Publiée le jeudi 1 août 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Olé".

notes

Note moyenne        46 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Olé".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Olé".

Coltranophile › mercredi 14 octobre 2020 - 12:32  message privé !

J'avais pas pensé à ça, tiens. J'en avais des boot de Coltrane et je n'ai plu souvenir de la moindre version d'Olé, en effet. C'est les live au Village Vanguard de 1961 qui font office d'Olé Live en quelque sorte.

Note donnée au disque :       
dimegoat › mardi 13 octobre 2020 - 21:45  message privé !

Je pourrais voir si Daverat en parle dans son bouquin mais je me demande si ce n'est pas lié au fait de ne pouvoir reproduire la pièce avec la formation réduite des concerts (edit: je me gourre, ce serait plutôt le cas d'Africa/Brass). Il semblait plus enclin à étirer ses "tubes" (my favorite things, en particulier) plutôt qu'à essayer de reproduire les œuvres déjà denses en studio. Va savoir...

Klarinetthor › mardi 13 octobre 2020 - 20:41  message privé !

la pièce est suffisamment importante pour qu'elle soit pas que sur du boot' j'imagine? La raison de cette absence en live doit bien figurer dans une biographie de COltrane, tu as essayé d'éplucher de ce coté-là? 3615 coltranophile, sinon?

saïmone › lundi 12 octobre 2020 - 21:53  message privé !
avatar

On sait s'il existe une version live d'Olé ? Je n'ai jamais rien trouvé... (bon, après tout 50 ans plus tard on retrouve bien des albums)

julayss › samedi 25 juillet 2020 - 17:44  message privé !

Olé c'est presque un flamenco en fait. 12 temps, mode espagnol phrygien...

Note donnée au disque :