Vous êtes ici › Les groupes / artistesCJohn Coltrane › Live at the Village Vanguard again!

John Coltrane › Live at the Village Vanguard again!

cd • 3 titres • 41:40 min

  • 1Naima15:10
  • 2Introduction to My Favorite Things06:09
  • 3My Favorite Things20:21

informations

Village Vanguard, Greenwich Village, New York City, USA, 28 mai 1966.

line up

Rashied Ali (batterie), Alice Coltrane (piano), John Coltrane (saxophones soprano et ténor, clarinette basse), Jimmy Garrison (contrebasse), Pharoah Sanders (saxophone ténor, flûte)

chronique

  • free jazz

Encore ? Ben oui. Seulement, la donne est radicalement différente. Pour officialiser la pérennité de son nouveau quintette, Coltrane choisit de réinvestir le club jazz du Village Vanguard et mettre à mort quelques uns de ses thèmes chéris. Cinq années séparent les deux enregistrements, et ce qui paraissait pour l'époque extrême et excessif nous semble aujourd'hui bien sage compte tenu des attaques en règle auxquelles s'adonnent l'ensemble du saxophoniste sur "Naïma" et plus encore sur ce "My Favorite Things" à la peau dure. Cette fois, McCoy Tyner a définitivement tourné les talons à son rôle de pianiste et c'est Alice, la jeune épouse de John Coltrane, qui vient le remplacer au pied levé. Multi-instrumentiste, elle fait plus que partager avec son mari cette quête de spiritualité dans la musique (voir à ce titre sa propre discographie). Après "Meditations", Rashied Ali intègre de façon durable le poste de batteur, ne devant au bout du compte cette promotion qu'aux interminables dissensions entre Coltrane et Elvin Jones qui ont fini par tourner court après de nombreuses années de conflits larvés. Seul Jimmy Garrison reste aux côtés du géant. Quant à Pharoah Sanders, introduit lentement mais sûrement par John Coltrane depuis "Ascension", sa place à ses côtés s'est révélée, au fil des enregistrements, des plus primordiales, incarnant en quelque sorte le moteur qui pousse Coltrane à perpétuellement se mettre en danger. Le rôle de Sanders est d'ailleurs crucial sur cet enregistrement. Les avis sont partagés ; certains pensent que ses beugleries viennent gâcher la fête, d'autres pensent - comme Coltrane sans doute - qu'il vient, au contraire, apporter le contrepoint idéal pour lequel le leader l'a par ailleurs enrôlé. Alors, bien sûr, Pharoah Sanders sait gueuler, et il ne se prive pas pour nous le montrer ici encore. Mais parfois on peut se demander s'il se soucie un tant soit peu du contexte dans lequel il évolue. Sur "Naïma", Sanders joue mais n'écoute pas. Et, du coup, ce n'est pas que Mozart qu'on assassine...

note       Publiée le dimanche 27 novembre 2005

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Live at the Village Vanguard again!" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Live at the Village Vanguard again!".

    notes

    Note moyenne        4 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Live at the Village Vanguard again!".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Live at the Village Vanguard again!".

    empreznor Envoyez un message privé àempreznor
    c'est la journée du jazz sur GOD, je m'y rajoute pour defendre cet enregistrement pas forcément super intense mais abordable.
    CeluiDuDehors Envoyez un message privé àCeluiDuDehors
    Pareil je trouve que là dessus ça joue fort, mais c'est tout, malgré toute la technique impressionnante de Sanders, ici il a complètement mis de côté son intensité "spirituelle", la version enregistrée à Newport en 1963 de "My favorite things" est bien meilleure (et sans Sanders)!
    Note donnée au disque :       
    newbie Envoyez un message privé ànewbie
    J'ajoute que ce disque est empli d'une multitude d'émotions diverses qui transportent littéralement l'auditeur patient et attentif.
    Note donnée au disque :       
    newbie Envoyez un message privé ànewbie
    Le percussionniste Emanuel Rahim accompagne également cette formation.
    Note donnée au disque :