Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDMiles Davis › The Man With the Horn

Miles Davis › The Man With the Horn

cd | 6 titres | 52:39 min

  • 1 Fat Time [9:56]
  • 2 Back Seat Betty [11:16]
  • 3 Shout [5:51]
  • 4 Aïda [8:12]
  • 5 The Man With the Horn [6:35]
  • 6 Ursula [10:46]

enregistrement

CBS Recording Studio, New York City, USA, mai 1980 - mai 1986

line up

Miles Davis (trompette), Bill Evans (saxophoniste) (saxophone soprano), Sammy Figueroa (percussions), Barry Finnerty (guitare), Al Foster (batterie), Robert Ivring Iii (synthétiseur, piano, claviers), Marcus Miller (basse), Mike Stern (guitare), Vince Wilburn (batterie), Felton Crews (basse), Randy Hall (synthétiseur, guitare, Moog, chant)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité.

chronique

Styles
jazz
rock
Styles personnels
fusion 80's

L'omniprésence de Miles au cours de la décennie précédente n'était en réalité qu'un leurre intelligemment entretenu. Depuis "Get Up with It", enregistré en 1974, la plupart des albums du trompettiste qui allaient suivre se déclinaient en de dithyrambiques doubles prestations en concert, quand il ne s'agissait pas tout simplement de recueils aux vertus anthologiques. En réalité, depuis 1976, Miles s'était purement et simplement retiré pour de graves raisons de santé. Aussi ne faut-il pas perdre de vue que quand paraît enfin en juillet 1981 ce nouvel album de Miles, c'est véritablement à une résurrection à laquelle on assiste, et non pas au retour calculé d'un artiste qui, après avoir pris du recul pour se repositionner par rapport à son œuvre, se remettrait au charbon. Fatalement, on ne peut pas dire que ce soit la toute grande forme mais force est de constater que Miles reste toujours aussi alerte puisqu'il saisit, dès les premières mesures, l'essence même de la nouvelle décennie qui s'offre à lui. Pour le pire ("Shout" et la plage titre, des compositions de l'artiste R'n'B Randy Hall, qui va même jusqu'à pousser la chansonnette sur cette dernière...), comme pour le meilleur ; "Back Seat Betty", référence évidente à sa lubrique ex-épouse, où Miles varie les motifs (incluant même une passage de "In a Silent Way" dans le phrasé de Bill Evans) et instaure une thématique que l'on retrouvera sur ses prochains albums (les lourds accords en ré et en fa plaqués par des guitares vindicatives), mais aussi "Aïda" et "Ursula", s'inscrivant dans le prolongement d'une tradition honorée par l'artiste (un jeu très réminiscent de ses attaques éclairs période "On the Corner" pour le premier, plus classique et plus proche de ses enregistrements pré "Seven Steps to Heaven" sur le second). C'est un Miles diminué dans ses capacités à jouer qui nous revient, mais ses idées restent claires. Et il ne va pas tarder à nous le prouver.

note       Publiée le mardi 1 juin 2004

partagez 'The Man With the Horn' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The Man With the Horn"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Man With the Horn".

ajoutez une note sur : "The Man With the Horn"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Man With the Horn".

ajoutez un commentaire sur : "The Man With the Horn"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Man With the Horn".

mangetout › samedi 24 janvier 2015 - 11:31  message privé !

Le Miles du retour au début des années 80, tant critiqué, mais les critiques de l'époque l'ont-ils seulement écouté ? La fièvre et le groove sont toujours présents (les plus de 11 min de "Back seat Betty"), les débordements aussi et les nouveaux musiciens derrière lui n'ont rien de transparent, notamment Marcus Miller et Mike Stern (cf. le terrible "Fat time"). Alors certes on est loin du jazz pur et dur mais la qualité est toujours là et puis ce son mes aïeux !!!

Botherhood › mercredi 17 janvier 2007 - 15:42  message privé !
Je vais être le seul à dire que ce disque est génial, tout en reconnaissant qu'il n'est pas très important dans la carrière de Davis. Mais cette musique est celle que j'écoutais petit... La ligne de basse de Fat Time et le solo extraordinaire de Mike Stern, les nappes inquiétantes de Back Seat Betty, le riff de Shout, la violence d'Aida... le médiocre "Man with the horn, il est vrai. Mais ça reste quand même divin
Note donnée au disque :       
edenbeast › vendredi 10 novembre 2006 - 03:24  message privé !
et bien moi j'aime bien cet album, je le trouve tres frais. limite lumineux (surtout si on le compare aux precedents, Agartha et Pangaea). un bon solo de Mike Stern qui fait toujours son effet sur Fat Time, et un Black Seat Betty tout aussi efficace. effectivement la chason RnB n'est pas du meilleur gout, mais y'a pire quand meme. on lui preferera l'album suivant le live We want Miles, prouvant que le prince n'est decidement pas mort.
Note donnée au disque :       
torquemada › mardi 1 juin 2004 - 19:10  message privé !
ajouter des vocaux n'est franchement une des meilleurs idées de Miles.
Note donnée au disque :