Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDMiles Davis › Cookin' with the Miles Davis quintet

Miles Davis › Cookin' with the Miles Davis quintet

5 titres - 33:15 min

  • 1/ My Funny Valentine (6:03)
  • 2/ Studio Chatter/False Start (0:24)
  • 3/ Blues by Five (10:01)
  • 4/ Airegin (4:27)
  • 5/ Tune Up/When Lights Are Low (13:11)

enregistrement

Van Gelder Studios, Hackensack, New Jersey, USA, 26 octobre 1956

line up

Paul Chambers (contrebasse), John Coltrane (saxophone ténor), Miles Davis (trompette), Red Garland (piano), Red Garland (piano), Philly Joe Jones (batterie)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
hard bop

Tout a commencé en 1956. Oubliez ce "Birth of the Cool" dont on ne pourrait raisonnablement pas lui en donner la paternité. Oubliez aussi son passage éclair chez Blue Note, avec ses deux volumes sous le bras et ses noms d'invités prestigieux. Oubliez donc tous ces exercices de style bop desquels Miles est parvenu à s'extraire, fort d'un son clair et pénétrant. Les compteurs sont désormais à zéro. Miles repart au charbon, se reprend en main et laisse de côté ses soucis d'ordre pharmacologique pour revenir à l'essentiel. Impossible de dissocier vie et musique. Aussi, en reprenant goût à l'un, l'autre s'enrichit presqu'instantanément de cette impulsion salvatrice. Beaucoup considèrent 1956 comme une année phare pour l'ange noir. Et à juste titre. Il constitue son premier quintette, un "all star band" d'une classe folle et au feeling hors du commun. Armé de sa trompette, de plus en plus incisive, toujours en quête perpétuelle de la note juste et économe, Miles voit évoluer autour de lui sans doute la meilleure section rythmique de l'époque : le tonitruant Philly Joe Jones à la batterie et le généreux Paul Chambers à la contrebasse. Le virtuose Red Garland, digne héritier d'Erroll Garner, viendra quant à lui faire chanter ses touches d'ivoire. Ici, tout est question de dynamique. Miles a besoin d'être boosté, poussé dans ses derniers retranchements. À cette équipe déjà survoltée vient se joindre un jeune et fougueux saxophoniste : John Coltrane en personne. "Cookin'" est le premier volume d'un chapitre en quatre parties, tous témoins de sessions échelonnées entre mai et octobre où le groupe s'est fait un point d'honneur à enregistrer dans des conditions identiques à celles de leurs prestations en club ; ce qui explique la chaleur qui s'en dégage, et ce qui donne encore plus de force à l'extraordinaire osmose qui lie chacun des cinq musiciens. L'interprétation tout en nuance de "My Funny Valentine" et la suite "Tune Up/Where Lights Are Low", à la transition impeccable, sont parmi les moments forts de ce disque.

note       Publiée le mercredi 3 décembre 2003

partagez 'Cookin' with the Miles Davis quintet' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Cookin' with the Miles Davis quintet"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Cookin' with the Miles Davis quintet".

ajoutez une note sur : "Cookin' with the Miles Davis quintet"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cookin' with the Miles Davis quintet".

ajoutez un commentaire sur : "Cookin' with the Miles Davis quintet"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cookin' with the Miles Davis quintet".

NevrOp4th › lundi 12 octobre 2009 - 17:17  message privé !

Album très bon de la part du Miles Davis Quintet. J'apprécie beaucoup le hard bop en général ( plus que le free déjà), mais force est de constater que ce disque malgrès sa demi-heure de musique proposé est vraiment d'une classe absolue. la trompette de Miles Davis est vraiment chaleureuse et direct, pas besoin d'en faire plus ; ici la douceur du souffle de Miles est en pleine harmonie. Les apparitions de John Coltrane ce font très remarqué. Artiste de génie, qui, démontre dans ce Quintet l'étendu de son talent. La paire rythmique n'est pas en reste : le jeux de batterie est très clairement posé et décisive , Break, jeux à la charleston, solo , c'est parfait. Pour moi Philly Joe Jones fait partis des meilleurs batteurs de tous les temps dans le jazz avec Elvin Jones, Art Blakey et Max Roach. D'une grande rigueur qui ne s'aperçoit pas forcément aux premières écoute, ce "Cookin" est un disque de grande classe totalement assumé.

Note donnée au disque :