Vous êtes ici › Les groupes / artistesDMiles Davis › Porgy & Bess

Miles Davis › Porgy & Bess

13 titres - 50:53 min

  • 1/ The Buzzard Song (4:07)
  • 2/ Bess, You Is My Woman Now (5:10)
  • 3/ Gone (3:37)
  • 4/ Gone, Gone, Gone (2:03)
  • 5/ Summertime (3:17)
  • 6/ Oh Bess, Oh Where's My Bess? (4:28)
  • 7/ Prayer [Oh Doctor Jesus] (4:39)
  • 8/ Fisherman, Strawberry and Devil Crab (4:06)
  • 9/ My Man's Gone Now (6:14)
  • 10/ It Ain't Necessarily So (4:23)
  • 11/ Here Come de Honey Man (1:18)
  • 12/ I Loves You, Porgy (3:39)
  • 13/ There's a Boat that's Leavin' Soon for New York (3:23)

informations

Columbia Studios, New York City, USA, juillet - août 1958

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

line up

Cannonball Adderley (saxophone alto), Danny Bank (clarinette), Bill Barber (tuba), Joe Benette (trombone), Phil Bodner (flûte), Paul Chambers (contrebasse), Jimmy Cleveland (trombone), Jimmy cobb (batterie), Johnny Coles (trompette), Miles Davis (trompette, flugelhorn), Gil Evans (direction), Bernie Glow (trompette), Dick Hixon (trombone basse), Philly Joe Jones (batterie), Louis Mucci (trompette), Romeo Penque (flûte), Frank Rehak (trombone), Jerome Richardson (flûte), Ernie Royal (trompette), Willie Ruff (french horn), Gunther Shuller (french horn), Julius Watkins (french horn)

chronique

  • orchestral

Cette interprétation du "Porgy and Bess" de George Gershwin m'a toujours posé un problème. Le cas typique d'attraction - répulsion. Ce n'est pas un disque étrange ; c'est juste l'impression qu'il me laisse. Dans l'excellente biographie écrite par Ian Carr (membre fondateur de la superbe formation anglo-saxonne Nucleus, dois-je le rappeler ?), on apprend que Miles avait alors de sérieux problèmes de santé. Faut-il, par recoupement, en déduire que c'est dans ce malaise que se nourrit cette tension palpable, cette urgence ? On a encore rarement entendu Miles souffler avec une telle sensation de contrainte et de fatalité dans son instrument ("The Buzzard Song"), et là où il se laissait volontiers porter par l'orchestre sur "Miles Ahead", il prend ici clairement les devants en répandant son aura maudite sur l'ensemble. Ce n'est pas la première association à se frotter à l'adaptation de cette œuvre, mais Evans et Davis peuvent s'enorgueillir d'avoir été les premiers à en avoir fait quelque chose d'aussi singulier, tout en conservant intacte la dramaturgie inhérente à cette pièce. C'est la combinaison idéale entre un arrangeur de talent qui connaît "Porgy and Bess" sur le bout des ongles et une tête brûlée qui ne donne le meilleur de lui-même que quand il est confronté à quelque chose de nouveau. Son interprétation de "Summertime" est superbe et tout en nuance, alors que "Prayer (Oh Doctor Jesus)" dégage une force incroyable, soutenu par un orchestre qui retient ses notes avant d'exploser, face à un Miles de marbre, concentré et appliqué comme jamais. "Porgy and Bess" est parcouru de moments magnifiques, je dirais même incontournables, mais, selon mon état d'esprit et/ou de réceptivité, j'accuse plus ou moins bien le coup des plages plus "légères" (toute proportion gardée) qui s'intercalent entre deux prestations exemplaires. La musique pour big band m'a toujours un peu fatigué, et celle-ci a beau avoir une classe indéniable, je ne parviens pas à m'arracher à mes propres démons.

note       Publiée le mercredi 22 septembre 2004

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Porgy & Bess" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Porgy & Bess".

    notes

    Note moyenne        11 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Porgy & Bess".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Porgy & Bess".

    gregdu62 Envoyez un message privé àgregdu62

    Les albums avec Gil Evans ont été ma première découverte de Miles Davis (avec Kind of blue) via un coffret bien garni chopé alors à la médiathèque. Et c'est sur "Porgy and bess" que j'ai connu mes premiers frissons Miles Davis, dépassés ensuite par le chef d'oeuvre "Sketches of Spain". Finalement je reviens peu à ce "Porgy and bess". Je me retouve dans la chro de Progmonster en ce que des plages modèrent aussi l'impact quand je me le repasse. Parfois ça prend le dessus (4), parfois ce sont les temps forts qui l'emportent sur l'impression globale (5). Ce soir les temps forts l'ont emporté, en particulier l'enchaînement 'Prayer/'Fisherman'

    Note donnée au disque :       
    Olivista73 Envoyez un message privé àOlivista73

    Très beau disque. A écouter le soir tranquille

    Note donnée au disque :       
    darkmagus Envoyez un message privé àdarkmagus

    perso, "fishermen, strawberry and devil crab " à partir de 2 :20 et jusqu’à la fin me transporte totalement, Pour moi du niveau de la Saeta de « Sketches of Spain ».

    Note donnée au disque :       
    Dun23 Envoyez un message privé àDun23

    Prayer file des frissons, quand même.

    Dioneo Envoyez un message privé àDioneo  Dioneo est en ligne !
    avatar

    I loves it too.

    Note donnée au disque :