Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDMiles Davis › You're under arrest

Miles Davis › You're under arrest

9 titres - 42:59 min

  • 1/ One Phone Call / Street Scenes (4:34)
  • 2/ Human Nature (4:30)
  • 3/ Intro: MD 1 / Something's on Your Mind / MD 2 (7:17)
  • 4/ Ms. Morrisine (4:57)
  • 5/ Katia Prelude (0:40)
  • 6/ Katia (7:37)
  • 7/ Time After Time (3:37)
  • 8/ You're Under Arrest (6:14)
  • 9/ Medley: Jean Pierre / You're Under Arrest / Then There Were None (3:23)

enregistrement

Record Plant Studio, New York City, USA, janvier 1984 - janvier 1985

line up

Miles Davis (trompette, synthétiseur, voix), Al Foster (batterie), Robert Ivring Iii (synthétiseurs, claviers), Darryl Jones (basse), John Mclaughlin (guitare), John Scofield (guitare), Sting (voix), Vince Wilburn (Jr.) (batterie), Bob Berg (saxophones soprano et ténor), Marek Olko (voix), James Prindiville (effets, clappements), Steve Thornton (percussions, voix)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité.

chronique

Styles
jazz
pop
Styles personnels
fusion 80's

Je n'aime pas "You're Under Arrest". Voilà qui est dit. Maintenant qu'est-ce que je peux bien raconter pour essayer de rendre cette chronique un tant soit peu constructive, ou au moins distrayante ? Difficile. J'ai cru comprendre que, de manière générale, les spécialistes de la question n'avaient pas du tout apprécié son précédent effort, "Decoy", là où, précisément, je le trouvais tout bonnement sensationnel ; âpre, sans compromission, un essai "right in your face", un peu inégal il est vrai, et somme toute bien inhabituel pour l'artiste de la trempe que l'on connaît. Mais à choisir, très franchement, je préfèrerais mille fois un album qui bâtit son ambiance à coup de nappes de synthétiseurs plutôt qu'une succession de clichés, juste bon à servir de démo pour un logiciel Midi qui finira, un jour ou l'autre, c'est certain, comme muzak pour hall de gare. Ben, c'est un peu ça "You're Under Arrest". C'est du moins l'effet qu'il me fait. D'accord, on ne peut pas dire que Miles ait su tirer le meilleur parti du brillant Branford Marsalis sur le sombre "Decoy". Faut dire aussi que Miles a toujours eu une relation compliquée avec les saxophonistes (pour un mec qui a joué avec Parker et Coltrane, ça peut se comprendre), mais il serait injuste de croire que Miles fait mieux ici ; Bob Berg se fait à peine entendre ! Quant à la paire Scofield/McLaughlin, elle est là pour jouer les guest stars, et ils ne font vraiment rien de plus. Non, le haut le cœur survient à l'écoute de ces deux adaptations de "standards pop" qui ont fait le tour de la planète et que Miles traînera avec lui jusqu'au soir du dernier soir ; "Time after Time" de Cindy Lauper et "Human Nature" de Michael Jackson. Voilà pourquoi il m'arrive parfois de me féliciter de la disparition de quelqu'un. Vous imaginez, vous, Miles Davis en train de reprendre Nirvana ou Alanis Morissette ? Moi pas. Et Dieu soit loué, cela n'arrivera jamais.

note       Publiée le mardi 1 juin 2004

partagez 'You're under arrest' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "You're under arrest"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "You're under arrest".

ajoutez une note sur : "You're under arrest"

Note moyenne :        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "You're under arrest".

ajoutez un commentaire sur : "You're under arrest"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "You're under arrest".

oeil de fée › mercredi 20 juin 2018 - 10:50  message privé !

"Vous imaginez, vous, Miles Davis en train de reprendre Nirvana ?" Y'en a qui se sont aventurés sur un terrain du même genre!

https://www.youtube.com/watch?v=R4Amzt5eCKY

darkmagus › dimanche 14 juillet 2013 - 08:11  message privé !

Et aussi :

1 d’abord tout le monde a droit à son petit moment de faiblesse, d’autres sont passés par là, d’autres n’en ont pas eu le temps, morts trop jeunes, ils ont le bénéfice du doute. 2 les deux "standards pop" "Time after Time" de Cindy Lauper et "Human Nature" de Michael Jackson ne font que perpétrer la tradition des musiciens de jazz à se servir dans le répertoire populaire de leur époque: Miles l’a déjà fait dans le passé (Bye bye Blackbird, My Funny Valentine, Someday my prince will come), et beaucoup d’autres avant et après lui y ont puisé aussi : Donc mauvais procès. 3 imaginez les solos de MD avec sa rythmique des 60’ et tout le monde va (re)crier au génie, parce que les interventions de Miles l’interprète sont souvent excellentes, tout le reste n’est que de l’emballage, et concernant Miles, l’emballage, je m’en fous. 4 Y.U.A. n’est pas son dernier disque, donc la probabilité qu’il aurait continué à faire de la soupe est malvenue, car il y a eu une suite à Y.U.A., il y a eu Aura, Tutu, Amandla, The Hot Spot, Doo-Bop tous différents car Miles n’est (et n’aurait jamais été) là où on l’attend : Re-Mauvais procès.

Pour résumer, Y.U.A. est un mauvais disque (moins mauvais cependant que the man with the horn) de la formation de Miles Davis, mais un bon disque de l’interprète Miles Davis. Deux boules pour l’emballage, quatre pour la prestation de Miles, donc trois boules au final. P.S. pour Coltrano : de coke, les doses, de coke qu’elles étaient, il y avait longtemps qu’il avait abandonné l’héro (fin 1953 début 1954).

Note donnée au disque :       
darkmagus › dimanche 14 juillet 2013 - 08:10  message privé !

Je trouve certains commentaires bien durs avec Miles, parce-que sur ce disque, c’est la toile de fond qui pose problème, Miles lui est toujours au niveau, c’est un peu comme pour Charlie Parker ou de nombreux boppers enregistrés « with strings », ou Bix Beiderbecke dans l’orchestre de Paul Whiteman : Voyons le jeu de Miles :

One phone call : de l’humour (pas le fort de Miles) et légèreté : ok, pas bon. Human nature :, prestation de Miles excellente qui plane au dessus d’un accompagnement mielleux, entre désenchantement et résignation, il y a un petit quelque chose de Lester Young. MD1 : Miles soliste y est exceptionnel, son jeu rappelle quelque fois celui sur « In a Silent Way », quelque fois celui sur « Jack Johnson ». Mister Morrissine :Miles ni bon ni mauvais, c’est-à-dire meilleur que beaucoup d’autres. Katia :moi j’aime pas trop, un peu sec, punchy, très eighties, on pense à certains thèmes de Decoy ou de Star People, pas en mieux, pas en moins bien non plus. Time After Time : si on oublie l’accompagnement, Miles est au meilleur de lui-même, des notes étirées, insistantes émouvantes, sensibles, humanistes, proche de Mr. Pastorius sur Amandla. You’re Under Arrest : idem que Katia Medley :OK, on sort du jazz, ça n’est plus du Miles, mais ce même thème dans un album de prog et on crie au génie. J’adore « Jean-Pierre » : Miles tout en murmure, annonciateur du malheur imminent, j’adore le début, j’adore la fin, je crois bien que le milieu me plait aussi, bien qu’un peu trop réaliste.

Note donnée au disque :       
Ramon › vendredi 12 juillet 2013 - 13:18  message privé !

De la musique d'ascenseur même jouée par un Maître absolu, que dis-je...un Dieu, eh ben ça reste de la musique d'ascenseur même pas pour l'échafaud... c'est ce qui fait la différence entre un chef d'oeuvre et un machin qui permet de payer ses (grosses) factures.

Note donnée au disque :       
Coltranophile › mardi 18 septembre 2007 - 16:25  message privé !
Infame et infamant. Une daube sans nom, un disque-tapin pour que papa Miles puisse continuer à se payer ses doses d'héroine.
Note donnée au disque :