Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDMiles Davis › Saturday night at the Blackhawk, San Francisco, Volume 2

Miles Davis › Saturday night at the Blackhawk, San Francisco, Volume 2

7 titres - 72:55 min

  • 1/ Well You Needn't (8:09)
  • 2/ Fran-Dance (7:41)
  • 3/ So What (12:38)
  • 4/ On Green Dolphin Street (12:15)
  • 5/ Oleo (7:00)
  • 6/ If I Were A Bell (12:32)
  • 7/ Neo (12:40)

enregistrement

The Blackhawk, San Francisco, Californie, USA, 22 avril 1961

line up

Paul Chambers (contrebasse), Jimmy Cobb (batterie), Miles Davis (trompette), Wynton Kelly (piano), Hank Mobley (saxophone ténor)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
hard bop > jazz modal

Le seul fait que ces enregistrements aient été joués à un jour d'intervalle ne justifie pas fondamentalement leur séparation en deux disques distincts. Aujourd'hui réunis sur format double, agrémenté aussi, me semble-t-il, de plages inédites, cela doit être nettement plus agréable de s'envoyer ces prestations l'une à la suite de l'autre, bien que ce deuxième tome ait toutes mes faveurs. Pas nécessairement en terme d'interprétation, mais pour les thèmes choisis. Thelonious Monk et Sonny Rollins sont revisités ici, avec une fougue et un entrain presque contagieux. Miles est tellement à l'aise qu'il se laisse aller à des audaces qu'on n'imaginait pas venant de lui, injectant par touche ce que Coltrane lui apporta, mais en se l'appropriant car il est bien le seul par lequel le grandiose doit arriver désormais. Il ne saurait en être autrement ; c'est sur "On Green Dolphin Street" que ce changement est le plus perceptible. Mais surtout, surtout, clouer le bec à ce jeune saxophoniste qui, trop typé, va lui faire perdre ses dernières plumes en pratiquant un jazz figé et sans avenir. Miles Davis veut progresser mais n'a pas encore trouvé la formule idéale pour le faire. À défaut d'être bousculé, ce sont les autres qui vont subir ses sautes d'humeur, tirant la première salve d'un long combat larvé. La première version officielle en concert de "So What" en dit long, avec son tempo revu drastiquement à la hausse, chose qui a de quoi surprendre (mais ce n'est qu'un début). Non, Miles n'est pas en paix avec lui-même, et ses prétentions sont ailleurs ; dans les orchestrations de Gil Evans qui occupent le plus clair de son temps et en qui il voit sa plus immédiate porte de salut. Son groupe, pour l'instant, c'est le cadet de ses soucis, même s'il s'y investit à fond, comme l'atteste sa relecture de "Teo", devenu pour l'occasion "Neo". Miles cherche, et il croit pouvoir y parvenir en liant tous les éléments, y compris les membres de son propre groupe, contre lui. Drôle de type que ce Mr.Davis...

note       Publiée le mercredi 22 septembre 2004

partagez 'Saturday night at the Blackhawk, San Francisco, Volume 2' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Saturday night at the Blackhawk, San Francisco, Volume 2"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Saturday night at the Blackhawk, San Francisco, Volume 2".

ajoutez une note sur : "Saturday night at the Blackhawk, San Francisco, Volume 2"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Saturday night at the Blackhawk, San Francisco, Volume 2".

ajoutez un commentaire sur : "Saturday night at the Blackhawk, San Francisco, Volume 2"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Saturday night at the Blackhawk, San Francisco, Volume 2".