Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDMiles Davis › Kind of Blue

Miles Davis › Kind of Blue

cd • 5 titres • 45:52 min

  • 1So What9:25
  • 2Freddie Freeloader9:49
  • 3Blue in Green5:37
  • 4All Blues11:35
  • 5Flamenco Sketches9:25

enregistrement

Columbia 30th Street Studio, New York City, USA, 2 mars et 22 avril 1959

line up

Cannonball Adderley (saxophone alto), Paul Chambers (contrebasse), Jimmy Cobb (batterie), John Coltrane (saxophone ténor), Miles Davis (trompette), Bill Evans (piano), Wynton Kelly (piano)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité. Notez que la version européenne (CKL 64935) de 1997 contient une prise alternative qui vaut le détour du titre "Flamenco Sketches".

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
jazz modal

Il n'y a que peu de temps que Miles a rejoint l'écurie Columbia, se permettant peu à peu de changer les têtes qui veillent à la destinée de son quintette. Restent le fidèle Paul Chambers et John Coltrane, pourtant sur le départ d'une carrière solo qui commence à prendre son envol. Ensemble, ils vont entrer en studio pour enregistrer un disque qui fera date dans l'histoire du jazz, le premier à introniser l'écriture modale à laquelle, avant lui, Sonny Rollins s'était déjà essayé (prolongement d'un accord ou d'une mesure, laissant une plus grande place encore à l'expressivité des artistes) par sa fascination des musiques exotiques, majoritairement orientales. Mais le succès et l'universalité du propos qui est contenu sur les quarante cinq minutes du désormais éternel "Kind of Blue" ne seraient rien sans l'apport essentiel du pianiste Bill Evans dont la pondération et la mesure, la parcimonie impressionniste, alliées au sens mélodique imparable du trompettiste, vont emmener ces quelques innocentes notes vers des sommets jusqu'alors inégalés. D'ailleurs, le seul titre où le pianiste est absent, "Freddie Freeloader", au profit de Wynton Kelly, est bien le seul à ne pas traduire cette magie inhérente au disque. Alors, bien sûr, il y eut avant cela la musique du film de Louis Malle, "Ascenseur pour l'Échafaud", à l'ambiance aussi morose que brumeuse. Mais le trouble survenait d'un Miles confronté à son propre écho. Ici, il se voit secondé par Julian "Cannonball" Adderley et John Coltrane dont les langoureux chassés croisés restent d'anthologie. C'est comme si on était hors concours, hors propos, dérouté par tant de pureté, voire même, de perfection. Peu de mots arrivent à traduire le sentiment qui nous étreint à l'écoute d'un titre comme le noctambule "Flamenco Sketches". Ou alors peut-être... Plénitude. Beauté aveugle. Torrent de lumière jaillissant du néant. Allez savoir... "Blue in Green", "All Blues"... Oui, c'est bien de cela qu'il s'agit ; une tristesse infinie et inaltérable dont on ne pourra jamais s'extirper. En plus d'être intemporel, "Kind of Blue" est Le sésame qui permet à quiconque le désir de s'ouvrir au jazz (qu'il soit moderne ou non).

note       Publiée le jeudi 6 février 2003

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Kind of Blue".

notes

Note moyenne        49 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Kind of Blue".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Kind of Blue".

Dun23 › jeudi 28 mai 2020 - 18:38  message privé !

j'ai ri. Car c'est vrai.

Note donnée au disque :       
Raven › mercredi 27 mai 2020 - 15:49  message privé !
avatar

La version live sur In case you didn't feel like showing up est moins subtile, mais bien plus tubesque.

(N°6) › mercredi 27 mai 2020 - 15:27  message privé !
avatar

Certe oui. Moi c'est l'ostinato de All Blues qui me fait frissonner le plus.

Note donnée au disque :       
dimegoat › mercredi 27 mai 2020 - 15:21  message privé !

La première minute de So What est tellement subtile et tubesque à la fois.

(N°6) › mercredi 27 mai 2020 - 13:22  message privé !
avatar

Est-ce qu'il existe dans l'histoire de la musique enregistrée un seul album comparable en terme d'être "l'album qui aura servi de porte d'entrée à l'immense majorité de ses auditeurs à un genre considéré comme difficile" en sus d'être un album extrêmement important et novateur dans son domaine (jazz modal toussa) et d'avoir un statut de chef-d'oeuvre dans le canon ? Franchement je vois pas. J'avoue que "Blue in Green" ne me transporte toujours pas plus que ça, sinon que ça permet de se remettre un peu avant l'extraordinaire "All Blues", mais bon, comme tout le monde, je remercie Miles car bien sûr ça aura été mon premier album de jazz (ou presque, ça compte le nu-jazz ECM des années 90 ? et euh.... Naked City ? oui bon presque quoi...) et même si j'ai rien compris, c'était tellement facile de l'aimer. Ce qui explique aussi à la fois le génie du truc et le pourquoi du comment de son statut, car n'importe qui peut apprécier Kind of Blue dès la première écoute de la première note. (je l'apprécie bien plus aujourd'hui, même si objectivement je serai toujours plus amoureux du quintette à venir)

Note donnée au disque :