Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCJohn Coltrane › Live in Seattle

John Coltrane › Live in Seattle

6 titres - 61:59 min

  • 1/ Cosmos (10:50)
  • 2/ Out of This World (23:39)
  • 3/ Body and Soul (21:24)
  • 4/ Tapestry in Sound (6:06)
  • 5/ Evolution (36:00)
  • 6/ Afro Blue (34:43)

enregistrement

Penthouse, Seattle, Washington, USA, 30 septembre 1965

line up

John Coltrane (saxophones soprano et ténor), Donald Rafael Garrett (contrebasse, clarinette basse), Jimmy Garrison (contrebasse), Elvin Jones (batterie), Pharoah Sanders (saxophone ténor), Mccoy Tyner (piano)

remarques

chronique

Styles
jazz
free jazz
Styles personnels
free jazz

La musique de Coltrane en concert commence à prendre des proportions épiques. "Live in Seattle" est un des deux seuls enregistrement officiels posthumes en concert publiés par Impulse! qui peut l'attester. McCoy Tyner et Elvin Jones sont encore dans le coup - plus pour longtemps - mais ne parviennent plus à cacher leur manque de plaisir flagrant à prendre part à cette fête, une torture pour eux. C'est, dirait-on, presque à contrecœur qu'ils entament cette grande célébration. "Cosmos", violent comme une tornade qui ne connaît pas le pardon, grossit cent fois à la loupe la fracture définitive et irréversible qui s'opère entre les anciens membres du quartette et le sang neuf que Coltrane s'inocule avec avidité. McCoy Tyner joue de son piano comme si de rien n'était, absent, pas concerné du tout par le tourment qui voit les trois cuivres se livrer bataille (Sanders, Coltrane et un Donald Garrett qui s'essaye aussi à la clarinette basse). Elvin Jones sue sang et eau, il s'accroche, il tient bon le bougre, mais vu la puissance du moteur que le saxophoniste a mis dans la bécane, il semble impératif d'adapter son mode de conduite afin d'en tirer le meilleur parti. Mais rien à faire, le changement de vitesse a du mal à embrayer sur la quatrième. Ce serait déjà ça de pris... Coltrane, lui, est parti. Il est loin, et Pharoah Sanders le suit à la trace. Il faut bien dix minutes avant que la section rythmique ose s'avancer sur la pointe des pieds sur un "Evolution" qui, au départ, sonnait comme la mise à mort de deux truies qui agonisent. C'est à se demander pourquoi Coltrane a encore consacré du temps à sa vie de groupe, à voir son travail de recherche sous un angle collectif ? Des musiciens largués pour la plupart, excepté un jeune qu'une telle audace stimule sans porter à conséquences, le grand prophète du ténor a tellement déblayé autour de lui qu'il est à présent seul, tout seul au monde. Ardu, et parfois même un petit peu pénible sur la longueur, "Live in Seattle" est une expérience à ne réserver qu'aux plus extrêmes d'entre vous.

note       Publiée le dimanche 27 novembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Live in Seattle".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Live in Seattle".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Live in Seattle".

necromoonutopia666 › lundi 29 septembre 2008 - 18:56  message privé !

ca y est je l'est écouté. Une petite merveille. J'aime bien le coté à la ramasse de certains musiciens comme le souligne progmonster, ca ne met que plus en valeur le jeu de coltrane gravitant effectivement très très loin aux dessus de ses comparses.

Note donnée au disque :       
Coltranophile › mercredi 24 septembre 2008 - 11:17  message privé !

Bon, passons sur l'appréciation toute personnelle des choses, les goûts et les couleurs comme on dit.... Mais l'analyse est complètement à coté de la plaque musicalement et historiquement parlant. Un, et pour couper les cheveux en quatre, Coltrane déboule en 55 donc durant la période strictement "hard-bop" et non "be/hard". Ces deux styles sont souvent confondus par les amateurs de raccourcis et non de jazz. Ensuite, Coltrane va vers l'hypertrophie de ce langage et arrive la période qu'inaugure maladroitement "Moment's Notice" et "Lazy Bird" sur "Blue Train" (1957) puis qu'il va imposer avec autorité sur "Giant Steps" deux ans plus tard. Heirophant oublie toute la période Atlantic sauf "Olé" qui est en fait enregistrer en même temps que les premières séances Impulse. Ensuite le quartet naissant avec Reggie Workman du début des années 60 va continuer sa route (avec Garrison comme nouveu contrebassiste) et progresser jusqu'en 65 qui est l'année phare et l'ultime charnière pour Coltrane. Cette formation aura joué quatre longues années ensemble, ce qui est beaucoup en jazz, soit la moitié de la décennie presque. Ensuite commence la période réellement "free"à partir de '66 car même ce "Live In Seattle", "Meditations" ou "Ascension" n'auront totalement rompu avec le modalisme. Le parcous de Coltrane mérite bien plus de nuances que ce découpage.

empreznor › mardi 23 septembre 2008 - 20:16  message privé !

heureusement que Proggy n'est plus là il evite la crise cardiaque.

M-Atom › mardi 23 septembre 2008 - 18:17  message privé !

moi j'aime beaucoup la "catastrophe de la fin". la période modale n'en est pas moins sublime mais s'arreter la concernant coltrane c'est faire l'impasse sur une période d'inspiration qui encore plus que les autres stigmatise le trait de caractere qui a mon sens fait de coltrane un génie: l'avant gardiste par excellence. la recherche perpétuelle du son ultime, le regard critique sur son travail qui le pousse a aller toujours de l'avant...etc. une période certe pas facile d'acces mais tellement ultime et sublime quand elle s'ouvre a vous qu'un commentaire aussi catégorique que celui qui précède ne peut que faire sourire...

heirophant › mardi 23 septembre 2008 - 17:10  message privé !

en fait, ya 3 périodes chez trane : le be/hard bop des debuts, la période modale du début des années 60, puis la catastrophe de la fin. Il va sans dire que sa meilleure période est au debut des années 60, avec des chefs d'oeuvre comme olé, africa, afro blue, impressions, india...c là qu'on a vraiment pu déceler son génie. Après, c de la branlette sans queue ni tete très agacante...

Note donnée au disque :