Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDMiles Davis › Black beauty

Miles Davis › Black beauty

9 titres - 79:20 min

  • 1/ Directions (10:46)
  • 2/ Miles Runs the Voodoo Down (12:22)
  • 3/ Willie Nelson (6:23)
  • 4/ I Fall in Love Too Easily (1:35)
  • 5/ Sanctuary (4:01)
  • 6/ It's About That Time (9:59)
  • 7/ Bitches Brew (12:53)
  • 8/ Masqualero (9:07)
  • 9/ Spanish Key/The Theme (12:14)

enregistrement

Fillmore East, USA, 10 avril 1970

line up

Chick Corea (piano électrique), Miles Davis (trompette), Jack Dejohnette (batterie), Steve Grossman (saxophone soprano), Dave Holland (basse, contrebasse), Airto Moreira (percussions)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
jazz électrique > kozmigroov'

Le principal intéressé et les gars de chez Columbia n'ont pas fini d'exploiter le filon des nombreuses prestations données par Miles et son groupe entre 1970 et 1972. Comparé à l'autre live au Fillmore - Ouest cette fois - publié quatre ans plus tôt (mais qu'il précède en réalité de deux mois chronologiquement parlant), "Black Beauty" paraît bien plus abstrait. C'est que le trompettiste doit composer avec ce qu'il a alors sous la main. La plupart des grands noms se sont mis à leur propre compte (John McLaughlin et Billy Cobham pour le Mahavishnu Orchestra, Wayne Shorter et Joe Zawinul pour Weather Report) ne laissant d'autre choix à Miles que de se débrouiller avec un langage musical tout à fait nouveau dont il va devoir défendre la paternité. C'est peut-être donc dans ce doute, cette hésitation et - n'ayons pas peur des mots - cette peur qu'il faut aller trouver les nuances et les variables qui vont, le temps d'un concert historique en première partie du Grateful Dead, pousser tout le groupe à plonger dans l'inconnu. Les titres ont beau être clairement indiqués dans les notes de pochettes, et à l'oreille les thèmes sont bel et bien exposés, il n'empêche que le traitement qui en est fait est on ne peut plus libre, s'écartant, volontairement ou par dépit, allez savoir, des enregistrements originaux. Tel un phare, Miles veille à toujours rester le garant du semblant de mélodie dont se parent les titres les plus emblématiques de cette période. Ici, et plus encore que sur "Bitches Brew", on peut dire qu'il goûte au free défendu, emporté lui aussi par la tournure des évènements. Parce que la musique contenue sur ce live semble impalpable et irréelle, cette heure vingt de délires fumeux parvient à dégager la même densité que les premiers Weather Report, les meilleurs, les plus intemporels, mais les moins faciles d'accès aussi. À noter le gros boulot de Steve Grossman au soprano et Chick Corea (seul clavier là où il y a peu il y en avait encore trois), pour beaucoup, les artisans de cette ambiance unique.

note       Publiée le jeudi 9 novembre 2006

partagez 'Black beauty' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Black beauty"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Black beauty".

ajoutez une note sur : "Black beauty"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Black beauty".

ajoutez un commentaire sur : "Black beauty"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Black beauty".

aur › samedi 6 octobre 2007 - 12:01  message privé !
Grossman, je le préfère en studio, sur "Go ahead John", par exemple, il est très bon. Sinon, les live de stone alliance, avec Don Alias et Gene Perla sont très bons aussi. Sur son live at the Lighthouse, Elvin Jones joue avec les futurs Stone Alliance, Dave Liebman et Jan Hammer, mais cet album n'a malheureusement pas réédité. Dommage !
Note donnée au disque :       
Coltranophile › jeudi 4 octobre 2007 - 14:57  message privé !
Tout à fait d'accord, les musicens deviennent à ce moment-là des intervenants "coloristes" ou "pointillistes" qui apportent tour à tour une couleur mais la musique n'a plus pour but d'ouvrir des fenêtres pour que les solistes défilent. Et c'est vrai que a liste est loin d'être infamante, on peut y ajouter Carlos Garnett et même Azar Lawrence aussi si mes souvenirs sont bons. Beaucoup de sax très coltraniens en fait (Shorter l'était aussi).
Ayler › jeudi 4 octobre 2007 - 14:19  message privé !
Steve Grossman, Gary Bartz, Dave Liebman, Sonny Fortune... Miles aurait pu trouver pire (-; Au-delà, sa musique devient de plus en plus rythmique : ce n'est plus vraiment une musique de soliste. Enfin, c'est ainsi que je la ressens.
Note donnée au disque :       
Coltranophile › jeudi 4 octobre 2007 - 13:42  message privé !
Il faut tout de même admettre, malgré les réussites que sont "Pangaea", "On The Corner" ou "Get Up With It" que le départ de Shorter aura posé quelques soucis à Miles. Comme cette période est assez schizophrénique (et ça fait partie de sa créativité) dans l'ensemble, on sent parfois que les musiciens eux-mêmes ne devaient pas être rassurés de jouer avec Miles.
aur › jeudi 4 octobre 2007 - 13:28  message privé !
Corea est très fort ! On croirait entendre du Sun Ra ou du Mike Ratledge par moments, mais Grossmann est un peu chiant. A ce qui paraît, Miles aurait joué en première partie des Soft Machine. Imaginez Miles improviser avec Hopper et Wyatt ! çà aurait été trop mortel. (fantasme idiot de mélomaniaque!!!)
Note donnée au disque :