Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDMiles Davis › tutu

Miles Davis › tutu

8 titres - 42:22 min

  • 1/ Tutu 5.15
  • 2/ Tomaas 5.32
  • 3/ Portia 6.18
  • 4/ Splatch 4.45
  • 5/ Backyard ritual 4.49
  • 6/ Perfect way 4.32
  • 7/ Don’t lose your mind 5.49
  • 8/ Full Nelson 5.05

enregistrement

Produit par Tommy LiPuma et Marcus Miller sauf «Backyard ritual», produit par Tommy LiPuma et George Duke. Ingénieurs : Peter Doell à Capitol Records et Eric Clavi à Clinton Recording.

line up

Miles Davis (trompette), George Duke (tout sauf percussions, basse et trompette sur «Backyard ritual»), Omar Hakim (batterie et percussions sur 2), Jason Miles (programmations), Marcus Miller (tous insturments non crédités par ailleurs), Paulhino Da Costa (Percussion sur «tutu, Portia, Splash, Backyard Ritual») ; Adam Holzman (clavier solo sur «Splash») ; Michael Urbaniak (violon électrique sur «Don’t loose your mind»).

chronique

Styles
jazz
rock
Styles personnels
fusion 80's

«Tutu»… ou l’arlésienne. La grande déclaration 80’s de Miles Davis émerveille, subjugue, puis nous abandonne là, dans cette nuit esquissée, dans le décor surfait et épuré pour plaire d’un penthouse luxueux. À la recherche d’une pure esthétique Davis trouvera Miller, livrant avec «Tutu» une référence mythique qui n’est au fond rien d’autre qu’un néo-jazz bourgeois. Bien sûr, l’appartement racé aux lignes pures et modernes dans lequel nous convie cette musique d’atmosphère a de quoi nous séduire ; moderne, équilibré, canapés et fauteuils de cuir et bel inox ; les lumières sont éteintes, et par les baies vitrées qui donnent à voir New-York la blancheur de la lune s’écrase sur la moquette épaisse et impeccable. «Tutu» se veut nocturne, carré et efficace, Marcus Miller fait tout, de la batt’ à la basse à la basse clarinette, installant des structures jazz-rock et synthétiques aux syncopes bien simplistes et au milieu desquelles Miles passe comme un fantôme. Le résultat fait date dans l’histoire du beau son comme un «Miami Vice» dans l’histoire des séries… ça n’est pas «Bitches Brew», c’est pas «Starsky & Hutch». Il y a des nostalgiques qui s’en délectent encore par crainte d’oser douter du sorcerer Davis, mais ce qui a fait date est aujourd’hui daté. Stylisé, épuré, fabriqué, voici du jazz-rock sec aux angles esthétisants, bardé d’à coups sonores sur fond de basse d’époque, aux percussions 80’s sans idée et sans force, sur les à plats duquel une trompette distante, froide et désincarnée n’arrive pas à sortir du cadre de l’ornement. Les thèmes jazzifiants composés par Miller qui viennent donner l’allure que doit avoir chaque pièce, sont calmes et rutilants, une bien curieuse union servie par des claviers veloutés et précieux qui le reste du temps, brillent par leur triste absence. La recette est facile : la basse fait des rondeurs, la batterie est réduite à son jeu minimum tandis que le claquant de sa frappe imbécile est produit au Roland, des syncopes surdosées pour débutants en funk… et l’espoir que Davis et sa trompette d’argent illumine ce désert comme lune au Sahara. «Tutu» ou l’arlésienne… car il y avait ici quelque chose à trouver, car il y a chez Davis qui passe sans regarder des coups d’œil qui ne trompent pas, dans cette tentative de chercher pour le maître un décor stylisé des réussites troublantes. De cette chose trop consciente s’échappent quelques étoiles, des convergences sonores habiles et séduisantes… des instants habités. Mais est-ce vraiment Davis ? Ou n’est-ce que sa partie émergée et voyante… comme si de l’être entier on n’avait su retenir que cet étrange visage, typique et fascinant, épuré des oreilles et surgissant du noir comme un jazzman sans main… comme un vulgaire logo.

note       Publiée le dimanche 2 novembre 2003

partagez 'tutu' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "tutu"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "tutu".

ajoutez une note sur : "tutu"

Note moyenne :        17 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "tutu".

ajoutez un commentaire sur : "tutu"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "tutu".

bubble › mercredi 20 novembre 2013 - 11:50  message privé !

arretez vos conneries , miles est pas mort il était encore avec moi ce matin dans ma caisse .. je pense même le reprendre en stop ce soir en sortant du taffe ..

saïmone › mardi 19 novembre 2013 - 21:49  message privé !
avatar

91 bro, 91. (edit: ok je viens de comprendre)

SEN › mardi 19 novembre 2013 - 18:48  message privé !

Miles est mort en 1975, le type qui est revenue dans les années 80 c'est pas lui ! J'ai vu "l'invasion des profanateurs de tombes", je sais de quoi je parle !

Note donnée au disque :       
stankey › mardi 19 novembre 2013 - 09:48  message privé !

Je n'ai jamais su quoi penser de ce truc là. Design musical ? Ce ne sont pas tant les sonorités léchées ultra 80s, j'ai bien pire que ça (bah oui...), non, c'est le sentiment d'une musique superficielle qui me gène. Tout dans ce fameux "feeling", pas d'émotion. Venant de plein d'autres musiciens, ça ne m'aurait pas choqué, sauf que là on a affaire à Miles Davis... Bon il y a 'Tomass' qui sort quand même du lot. Oui la chro est juste: musique pour loft, un meuble au milieu des autres, comme une télé allumée que personne ne regarde...

NevrOp4th › mardi 14 septembre 2010 - 07:25  message privé !

Pas si dégueu que çà. J'aime bien ce son eighties avec tous ses claviers, çà donne une ambiance assez austère et bien froide qui me parle assez je dois dire. Puis Miles, comme d'hab quoi ...

Note donnée au disque :